mercredi, juin 23, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsMalgré les mises en garde contre les inondations en octobre dernier, le...

Malgré les mises en garde contre les inondations en octobre dernier, le régime iranien n’a rien fait

Malgré les mises en garde contre les inondations en octobre dernier, le régime iranien n'a rien fait

Un directeur de la Coopérative pour l’agriculture et les ressources naturelles de Dasht-e Azadegan – une organisation étatique responsable de la gestion des terres agricoles – a déclaré que les autorités de Téhéran n’ont fait preuve que d’incompétence et de laxisme durant les récentes inondations.

Hossein Marmazi a déclaré qu’à la suite de cette mauvaise gestion, des dizaines de milliers d’hectares de terres agricoles ont été détruits dans la province du Khouzistan et les personnes évacuées n’avaient nulle part où aller.

Il a expliqué que pendant sept mois, les experts de sa coopérative avaient averti les autorités de graves inondations au début du printemps.

Il a déclaré : « Nous avons insisté pour que les marais et les douves soient dragués et avons averti qu’en cas d’inondation, les villes et les villages seront submergés par l’eau. Personne ne nous a écoutés. »

Protestations

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne a déclaré : « Deux semaines se sont écoulées depuis le début des inondations et la situation en Iran reste très critique. L’inaction du régime des mollahs face à l’ampleur de cette catastrophe nationale a désemparé la population excédée. »

Au lendemain des premières inondations, les habitants ont commencé à manifester leur mécontentement contre le Régime parce qu’il ne les protégeait pas et ne distribuait pas d’aide. Cela a amené les autorités à dépêcher des forces répressives sur le terrain.

Dans la province du Lorestan, les autorités ont envoyé 1 000 policiers anti-émeute dans la ville dévastée de Pol-e Dokhtar mercredi et jeudi, le chef adjoint de la police provinciale ayant avoué qu’ils accordaient la priorité à la « sécurité » du régime. Le général Ayub Soleimani a déclaré : « Nous avons fait venir plusieurs brigades des provinces voisines en renfort et avons mis en place des patrouilles mobiles et des postes de contrôle dans toute la ville pour maintenir la sécurité. »

Un habitant de Pol-e Dokhtar a expliqué : « Ils ne jouent aucun rôle dans l’aide d’urgence demandée par la ville, ils ne sont là que pour réprimer tout éventuel mouvement de protestation. »

Le pouvoir du peuple

Suite à l’inaction du régime, le peuple iranien s’est mobilisé, utilisant des bateaux de pêche pour se secourir mutuellement, empilant des sacs de sable pour créer des barrières contre les inondations, et interpelant les autorités du régime pour leur manque de soutien.

Maryam Radjavi a appelé le peuple iranien à s’entraider et à former des conseils populaires pour faire face aux inondations, ce qui a été mal vue par le régime qui craint d’être renversés. Elle a déclaré que les ressources de l’armée et du gouvernement doivent être mises à la disposition de la population. Elle a également appelé la communauté internationale à faire pression sur le régime pour qu’il accepte l’aide étrangère.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe