dimanche, avril 11, 2021
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Les médias iraniens avertissent au sujet d'un nouveau soulèvement populaire

Les médias iraniens avertissent au sujet d’un nouveau soulèvement populaire

Avec la crise économique croissante à cause de la mauvaise gestion du régime en Iran, les médias officiels mettent en garde contre un nouveau soulèvement populaire contre l’ensemble du régime intégrite.

« En cette année 1399, de nombreuses études indiquent que le seuil de pauvreté à Téhéran a atteint 10 millions de tomans, parce que les prix ont augmenté et que, par conséquent, le pouvoir d’achat de la population a diminué et qu’ils ne peuvent même plus subvenir à leurs besoins essentiels », a écrit dimanche le Mardom Salarie dans un article intitulé : « Une économie malade et une tendance haussière de la pauvreté dans la société.»

« Les statistiques indiquent que les pauvres et la classe moyenne évoluent selon une certaine ligne économique, et on peut dire sans risque qu’au moins la moitié de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté », a ajouté Mardom Salarie.

Mardom Salarie prévient rapidement les autorités du régime que « si les conditions économiques ne changent pas et continuent d’augmenter, nous assisterons à des désordres dans la société, de manière peu agréable. Ce problème se transmettra de l’intérieur et endommagera le cœur de la société, et progressivement ce désordre et ce chaos s’étendront à toutes les classes sociales ».

Les médias officiels du régime qualifient les grandes manifestations et les soulèvements populaires, comme ceux de novembre 2019, d’« émeute », d’« incident » et de « désordre».

Le régime et ses apologistes ont essayé de rejeter le tort sur les sanctions internationales comme étant la véritable raison de toute la crise économique et sociale en Iran.

« Même si le monde entier devient l’allié du régime, même si toutes les sanctions internationales sont levées, et que nous pouvons exporter plus de pétrole que d’habitude, les problèmes et les défis du régime resteront », a écrit dimanche Jahan-e Sanat, le chef de l’Etat, soulignant que les « stratégies du régime ne peuvent pas guider le progrès ».

Le récent soulèvement en Iran et les protestations en cours en Iran par tous les milieux montrent que le peuple iranien considère le régime tout entier comme la source de tous les problèmes économiques et sociaux. Leur aversion contre le régime ne se limite pas au gouvernement actuel ou à plusieurs responsables.

« La colère du peuple envers le gouvernement de Hassan Rouhani et les critiques [des actions du gouvernement] ne se limitent pas au gouvernement actuel. Il s’agit d’un condensé de la colère et de la fureur des gouvernements précédents et de leurs actions, qui ont abouti à la situation actuelle. Nous avons une population frustrée », a écrit le quotidien officiel Sharq samedi.

« La société se méfie des personnalités politiques parce qu’elle n’a ni intérêts de classe ni valeurs morales en commun avec elles », ajoute l’article de Sharq, qui affirme à tort que « ce dilemme fermé entre la société et les personnalités politiques a également rendu la société passive ».

Les grandes manifestations de novembre 2019 en Iran ont montré que la société iranienne est rétive et non passive. La population a pris d’assaut les centres de répression du régime et ont appelé à un changement de régime.

Comme l’ont averti les médias officiels, en raison des difficultés économiques et sociales croissantes qui découlent de la mauvaise gestion du régime et de ses mauvaises politiques, un autre soulèvement en Iran est inévitable.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe