mardi, février 23, 2021
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Iran : Les médias d'État mettent en garde contre la situation de...

Iran : Les médias d’État mettent en garde contre la situation de crise que traverse la société iranienne

Les médias d’État iraniens continuent de reconnaître les crises sociales et économiques en Iran et avertissent les autorités des conséquences possibles et des désastres à venir.

Le peuple iranien doit faire face à une pauvreté et à une inflation endémiques, en plus de la crise du Covid-19. «Le mois dernier, la Banque centrale, en tant que référence officielle des statistiques du pays, a annoncé un seuil de pauvreté de 10 millions de tomans. Entre 70 et 80 articles de médicaments destinés aux travailleurs, tels que des pilules et des sirops, ont été retirés des livrets de sécurité sociale. Lorsque nous sommes confrontés à de tels problèmes, nous constatons que le salaire des travailleurs de 2,8 millions de tomans ne couvre pas les frais de subsistance des travailleurs », a écrit samedi le quotidien Hamdeli.

Pendant ce temps, «Plus de 70% des travailleurs sont sous-employés et n’ont plus les moyens d’acheter de la viande rouge ou même de la viande blanche et ont été contraints de retirer ces articles de leur panier mensuel», selon l’agence de presse semi-officielle ILNA le 16 décembre.

«L’augmentation de 26,2% des prix de la volaille, de 13% du prix de la viande et de 9,2% de l’augmentation des prix du riz indiquent autre chose que la mauvaise gestion économique des autorités pour stabiliser le pays et résoudre les problèmes économiques de la population?» a écrit le 5 décembre le Siyasat-e Rouz, dirigé par l’État.

Crise de Covid-19
Une autre crise majeure en Iran est l’épidémie de coronavirus et son taux de mortalité élevé. Selon les rapports compilés par l’opposition iranienne, plus de 189 300 personnes ont jusqu’à présent perdu la vie à travers l’Iran. Le régime aurait pu éviter, puis réduire le nombre de décès. Pourtant, il a choisi de dissimuler et de minimiser la situation, de nombreux responsables qualifiant le virus de «bénédiction divine» et d’«épreuve». Maintenant, alors que tous les gouvernements se précipitent pour acheter des vaccins et les distribuer parmi leurs populations, le régime ne prend aucune mesure.

Dimanche, les Iraniens se sont tournés vers les réseaux sociaux et le hashtag # واکسن-بخرید ou «acheter un vaccin» est devenu une tendance nationale.

«Le hashtag «acheter un vaccin» était l’un des hashtags les plus populaires de la dernière nuit d’automne, et les gens ont essayé de faire entendre leur voix aux autorités. Les mêmes responsables, dont les déclarations contradictoires ces derniers temps, ainsi que leur expérience troublante dans la distribution du vaccin contre la grippe, ont redoublé les inquiétudes du public », a écrit mardi le quotidien officiel Sharq.

À cet égard, le quotidien d’Etat Arman a écrit lundi: «En général, nous avons un problème de méfiance publique dans le pays (…) Les contradictions dans les propos des autorités agacent la population. Dans le cas de l’épidémie de coronavirus, par exemple, on voit parfois des statistiques différentes et contradictoires. Cela augmente la méfiance envers la société. »

De nombreux responsables du régime, y compris Hassan Rohani, ont tenté de blâmer les sanctions. Abdolnasser Hemmati, le chef de la Banque centrale, a blâmé les sanctions américaines pour le retard de Téhéran à se procurer le vaccin à l’aide de l’agence de paiement COVAX, gérée conjointement par Gavi, basée à Genève, l’Alliance du vaccin et l’Organisation mondiale de la santé.

Gavi a immédiatement réfuté cette affirmation. Le porte-parole de cette organisation a déclaré qu’il n’y avait pas de «barrière légale» à l’obtention de vaccins par l’Iran via COVAX, le Bureau du Trésor américain chargé du contrôle des actifs étrangers ayant délivré une licence couvrant l’achat de vaccins contre le coronavirus.

En outre, «Nasser Riahi, le chef du syndicat iranien des importateurs de médicaments, a déclaré le 9 décembre au quotidien Sepid, qu’il est possible de transférer des devises pour acheter le vaccin Covid-19 et d’autres médicaments, et les allégations [ que les fonctionnaires du régime] ont fait dans cette affaire ne sont pas vrais.

«De nombreux pays ont commencé la vaccination de masse de leurs citoyens en achetant des vaccins à grande échelle. Pendant ce temps, nous, en Iran, attendons toujours de bonnes nouvelles concernant la possibilité pour les vaccins d’entrer en Iran. Tout cela signifie que nous ferons face à plus de victimes », a écrit mardi le quotidien officiel Sharq.

«Pourquoi notre personnel et notre personnel médical devraient-ils être si privés de ces vaccins? En ce qui concerne la vie des gens, pourquoi nos politiciens ne veulent-ils pas changer un peu leurs mauvaises politiques afin que peut-être la vie des gens de ce pays soit sauvée? La vie de notre peuple est-elle sans valeur? » Sharq a ajouté.

Sharq a averti le régime que les gens étaient «fatigués et avaient perdu patience». «Même un jour de retard dans la vaccination peut avoir de graves conséquences pour notre société», a averti Sharq.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe