vendredi, septembre 24, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsL'impact de la récente vague de protestations en Iran après le simulacre...

L’impact de la récente vague de protestations en Iran après le simulacre d’élection présidentielle

Quelques jours après le simulacre d’élection présidentielle en Iran, les travailleurs du secteur pétrolier et pétrochimique se sont mis en grève. Leurs rassemblements de protestation se sont rapidement étendus à tout le pays, et d’autres travailleurs ont rejoint la grève nationale. Dimanche, de nombreuses personnes d’autres milieux ont organisé des rassemblements de protestation.

Dimanche, les producteurs laitiers d’une douzaine de villes, les retraités de l’Organisation de la sécurité sociale, les retraités de Homa Airlines, les retraités de la société sidérurgique, les investisseurs spoliés de l’établissement de crédit Azico, les pharmaciens d’Ispahan et de Téhéran, les ouvriers de Bushehr Petrochemical et les ouvriers de la société Gama ont organisé des rassemblements de protestation.

La nouvelle vague de protestations et de grèves a commencé le 19 juin, un jour après les élections truquées du régime. Les travailleurs contractuels du pétrole et de la pétrochimie ont commencé leur grève le 19 juin. Ils réclament de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Rapidement, les travailleurs permanents ont rejoint leurs collègues et se sont mis en grève.

Ce dernier fait est significatif, car le régime a tenté d’intimider les travailleurs contractuels en les menaçant de les licencier s’ils poursuivaient leurs protestations et a licencié certains d’entre eux. Mais les responsables du régime sont incapables d’utiliser la même méthode pour intimider les travailleurs permanents.

Les travailleurs sont soumis à une pression croissante en raison du déclin de l’économie causé par la corruption institutionnalisée du régime et de sa mauvaise réponse à l’épidémie de Covid-19.

La grève des travailleurs du secteur pétrolier et chimique a un effet écrasant sur l’économie du régime, qui est centrée sur l’exportation de pétrole. « La grève de milliers de travailleurs contractuels du pétrole, du gaz et de la pétrochimie est entrée dans son huitième jour, et les travailleurs d’environ 61 entreprises sont maintenant en grève« , a reconnu dimanche le journal officiel Asr Khabar, reflétant la crainte du régime de voir les protestations se poursuivre.

Les industries pétrolière et pétrochimique sont l’artère économique du pays, et le régime en a désespérément besoin pour financer ses exportations de terrorisme et son appareil belliciste. La nouvelle vague de grèves, associée à des sanctions internationales contre le régime pour ses activités malveillantes, resserrerait l’étau autour du cou des mollahs.

En outre, les manifestations organisées par des personnes de tous horizons au cours des sept derniers mois et leur propagation à travers l’Iran témoignent de la résignation de la société. Le peuple iranien souffre d’une situation économique catastrophique créée par la corruption du régime. De nombreux Iraniens perdent la vie à cause de l’épidémie de Covid-19 et de l’inaction du régime.

Le mécontentement du peuple iranien envers le régime a atteint un nouveau niveau. Le récent boycott national de l’élection truquée du régime et la décision des mollahs de nommer le sinistre Ebrahim Raïssi comme nouveau président pour réprimer davantage le peuple sont autant de preuves que le peuple ne veut pas de ce régime.

Après les événements de ces derniers mois, la récente série de grèves et de manifestations annonce un soulèvement national. Ce soulèvement a beaucoup terrifié le régime et ses responsables.

« Ne pas prêter attention à la dissidence du peuple pourrait provoquer le chaos et accroître le fossé politique [entre le régime et le peuple]. Cette affaire ne ferait qu’intensifier le mécontentement et la fronde populaire« , a averti le quotidien officiel Sharq le dimanche 27 juin 2021.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe