dimanche, avril 18, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes protestations sociales de l'Iran s'étendent

Les protestations sociales de l’Iran s’étendent

Les entrepreneurs d’Iran Mall organisent un rassemblement devant le bâtiment central de la banque Ayandeh à Téhéran

L’OMPI a rapporté des dizaines de manifestations dans divers secteurs de la société iranienne ces derniers jours. Ces protestations, qui ont lieu simultanément avec le soulèvement dans la province du Sistan-Baloutchistan et la protestation nationale des retraités pour la sixième semaine consécutive, laissent percevoir la fébrilité de la société iranienne.

Protestations dans différentes villes
Vendredi, les entrepreneurs d’Iran Mall ont organisé un rassemblement devant le bâtiment central de la banque Ayandeh à Téhéran, pour réclamer leurs créances en souffrance. Les entrepreneurs, qui comptent chacun des centaines de travailleurs, n’ont pas reçu leurs droits de la part d’Iran Mall ou de la société Alborz Tat au cours des six dernières années.

Des enseignants de maternelle à Izeh, dans le sud-ouest de l’Iran, se sont réunis samedi devant le bureau du représentant d’Izeh et de Baghmalekon au Majlis (Parlement des mollahs). Ces enseignants observent un sit-in, exigeant le paiement de leurs salaires impayés et d’autres droits. Le bureau du député étant fermé, les manifestants se sont rassemblés devant le gouvernorat d’Izeh.

Samedi, les propriétaires de la coopérative d’électricité de Téhéran ont organisé un rassemblement pour protester contre le gouvernement qui documente la vente des terres de la coopérative en coopération avec le bureau d’enregistrement de Hashtgerd, la société de développement de la nouvelle ville de Hashtgerd et le bureau du gouverneur de Savojbolagh. Les manifestants ont également défilé pour protester contre la décision du gouvernement.

Les propriétaires de la Coopérative d’électricité de Téhéran organisent un rassemblement à Hashtgerd

Dimanche, un groupe d’employés du Mashhad Mall qui n’ont pas reçu leurs salaires et leurs primes depuis quatre mois a organisé une manifestation devant la banque Ayandeh à Mashhad.

Les employés du Mashhad Mall manifestent devant la banque Ayandeh à Mashhad

Lundi, un groupe d’agriculteurs, de portefaix, de travailleurs et de retraités iraniens se sont rassemblés pour parler de leurs problèmes de subsistance et de travail. Ils ont parlé de leur table vide, et du fait que les responsables du régime ne se soucient que d’eux-mêmes. Ils ont également protesté contre la discrimination.

Lundi, les travailleurs de l’usine de pneus Saveh Pars ont poursuivi leur sit-in pour la huitième journée consécutive et ont organisé un rassemblement dans l’enceinte de l’usine. L’un des travailleurs a déclaré : « Notre principale revendication est que le problème du fonds d’épargne soit résolu afin que nous récupérerions notre argent. »

Les ouvriers de l’usine de pneus Saveh Pars organisent un rassemblement dans l’enceinte de l’usine pour le huitième jour

« En 2017, lorsque le complexe a été privatisé, plus aucun prêt n’a été accordé aux employés ; nous demandons que le fonds soit complètement démantelé. Nous voulons récupérer notre épargne, plus les cinq pourcent que l’employeur a déjà versés pour chaque travailleur chaque mois », a-t-il ajouté.

Mardi, les enseignants contractuels ont organisé une manifestation devant le bâtiment principal du ministère iranien de l’Education à Téhéran pour protester contre l’application de la loi sur l’emploi et demander l’abolition de l’examen correctionnel. Ils ont également réclamé leur licence.

Les enseignants contractuels manifestent devant le bâtiment principal du ministère iranien de l’Education à Téhéran

Les protestations des retraités

Dimanche, pour la sixième semaine consécutive, les retraités et les pensionnés de la sécurité sociale ont organisé des manifestations à Téhéran et dans 25 autres villes d’Iran. Ils ont protesté contre leurs terribles conditions de vie, la cherté de la vie et l’indifférence des responsables du régime aux problèmes de la population.

Les retraités et les pensionnés de la sécurité sociale ont organisé des manifestations à Téhéran et dans 25 autres villes d’Iran

Les retraités ont maintenant rejoint les secteurs les plus bas de la société en raison des politiques de pillage des mollahs. Les manifestants ont scandé des slogans tels que « Ce n’est qu’en descendant dans la rue que nous pourrons obtenir nos droits », « La nation n’a jamais vu autant d’injustice », « Notre ennemi est ici, ils mentent en disant que c’est l’Amérique », « Les travailleurs d’hier, les manifestants d’aujourd’hui », « Les retraités exigent des salaires à la hauteur du taux d’inflation. »

Le soulèvement de la province du Sistan-Baloutchistan

Les protestations de ces derniers jours ont coïncidé avec le soulèvement de braves habitants de la province du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est de l’Iran.

Les protestations ont éclaté après que les Gardiens de la révolution (pasdaran) ont ouvert le feu sur des porteurs de carburant privés dans le comté de Saravan, près de la frontière entre l’Iran et le Pakistan, tuant et blessant des dizaines de personnes. Des images et des vidéos diffusées sur les médias sociaux ont montré la forte présence des pasdaran ainsi que de l’artillerie lourde et des chars d’assaut. En réaction, des habitants excédés ont pris d’assaut les bases des pasdaran dans plusieurs villes de la province.

Les protestations se sont répandues à travers la province du Sistan-Baloutchistan depuis l’incident. Le régime a coupé l’accès à Internet pour empêcher la diffusion de la nouvelle des protestations. Selon des rapports obtenus par l’OMPI, les forces de sécurité ont abattu des dizaines de manifestants et en ont arrêté beaucoup d’autres.

Les protestations à travers l’Iran, leur propagation rapide, leur poursuite et leur intensité révèlent le caractère explosif de la société, annonçant un soulèvement. Cette issue a terrifié les responsables du régime et les médias officiels.

« Le cheval sauvage du soulèvement galope d’une ville à l’autre, laissant de nombreux blessés et dangers dans le système », a écrit le quotidien officiel Etemad samedi à ce sujet.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe