dimanche, septembre 26, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : les protestations au Khouzistan déclenchent de nouveaux appels à un...

Iran : les protestations au Khouzistan déclenchent de nouveaux appels à un changement de régime

Les protestations contre les pénuries d’eau en Iran se sont multipliées à l’intérieur et au-delà de la région où elles ont commencé. Les premières manifestations ont commencé le 15 juillet dans la province du Khouzistan, où une sécheresse historique avait permis de révéler toute l’étendue de la mauvaise gestion du régime et du gaspillage des ressources naturelles.

Alors que les manifestations entraient dans leur deuxième semaine, des manifestations de solidarité ont commencé à être signalées dans d’autres provinces, Téhéran, Tabriz, Zanjan, Lorestan, Bushehr et Ispahan étant tous des sites de troubles importants.

Protesters in Tabriz support demonstrators in Khuzestan province, clashing with oppressive forces

Video : Des manifestants à Tabriz soutiennent la population du Khouzistan , affrontant les forces répressives

Beaucoup de ces protestations sont axées sur le problème initial des pénuries d’eau, qui affectent les personnes au-delà du Khouzistan . En fait, au moins un média d’État iranien a rapporté que plus d’un quart des 83 millions d’habitants du pays ont été touchés par des pénuries d’eau au cours de la dernière année.

Ces problèmes menacent de continuer à proliférer dans un avenir proche puisque les autorités du régime refusent de répondre aux doléances que la population exprime en masse depuis le milieu du mois.

Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a prononcé un discours pour verser des larmes de crocodile pour les habitants du Khouzistan. Pendant ce temps, de nombreux cas de fusillades et d’autres actes de répression ont été signalés tout au long de cette épreuve de près de deux semaines, et les principales autorités ont pris des mesures pour amplifier délibérément cette réponse violente.

Le nouveau chef du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejei, a personnellement ordonné le déploiement de forces de sécurité supplémentaires, et Khamenei a personnellement justifié l’extension de la répression en laissant entendre que les « ennemis» étrangers avaient joué un rôle dans les troubles.

Iran’s new judiciary chief Gholam Hossein Mohseni Eje'i is a criminal like his predecessor

Peu de temps après que les manifestations aient dépassé la barre d’une semaine, Amnesty International a signalé qu’elle avait confirmé au moins huit tués à cause de la répression du régime. Quelques jours plus tard, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a placé le nombre des victimes à douze et l’a confirmé en fournissant leurs noms et des informations biographiques de base. Le principal groupe d’opposition pro-démocratie a également déclaré que d’autres décès avaient eu lieu, bien que l’identité des victimes n’ait pas encore été déterminée.

Les funérailles de l’une des 12 victimes connues, Hadi Bahmani, 17 ans, ont été organisées vendredi, trois jours après sa mort, et l’événement est rapidement devenu un point de ralliement pour de nouvelles manifestations et affrontements avec les forces de sécurité.

Bahmani était l’un des deux adolescents sur la liste initiale des victimes. L’âge n’a été signalé que pour la moitié des dix autres personnes de cette liste, mais ils sont tous compris entre 20 et 30 ans, un fait qui reflète vraisemblablement la présence particulière de la jeunesse iranienne dans les manifestations en cours.

Cela reflète à son tour les appels à l’action lancés par la présidente de l’opposition iranienne, Mme Maryam Radjavi, à la suite des premiers rapports de répression des manifestations au Khouzistan.

Mme Radjavi a appelé tous les jeunes à se précipiter au secours du peuple du Khouzistan , en particulier les blessés, et a cité les attaques du gouvernement contre les manifestants comme la dernière preuves concernant la nécessité d’un changement de régime.

Tant que les mollahs pilleurs resteront au pouvoir, a-t-elle dit, la pauvreté, le chômage et la maladie continueront. Les mollahs refusent au peuple de l’eau, de l’électricité, du pain, des logements et des vaccins pour financer les projets nucléaires et de missiles antipatriotiques et leur bellicisme dans la région.

Cette déclaration faisait référence à la fois aux contributions intentionnelles et accidentelles à de multiples crises, sans se limiter aux pénuries d’eau. Ces pénuries ont été créées en partie par l’énorme influence sur l’industrie et l’écologie par le Corps des gardiens de la révolution islamique du régime.

À travers ses sociétés écrans, cet organe contrôle des dizaines de projets de construction de barrages qui ont été achevés depuis la révolution iranienne de 1979. Dans de nombreux cas, ceux-ci ont été entrepris soit sans recherche préalable, soit expressément au mépris des avertissements des experts concernant l’impact écologique.

Ces avertissements ont été marginalisés tant par l’ensemble du régime que par le CGRI lui-même, tandis que les bénéfices de tels projets ont été répartis parmi l’élite au pouvoir.

Une corruption similaire a fait l’objet d’autres manifestations il y a quelques semaines à peine, lorsque des pannes d’électricité ont commencé à être signalées dans de vastes régions d’Iran. Dans ce cas, l’IRGC avait contribué à la prolifération de l’extraction de crypto-monnaie comme moyen de contourner les sanctions américaines.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe