dimanche, septembre 26, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : les manifestations contre la pénurie d'eau et la portée du...

Iran : les manifestations contre la pénurie d’eau et la portée du mouvement pour le renversement

Tabriz, Iran Juillet 24 2021

Alors que les températures estivales montent en flèche dans la province iranienne du Khouzistan, les pénuries d’eau sont devenues une crise gravissime, déclenchant des manifestations de masse dans plusieurs villes et villages, notamment à Ahvaz, Khorramshahr, Hamidiyeh et Mahshahr. Les premières manifestations de ce type ont été enregistrées le 15 juillet.

De nombreux participants aux manifestations de la première nuit ont scandé : « Nous n’accepterons pas l’humiliation« . Au fil du temps, ce slogan a été adapté pour refléter la réponse violente du gouvernement, de sorte que de nombreux participants actuels scandent : « Les Iraniens sont prêts à mourir, mais n’accepterons pas l’humiliation ». Le premier décès a eu lieu le deuxième jour, le 16 juillet, et la victime a été identifiée comme étant Mostafa Na’imawi, 26 ans.

Protests in Khuzestan province and Izeh in Iran continue for 8th day despite the internet blackout

Vidéo : Les manifestations dans la province du Khouzistan et à Izeh en Iran se poursuivent pour le 8e jour malgré la panne d’Internet

Depuis lors, au moins onze autres manifestants ont été tués, tous par des tirs perpétrés des forces de sécurité de l’État ou le Corps des gardiens de la révolution islamique. La milice civile Basij a également été dépêchée pour aider à réprimer les troubles, conformément à l’approche à plusieurs volets que le régime adopte généralement envers la répression de la dissidence.

Au cours des douze premiers jours de manifestations, le CGRI a arrêté au moins une centaine d’individus, et les forces de l’ordre régulières des milliers d’autres au cours de la même période, y compris des militants connus et présumés ainsi que des participants directs aux manifestations.

Toutes ces arrestations et meurtres, cependant, semblent avoir eu l’effet inverse de celui escompté, poussant plus d’Iraniens dans la rue pour manifester leur solidarité avec les habitants du Khouzistan au lieu de repousser ces habitants chez eux.

Les manifestations de solidarité ont été encouragées dès le deuxième jour des manifestations, par les déclarations du Conseil national de la Résistance iranienne et de sa présidente élue Maryam Radjavi.

La première de ces déclarations a appelé « les jeunes » à se précipiter au secours des manifestations du Khouzistan, « en particulier ceux qui sont blessés ».

La démographie jeune du mouvement de protestation se reflète dans les premiers rapports sur les victimes de la répression du régime. Dimanche, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a publié les noms de douze victimes connues de cette répression, ainsi que leurs lieux de résidence et les lieux de leur mort.

Sur les sept dont l’âge était connu, tous avaient moins de 30 ans et deux n’avaient que 17 ans.

L’une de ces victimes adolescentes, Hadi Bahmani, a eu des funérailles vendredi, trois jours après sa mort, et les partisans ont profité de l’occasion pour organiser une autre manifestation mettant davantage l’accent sur la violence politique du régime et de son mépris pour le bien-être du peuple iranien, plutôt que les pénuries d’eau elles-mêmes.

Les deux catégories de manifestations ont vu leurs slogans passer de l’examen de problèmes spécifiques à l’appel à l’éviction du régime qui en est responsable.

Dans les dernières manifestations au Khouzistan, des manifestants ont souligné les vastes ressources pétrolières et gazières de la province et ont demandé ce qui leur est arrivé et la richesse qu’ils ont générée.

Ce sentiment est partagé par les militants iraniens ces dernières années, alors que les conditions économiques se sont détériorées pour la grande majorité de la population.

Protests in Khuzestan province enjoy support from other provinces in Iran

Vidéo : Les manifestations dans la province du Khouzistan bénéficient du soutien d’autres provinces d’Iran

Les participants aux manifestations des deux dernières semaines ont décrié les ingérences du régime dans les pays de la région avec le slogan familier : « Ni Gaza ni le Liban ; Je ne donne ma vie que pour l’Iran. » Cela a été une caractéristique commune des manifestations au cours des dernières années, y compris des soulèvements à l’échelle nationale en janvier 2018 et novembre 2019.

Les deux soulèvements ont donné lieu à des appels explicites à un changement de régime, qui ont également été répétés dans le contexte des pénuries d’eau au Khouzistan.

Depuis le 15 juillet et les appels à l’action du CNRI, des manifestations parallèles ont été enregistrées à Tabriz, Saqqez, Zanjan, Mahashahr, Lorestan, Bushehr et Ispahan, malgré le fait que les pannes d’Internet rendent difficile à la fois de signaler de telles manifestations et de les coordonner.

Néanmoins, cette coordination est devenue une caractéristique notable des derniers appels à l’action en Iran, comme en témoignent la répétition de slogans tels que « De Karaj au Khouzistan, unissons-nous » et « N’ayez pas peur ; nous sommes tous ensemble ».

Quelques jours seulement avant le déclenchement des manifestations contre la pénurie d’eau, le CNRI a organisé le Sommet mondial de l’Iran libre. Dans son discours, Mme Radjavi a prédit qu’avec Ebrahim Raissi il y aura une augmentation de la fracture entre le régime iranien et la société civile. Les manifestations au Khouzistan et dans ses environs sont sans doute un aperçu de ce phénomène et l’expression de l’attente de la population.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe