jeudi, juillet 29, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLa crise économique en Iran ; les médias mettent en garde contre...

La crise économique en Iran ; les médias mettent en garde contre la colère populaire

Les médias du régime iranien expriment leurs craintes de la dégradation de la situation économique et le danger d’une explosion de la colère populaire.

«Sur la base des tendances statistiques de la baisse des revenus et de la croissance de la pauvreté, certaines estimations suggèrent que plus d’un tiers de la population du pays se trouve aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté», a écrit lundi le quotidien Kar-o Kargar, ajoutant que « des pans entier de la grande de travailleurs vivent en dessous du seuil de pauvreté absolue».

Selon Kar-o Kargar, «une croissance économique faible ou parfois négative au cours des 15 dernières années, la diminution des investissements étrangers sous sanctions au cours des dix dernières années, et l’épidémie de coronavirus depuis l’année dernière, couplée à l’économie déséquilibrée du gouvernement et à ses politiques chaotiques , qui ne font que créer des problèmes, ont créé un système complexe de problèmes sociaux et économiques.»

«En conséquence, le taux d’inflation, le chômage réel, les inégalités et l’écart social, le nombre de la population sous le seuil de pauvreté augmente; alors que les salaires et le pouvoir d’achat des gens diminuent. Ainsi, les tables des gens rétrécissent chaque jour », ajoute l’article de Kar-o Kargar.

« Les moyens de subsistance des travailleurs sont au bord de l’anéantissement sous la pression de l’inflation qui dévore leurs salaires, et les dépenses qui dépassent leurs revenus« , conclut Kar-o Kargar. Alors que les travailleurs iraniens et d’autres milieux sociaux sont aux prises avec la pauvreté, les responsables du régime continuent de proposer des soi-disant «plans» qui dilapide davantage les Iraniens.

Un soi-disant plan d’autonomisation de l’organisation de la sécurité sociale circule actuellement au parlement du régime. Les retraités se rassemblent dans tout le pays pour réclamer des pensions plus élevées ajustées au taux d’inflation.

«Il ne fait aucun doute que l’Organisation de la sécurité sociale est aujourd’hui en crise. Selon certains experts, le super-assureur du pays a dépassé depuis longtemps le seuil de crise et qu’elle est aujourd’hui vraiment au fond d’un gouffre profond », a écrit lundi l’agence de presse semi-officielle ILNA.

En raison de cette crise, l’Organisation de la sécurité sociale ne prend pas en charge les frais médicaux des retraités au milieu de la pandémie de coronavirus, et verse aux retraités une pension bien en dessous du seuil de pauvreté de l’Iran.

Selon l’ILNA, « récemment, un plan intitulé « Autonomisation et durabilité de l’organisation de la sécurité sociale » a été conçu et annoncé par 34 membres du parlement.» Pourtant, ce plan «n’augmente pas la participation des travailleurs et des retraités, et le mode d’administration du conseil de l’organisation n’optimise pas la gestion de l’organisation et ne réduit pas les salaires des cadres (responsables). »

En fait, selon ILNA, ce plan est pour « cibler les pensions des retraités. Il est prévu d’ajouter un an au calcul des années de retraite à partir de [l’année perse de] 1401. En 1401, les deux années de base précédentes de retraite atteignaient trois ans et continuaient d’augmenter de sorte qu’en 1420, le total des vingt années d’emploi sera la base de calcul de la pension; Cela signifie réduire les pensions des futurs retraités. » En outre, ce plan «vise à réduire les salaires des travailleurs», selon l’ILNA.

L’ILNA reconnaît que «même aujourd’hui, les retraités du pays sont en dessous du seuil de pauvreté, gagnant de maigres pensions qui ne peuvent couvrir qu’un tiers de leurs frais de subsistance.»

«Les plans pour améliorer la situation actuelle, tels que l’autonomisation de l’Organisation de la sécurité sociale, visent en réalité à affaiblir la classe ouvrière», admet l’ILNA.

Les problèmes sociaux et économiques croissants ont mis la société iranienne au bord de l’explosion sociale, avec des conséquences désastreuses pour le régime. «La formation de crises sociales dans le pays est prévisible. Mais leurs conséquences pour le système et le pays sont imprévisibles. Nous devons donc être très sensibles », a écrit lundi le quotidien iranien, le journal officiel du gouvernement.

«Les gens de nos jours sont fatigués des luttes politiques. Ce sentiment d’abandon au milieu des crises et des catastrophes va conduire à une frustration accompagnée de colère, ce qui n’aura pas d’effet positif », a averti lundi le quotidien Ebtekar.

«Ce sentiment d’abandon est un poison dangereux qui élargira considérablement le fossé entre la population et les dirigeants. », ajoute Ebtekar.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe