jeudi, décembre 31, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Manifestations des Iraniens victimes du scandale des investissements

Manifestations des Iraniens victimes du scandale des investissements

Manifestations des Iraniens victimes du scandale des investissements

CNRI – Un grand nombre de victimes du scandale financier d’une entreprise affiliée à l’État iranien ont manifesté à 10 h lundi 18 janvier devant le bureau du procureur du régime à Mashhad, la deuxième plus grande ville iranienne, demandant justice.

Les manifestants ont demandé que leur argent, qui a été détourné lors du scandale des investissements de Padidah Shandiz, leur soit rendu, et déclarent que les membres de l’entreprise ont bénéficié du soutien de l’appareil judiciaire et des services des renseignements des mollahs.

Ces dernières semaines, un grand nombre de personnes à Mashhad, qui ont perdu leurs biens à cause de cette entreprise, ont tenu plusieurs manifestations et rassemblements. De nombreux manifestants ont été blessés et arrêtés par les forces de sécurité répressives.

L’institut « Padideh Shandiz » est l’une des douzaines d’entreprises fondées par de hauts fonctionnaires du régime, dans le but de soutirer aux Iraniens leurs petites économies et leur capital.

Padideh Shandiz, qui est étroitement liée au corps des gardiens de la révolution islamique, s’est construite comme une entreprise de développement international du tourisme dans la banlieue de Mashhad et sur l’île de Kish. Elle est active dans le secteur de la restauration, le tourisme et la construction, et qui attire les investisseurs en leur faisant miroiter d’énormes retours d’investissement. Sa campagne de publicité sur la télévision d’État a été prise comme la preuve que le régime soutenait cette entreprise.

En janvier 2015, une fraude d’un montant de 34,3 milliards de dollars a été mise à jour. L’entreprise est soupçonnée d’avoir manipulé ses actions. De nombreuses personnes ayant investi dans cette entreprise ont été ruinées peu après.

Padideh Shandiz aurait bénéficié d’un tiers des publicités dans les aéroports iraniens, et aurait payé 5,1 % des revenus de la chaîne d’État IRIB pour ses publicités.

Durant ces deux dernières semaines, les habitants de Mashhad, mais aussi ceux de Téhéran, Isphahan, Chiraz, Kerman, Yazd, Rasht et Karaj ont également tenu des rassemblements pour exprimer leur dégoût et protester contre de telles extorquassions et demandent que l’argent volé soit rendu aux investisseurs.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe