mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLe vice-ministre iranien de l'Intérieur met en garde contre des soulèvements

Le vice-ministre iranien de l’Intérieur met en garde contre des soulèvements

Le vice-ministre iranien de l'Intérieur met en garde contre des soulèvements

« Les Iraniens sont de plus en plus intéressés à organiser des manifestations de rue« , a averti Taghi Rostamvandi, vice-ministre iranien de l’Intérieur, admettant l’état explosif de la société.

Alors que les manifestations d’Iraniens de tous horizons continuent de se répandre dans le pays en raison des déboires économiques et sociaux, les responsables du régime et les médias officiels ne peuvent plus prétendre que la situation est normale.

« L’indice de la volonté des gens de protester est très important. Nous devrions procéder à une évaluation sociopolitique lorsque les gens descendent dans la rue en manifestant des formes intenses de protestation, car ces protestations vont briser les normes« , a reconnu Rostamvandi le 16 janvier, selon le site Internet officiel Iran Press.

« La patience de peuple est en train de s’épuiser alors que les pressions économico-financières continuent d’augmenter. Nous devrions également tirer la sonnette d’alarme, car de plus en plus de gens se penchent vers un gouvernement laïc en raison de l’ineptie ou de la mauvaise gestion. C’est très dangereux« , a déclaré M. Rostamvandi, faisant mention à l’aversion croissante de la population envers le régime et à ses appels de plus en plus nombreux en faveur d’un gouvernement laïc.

Depuis qu’elle a détourné la révolution en 1979, la théocratie iranienne au pouvoir utilise la religion pour justifier ses atrocités. Les mollahs se servent des sermons de la prière du vendredi et des mosquées pour diffuser leur propagande et défendre leur interprétation réactionnaire de l’islam, que la société iranienne dynamique, principalement les jeunes, rejette.

« Il est inacceptable que les mosquées centrales des villes n’organisent pas les prières quotidiennes. La faute en revient à vous tous. Les responsables de la prière se plaignent que nous nous rendions dans les mosquées, mais que les Iraniens ordinaires ne s’y présentent pas. Ce n’est pas la voie du [régime]. Nous avons obtenu des résultats, comme la victoire dans la guerre [Iran-Irak] », a déclaré Ahmadreza Shahrokhi, le chef de la prière du vendredi de Khorramabad, le 14 janvier, selon la télévision officiel.

Par victoire, Shahrokhi entend le succès du régime qui a envoyé des millions d’Iraniens à la mort pendant la guerre Iran-Irak. Dans les années 1980, les mollahs ont utilisé les mosquées et autres tribunes pour recruter et laver le cerveau des enfants et les envoyer de force au front. Le régime utilisait des enfants innocents comme vagues humaines pour déminer les champs de mines.

« Lorsque la guerre a éclaté, nous avons parlé aux gens de telle manière que le ministère de l’Education a pu envoyer 36 000 enfants partis à la guerre qui sont devenus des martyrs. Ce chiffre ne comprenait pas les [enfants] blessés« , reconnaissait en 2009 Mehdi Karoubi, l’ancien président du Majlis (Parlement des mollahs).

Le peuple iranien souffre de la crise économique du pays, causée par la corruption, l’incompétence et la mauvaise gestion du régime. Au lieu de résoudre les problèmes de la population, le régime a intensifié son oppression et sa propagande pour cacher le visage sombre de la pauvreté en Iran. Ainsi, un nouveau soulèvement se profile à l’horizon, terrifiant le régime, ses médias officiels et ses responsables.

« La situation du pays n’est pas bonne. C’est la vérité crue et évidente pour tout le monde. Des révoltes, bien plus importantes que les [soulèvements] de 2018 et 2019, se profilent. Si nous ne maintenons pas l’unité et n’agissons pas en conséquence, comme de nombreux sociologues l’ont prévenu, cette fois, les pauvres se vengeront dans la rue », a prévenu le 16 janvier le quotidien public Mardom Salarie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe