mercredi, novembre 25, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Les effets des récentes manifestations en Iran continuent de terrifier le régime...

Les effets des récentes manifestations en Iran continuent de terrifier le régime des mollahs

Manifestations de novembre 2019 en Iran

Les responsables du régime iranien s’avertissent mutuellement depuis des années du potentiel d’une nouvelle révolution dans le pays. Ils ne l’expriment peut-être pas tout à fait en ces termes, mais leur inquiétude face à un mouvement de résistance en expansion est claire, du moins depuis janvier 2018 lorsque l’Iran a été secoué par le soulèvement anti-régime le plus important d’après 2009.

En fait, le soulèvement de 2018 était sans doute encore plus important. Alors que l’ampleur des manifestations de 2009 dans la capitale, Téhéran, était pratiquement sans précédent, on peut en dire autant de l’ampleur du soulèvement de 2018 dans l’ensemble du pays. Il englobait environ 150 villes et villages, dans lesquels les habitants pauvres et ruraux avaient été largement présentés par le régime comme sa base de soutien.

En outre, alors que le soulèvement de 2009 a commencé après les élections présidentielles simulées et qu’il était dû à des frictions au sommet du régime, le soulèvement de 2018 a présenté un ton anti-régime beaucoup plus poussé. Il a été défini par des slogans tels que « A bas le dictateur » ou « réformistes, conservateurs : le jeu est maintenant terminé ». Ces slogans ne laissaient aucun doute sur le mépris populaire pour les deux factions du pouvoir, ou sur le désir du peuple pour un changement de régime.

Les gens ont demandé des réponses à un régime qui avait longtemps refusé de répondre aux doléances des gens depuis 1979. Et alors que le soulèvement était à son apogée en janvier 2018, le guide suprême Ali Khamenei a opté pour une explication impliquant l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI ou MEK). L’OMPI, a commencé à s’opposer au régime théocratique depuis 1979, et Téhéran a tenté de la détruire par de multiples moyens, y compris un massacre de 30000 prisonniers politiques perpétré en été 1988.

Parallèlement au massacre des membres et partisans de l’OMPI, le régime a lancé une campagne de diabolisation de l’OMPI, pour suggérer qu’elle avait été pratiquement détruite, laissant dans son sillage quelque chose de marginal qui ne présenterait aucune menace réelle pour l’emprise des mollahs sur le pouvoir. Cette propagande a duré des décennies, jusqu’à ce qu’en janvier 2018, Khamenei ait reconnu que l’OMPI avait joué un rôle majeur dans la planification et l’organisation de dizaines de manifestations simultanées dans le pays.

Cela serait reconnu deux ans plus tard dans un rapport de l’un des groupes de réflexion du régime concernant la pandémie de coronavirus en Iran et la menace de nouveaux troubles populaires. Il est noté dans ce rapport que la confiance du public dans les médias d’État avait chuté pour atteindre des niveaux historiquement bas, car de plus en plus d’Iraniens se sont appuyés sur les médias sociaux et les outils pour contourner la censure en ligne du régime, afin d’accéder à de plus en plus d’informations provenant de sources indépendantes et étrangères.

Ce processus a contribué à garantir que le discours de Khamenei en 2018 aurait eu essentiellement le contraire de l’effet escompté. Au lieu de rejeter le soulèvement en raison de son association avec l’OMPI, de nombreuses personnes ont pris la propagation rapide et l’organisation de haut niveau du soulèvement comme un signe que l’OMPI était bien placé pour présenter un défi sérieux à la dictature théocratique.

Depuis lors, de plus en plus de personnes se sont ralliées aux côtés de l’OMPI, ce qui a donné lieu à une vague d’avertissements de la part des responsables iraniens, comme on n’en a pas vu depuis le massacre de 1988. C’était certainement le contraire de ce que Khamenei entendait, il était tout à fait impossible d’inverser le cap. À présent, il est parfaitement clair que les troubles persistants dans toute la société iranienne sont un signe de conflit entre le régime et la résistance organisée.

Après tout, le soulèvement de janvier 2018 n’était que le début d’un mouvement qui a duré beaucoup plus durement que le soulèvement de 2009, donnant lieu à quatre soulèvements ultérieurs, dont un en novembre 2019 qui a englobé 200 villes et villages.

Cette manifestation nationale, aujourd’hui la plus importante de l’histoire iranienne moderne, est sur le point de célébrer son premier anniversaire. Et même si l’occasion sera également un mémorial pour 1 500 manifestants pacifiques qui ont été tués pendant les troubles, on peut également s’attendre à ce qu’elle inspire confiance parmi les dissidents du régime iranien. Les meurtres de novembre dernier ont peut-être réprimé provisoirement le dernier soulèvement, mais ils n’ont pas fait grand-chose pour arrêter les troubles sous-jacents, ni pour arrêter les avertissements des responsables iraniens concernant le potentiel d’une nouvelle révolution.

Ces meurtres commis par le régime étaient, par-dessus tout, un acte de désespoir de la part d’un régime qui avait été manifestement vulnérable pendant près de deux mois avant cette date. La vulnérabilité persiste aujourd’hui, alors que les députés du Majlis iranien commencent à reconnaître la profondeur du ressentiment du public et l’absence de plan détaillé pour y réagir. Le député Ahmad Hossein Falahi, par exemple, a déclaré dimanche lors d’une séance publique du parlement du régime : «Tous les problèmes sont reprochés à l’État et imputés au guide suprême. [Le régime a] créé une atmosphère agitée avec les problèmes créés. La société est dans des conditions extrêmement pauvres. »

Falahi a poursuivi en disant que face à l’aggravation de l’épidémie de coronavirus et à une série d’autres problèmes, « personne ne pense à une solution ». Mais bien sûr, le mouvement de résistance iranienne et sa liste croissante de partisans internationaux réfléchissent tous à une sorte de solution. Leur point de vue a récemment été exprimé par Mme Maryam Radjavi, présidente de l’opposition pour un gouvernement iranien de transition, lors d’une récente conférence en ligne avec des législateurs occidentaux et des experts en politique étrangère.

« Aujourd’hui, le changement de régime en Iran est indispensable non seulement à la liberté et à la démocratie en Iran, mais aussi à la santé de chaque individu en Iran et à la protection de leurs maisons, villes et villages contre les catastrophes naturelles », a-t-elle déclaré.

Le changement de régime en Iran est à portée de main.
Le discours de Khamenei en 2018 a sans doute donné plus de crédibilité à ce sentiment que tout autre énoncé ces dernières années. Et l’échec manifeste du régime à éradiquer la dissidence en réponse aux avertissements du guide suprême de cette théocratie est un autre témoignage de la situation fragile des mollahs.

La communauté internationale doit maintenant soutenir le peuple iranien et son désir de changement de régime. En outre, le changement de régime en Iran profiterait aux intérêts de sécurité de la plupart des pays. Et comme les manifestations l’ont clairement montré, le peuple iranien est convaincu à une écrasante majorité que ses intérêts en bénéficieraient également.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe