jeudi, octobre 1, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Des étudiants dénoncent la présence de Rohani à l’université iranienne

Des étudiants dénoncent la présence de Rohani à l’université iranienne

Des étudiants dénoncent la présence de Rouhani à l’université iranienne

Par Hamideh Taati 

Des étudiants de l’Université de Téhéran, dans la capitale du pays, auraient manifesté. Le mercredi 16 octobre, les étudiants se sont rassemblés à la mosquée du campus pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour protester contre la présence du président Hassan Rohani dans la région. Deuxièmement, les étudiants protestaient contre l’arrestation et l’emprisonnement d’un grand nombre de leurs camarades d’études qui avaient été arrêtés et condamnés à de lourdes peines de prison pour leur activisme.

Les étudiants ont critiqué le régime pour avoir empêché leurs camarades de poursuivre leurs études.

Après s’être rassemblés à la mosquée de l’université, les étudiants ont ensuite fait le tour du campus pour exprimer leurs préoccupations. On les entendait scandant: «Le dortoir des filles est une prison», «les salles de classe sont vides puisque les étudiants sont emprisonnés» et «libère tous les étudiants emprisonnés».

Les étudiants ont souligné que le régime avait condamné des étudiants à plus de 100 ans de prison au total depuis que le président Hassan Rohani était en poste.

Le paiement des frais de scolarité est une autre préoccupation des étudiants de tout le pays. Le gouvernement est censé subventionner les étudiants dans le pays, mais le nombre de ces étudiants a été réduit à néant, ce qui signifie que beaucoup de personnes ne peuvent plus se permettre d’aller à l’université. Les fonctionnaires de certaines universités pratiquent la corruption en augmentant les frais de scolarité.

Soha Mortezaii, titulaire d’une maîtrise en sciences humaines, a lancé une manifestation individuelle devant la bibliothèque centrale de l’Université de Téhéran le samedi 12 octobre. Son sit-in a commencé ce jour-là et dure depuis cinq jours. L’ancienne secrétaire du Conseil central des étudiants de l’université de Téhéran protestait parce qu’elle avait été privée de la possibilité de poursuivre ses études de doctorat. études. Elle soulignait également l’échec de l’organisation d’évaluation des étudiants, des responsables de l’université et du ministère des Sciences.

Elle a été arrêtée en janvier dernier et condamnée à 6 ans de prison. Elle est également interdite d’adhérer à tout groupe ou parti politique ou social ou d’appartenir à de tels groupes depuis deux ans.

Il a également été signalé qu’une étudiante et une militante syndicale actuellement détenue à la prison Qarchak de Varamin était en grève de la faim. Atefeh Rangriz a commencé sa manifestation le mercredi 16 octobre pour protester contre le traitement injuste dont son cas a été traité.

Les étudiants de l’université de la même ville ont commencé à manifester le lundi 14 octobre. Ils protestaient contre la décision prise par les responsables de l’université de leur facturer des frais de scolarité à la fin du mandat. Ils réclamaient l’annulation de ces frais.

À l’Université Polytechnique d’Amir Kabir, des manifestations ont eu lieu le dimanche 13 octobre en raison des frais de scolarité élevés que l’université demandait.

Les femmes et les étudiants sont constamment réprimés en Iran et c’est parce que le régime iranien les considère comme une menace majeure à leur existence. Et il devrait en être ainsi car les jeunes et les femmes iraniennes ont clairement fait savoir qu’ils souhaitaient un changement de régime et qu’ils ne se reposeraient pas avant la chute définitive du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe