samedi, novembre 28, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Des manifestants tués sous la torture en Iran

Des manifestants tués sous la torture en Iran

Des manifestants tués sous la torture en Iran

Par Sedigheh Shahrokhi

Des informations indiquent que le régime iranien a torturé à mort plusieurs personnes arrêtées lors des récentes manifestations en Iran. Dans un rapport publié le 12 décembre, le site Iran Human Rights Monitor (Iran HRM) a confirmé l’utilisation par le régime iranien de la violence contre les manifestants détenus et leur mort éventuelle sous la torture.

“Alors que les détails de la répression violente des manifestants en Iran se font jour, on fait état de crimes contre l’humanité, y compris la mort sous la torture de plusieurs manifestants “, lit-on dans le rapport de l’ONG.

«Au moins 1 500 manifestants ont été tués lors des manifestations de novembre en Iran, dont plusieurs mineurs. 4 000 autres ont été blessés et 12 000 ont été emprisonnés par le régime. Le sort de bon nombre des personnes arrêtées reste inconnu. »

Iran HRM a également révélé l’identité de certaines des victimes:

«Hamid Sheikhani, 35 ans, père d’un enfant de 7 ans, a été arrêté le 17 novembre à Mahchahr, dans la province u Khouzistan, dans le sud-ouest de l’Iran. La famille de Sheikhani n’a eu aucune nouvelle de lui avant le 23 novembre, date à laquelle on leur a demandé de récupérer son corps à la prison. Selon des informations locales, Sheikhani était un homme en bonne santé lorsqu’il a été arrêté. Sa mort quelques jours plus tard soulève de sérieuses inquiétudes concernant ses conditions de détention, y compris la torture », indique le rapport.

«Arvin Ranin, 17 ans, a été arrêté par les forces des pasdaran à Marivan pendant les manifestations. Il aurait été torturé à mort. Sa famille a été obligée de faire des paiements pour que son corps lui soit rendu », a ajouté le rapport.

«Une femme identifiée comme Halimeh Samiri a été arrêtée et détenue lors des manifestations de novembre à Abadan. Elle a été torturée à mort par les gardiens de la révolution qui ont ensuite jeté son corps sans vie à l’extérieur de la résidence de son père ».

«Un autre manifestant qui a été torturé à mort est Kaveh Veisani, 30 ans. Il a été arrêté le 17 novembre par les pasdaran à Sanandaj, dans le Kurdistan iranien. Son cadavre, qui portait des signes de torture, notamment des ecchymoses, a été retrouvé le 6 décembre dans la banlieue de la ville. Il avait une fille de 2 ans et sa femme attend un enfant ».

Les manifestations ont commencé le 15 novembre à la suite de la hausse des prix de l’essence, mais sont rapidement devenues politiques. Le régime iranien a utilisé la violence contre les manifestants sans défense dès le début de ces manifestations.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance d’Iran (CNRI), a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à condamner ces crimes en Iran. L’ONU doit immédiatement envoyer une mission d’enquête en Iran pour enquêter sur les personnes tuées, blessées ou emprisonnées, a-t-elle déclaré. “L’inaction vis-à-vis de ces crimes est inexcusable et sera interprétée par le régime comme un feu vert pour continuer ses atrocités”, a déclaré Mme Radjavi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe