vendredi, août 6, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes manifestations de retraités en Iran : ses causes et effets

Les manifestations de retraités en Iran : ses causes et effets

Une douzaine de villes à travers l’Iran ont été témoins de manifestations des retraités de l’organisation de sécurité sociale iranienne. C’est la huitième semaine consécutive que les retraités organisent des rassemblements à l’échelle nationale, exigeant que leurs pensions soient ajustées en fonction de la hausse du taux d’inflation et de la flambée des prix. Ils ont également protesté contre leurs pensions longtemps différées. Or, le régime a refusé de répondre à leurs demandes.

Les retraités scandaient: «Le gouvernement en faillite est l’ennemi des retraités», «Notre pays est assis sur des trésors; les retraités vivent dans la misère » et « assez avec l’oppression, notre table est vide ».

La poursuite des protestations des retraités survient lorsque le régime fait de son mieux pour intimider les retraités en leur envoyant des avertissements par SMS pour les dissuader de manifester. Néanmoins, le régime a échoué et les retraités ont organisé leurs manifestations dans tout le pays.

Il convient de noter qu’ils constituent un secteur de la société qui a «une population de 70 millions de personnes insatisfaites», soulignant l’aversion pour un régime « menacé par des super-crises », a écrit le quotidien Mostaghel dimanche.

Le régime iranien a refusé d’augmenter les pensions en fonction de la hausse du taux d’inflation et de la flambée des prix. Alors que le régime se plaint de ne pas disposer de suffisamment de ressources économiques, les Gardiens de la Révolution (CGRI) ont dévoilé lundi un autre site de missiles et se sont vantés de leur puissance militaire.

L’Iran est «le cinquième pays le plus riche du monde en termes de ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz, le charbon, le bois, l’or, l’argent, le cuivre, l’uranium, le fer brut et le phosphate. Avec un pour cent de la population mondiale et un sol équivalent à un pour cent de la surface de la terre, il possède 7% des ressources minérales mondiales », a écrit le site Web du Parlement le 7 février 2019.

La population est aux prises avec la pauvreté pendant que le régime fabrique des missiles et soutient le terrorisme. À la veille de Norouz, le Nouvel An iranien, «visiter les marchés aux fruits vous fait pleurer, car vous voyez des citoyens de Téhéran acheter des fruits par unité », a écrit l’agence de presse Tejarat dimanche.

Les gens font la queue pour acheter de la volaille parce que la mafia affiliée au régime exporte les besoins quotidiens de la population tels que la volaille. «Le besoin quotidien de poulet à Téhéran est de mille tonnes, mais seulement 200 tonnes sont distribuées», selon l’agence de presse officielle Arman-e Eghtesadi dimanche.

Dimanche, le Conseil suprême du travail du régime a dit avoir augmenté les salaires des travailleurs. Le salaire minimum a atteint 2,6 millions de tomans. Cette faible augmentation des revenus n’a pas d’incidence car le «taux d’inflation de 50% de l’économie iranienne et le seuil de pauvreté a atteint 10 millions de tomans», selon le quotidien Keyhan daté du 4 mars.

Augmenter le salaire minimum et s’en vanter est une autre mesure trompeuse de la théocratie au pouvoir. Selon les statistiques minimisées du régime mentionnées ci-dessus, et en comparant le salaire minimum à la hausse de l’inflation, le salaire minimum a en fait diminué de plus de 11%. La pension des retraités a diminué de plus de 24%. Ces chiffres ont été calculés sans tenir compte du taux d’inflation qui monte en flèche dans la nouvelle année perse.

«L’inflation est l’un des problèmes les plus importants qui a frappé l’économie iranienne ces 40 dernières années. Le facteur structurel le plus important de l’inflation dans l’économie iranienne est le déficit budgétaire du gouvernement. Sans la crise du coronavirus, le déficit budgétaire du gouvernement de cette année devrait être de 130 000 milliards de tomans. L’impression des billets de banque est offset, ce qui augmente la base monétaire et la liquidité et a finalement un effet inflationniste », a écrit samedi le quotidien public Arman.

C’est pourquoi les retraités scandent lors de leurs manifestations : «assez avec l’oppression». Les manifestations en cours en Iran s’intensifient et inquiètent les responsables. «À mon avis, vous devriez avoir peur de ces foules, peut-être qu’un jour les gens seront épuisés. Alors il sera trop tard pour agir. Aujourd’hui, les gens sont inquiets pour l’avenir et pour leur vie, car la société est au bord de grandes crises. Si les crises s’accumulent et que les dirigeants n’écoutent pas la voix des manifestants, la poursuite d’un tel phénomène peut mettre fin à la patience du peuple. S’il n’y a pas de changement en Iran prochainement, l’état mental de la société deviendra bientôt plus dangereux », a averti lundi Saied Moidfar, un sociologue du régime dans un entretien avec le journal officiel Jahan-e Sanat.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe