mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsL’impact des activités des unités de résistance de l'OMPI sur la société...

L’impact des activités des unités de résistance de l’OMPI sur la société et le régime iranien

Les unités de résistance de l’OMPI en Iran

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a publié de nombreuses vidéos sur les activités de ses «Unités de résistance» et de jeunes rebelles iraniens sur son site. Ces activités, au milieu de l’épidémie de coronavirus et des mesures de répression croissantes, répandent un message d’espoir et de résistance parmi la population et entretiennent la flamme de la résistance. Leurs activités ont terrifié les responsables du régime.

En écrivant des graffitis et en affichant des banderoles, les unités de résistance et les partisans de l’ompi ont commémoré les victimes du massacre de 1988 et le prisonnier politique nouvellement exécuté Mostafa Salehi. Rendant hommage aux plus de 30 000 martyrs tués lors des massacres de 1988, les unités de résistance de l’OMPI ont appelé à la justice et à la poursuite des auteurs de ce crime odieux qui occupent actuellement des postes de responsabilité dans le régime. Ils ont également fait écho à l’appel lancé par la présidente élue de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, à la communauté internationale pour qu’elle ouvre une enquête indépendante sur ce massacre et mette fin à l’impunité des responsables du régime scélérat.

Dans un autre développement au cours des derniers jours, de jeunes rebelles dans plusieurs villes iraniennes ont pris pour cible les centres de répression du régime, ceux qui pillent les ressources du pays et exportent le terrorisme. Ils ont également incendié un certain nombre de banderoles du guide suprême du régime, Ali Khamenei, et du cerveau terroriste éliminé des mollahs, Qassem Soleimani.

Ces actions téméraires sont menées alors que les forces du régime sont en état d’alerte.

La progression et la persistance des activités des unités de résistance et de la jeunesse rebelle ont terrifié les responsables du régime. Le chef de la prière du vendredi de Racht dans la province de Gilan a déclaré le 31 juillet: «L’OMPI est l’ennemi le plus important de la République islamique. La solution pour contrer les astuces de l’ennemi est d’éviter et de prévenir toute action qui agite la société. »

L’imam de la prière du vendredi de la ville de Natanz a pour sa part déclaré: «[l’OMPI] veut nuire à des valeurs sociales telles que le guide suprême [Ali Khamenei] et le Conseil des gardiens… alors que l’OMPI tente de provoquer des manifestations publiques.»

L’imam de la prière du vendredi de Varamin a de son côté déclaré: «Une autre chose que [l’OMPI] fait pour nuire à notre pays et au guide suprême est de créer des troubles publics et de la méfiance envers le pouvoir, tout en œuvrant à saper l’espoir et la confiance des gens et d’ouvrir des blessures sociales.»

Pourquoi le régime craint l’OMPI en Iran

Outre plus de 40 ans de lutte pour la liberté, le rôle de premier plan de l’OMPI, en particulier le rôle des unités de résistance lors des manifestations nationales de novembre 2019 a choqué le régime.

La société iranienne est dans une situation explosive. La corruption institutionnalisée du régime iranien et l’utilisation abusive de la richesse nationale pour financer le terrorisme à l’étranger, l’oppression intérieure et sa mauvaise gestion de la crise du COVID-19 qui continue de faire des victimes dans tout l’Iran, ont poussé davantage la société iranienne au bord de la révolution.

Les médias et les responsables gouvernementaux ont constamment mis en garde contre un éventuel soulèvement.

Le quotidien Ebtekar a averti jeudi: «Ces inactions et ces promesses creuses vont un jour frustrer la société. Ensuite, il ne trouvera pas d’autre moyen que de se lever. »

Le quotidien Keyhan, connu pour être le porte-parole de Khamenei, a souligné les décisions économiques contradictoires d’Hassan Rohani et a écrit jeudi: « Les responsables réfléchissent-ils aux conséquences de leurs propos? Ou est-ce aussi à cause des sanctions ? Beaucoup de décisions du gouvernement manquent d’expertise, nous avons payé des coûts élevés, tels que le [soulèvement] de novembre 2019 et la hausse du coût du carburant, qui a affaibli tout le système au pouvoir.»

Les manifestations nationales en Iran en novembre, avec les unités de résistance à leur tête, ont ébranlé la fondation du régime. Bien que les mollahs aient pu temporairement réprimer la société en tuant plus de 1500 personnes et en procédant à des arrestations massives, ils savent que la situation a changé et que la société n’attend qu’une étincelle pour s’embraser.
Les mesures d’oppression croissantes, son inaction délibérée dans le contrôle de l’épidémie de COVID-19 pour paralyser la société iranienne ne visent qu’à empêcher un autre soulèvement majeur.

Par conséquent, les activités des unités de résistance de l’OMPI et des jeunes rebelles jouent un rôle important pour maintenir la flamme de la résistance allumée et empêcher le régime de faire taire la voix des manifestants et leurs justes revendications. En conséquence, les manifestations se poursuivent à travers l’Iran dans tous les milieux, les manifestants identifiant le régime comme la véritable source des maux économiques et sociaux.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe