vendredi, février 5, 2021
Accueil Actualités Actualités: Iran Protestations Tour d'horizon des manifestations en Iran: du 1er au 4 janvier

Tour d’horizon des manifestations en Iran: du 1er au 4 janvier

Les retraités de l’Organisation de la sécurité sociale ont organisé des manifestations dans au moins 11 provinces et 22 villes d’Iran le dimanche 3 janvier 2021.

Les villes iraniennes ont été témoins de protestations de tous les horizons de lq soci2t2 iranienne au cours des derniers jours. La population proteste contre la mauvaise gestion économique du régime, qui pendant l’épidémie de coronavirus a aggravé leurs problèmes de la vie courante. Alors que les gens du monde entier ont commencé la nouvelle année avec un peu plus d’espoir, les Iraniens sont toujours aux prises avec la pauvreté et la pandémie de coronavirus.

Des informations sur ces manifestations ont été regroupé par l’opposition iranienne.

Le lundi 4 janvier, un groupe d’infirmières des centres de santé d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, a protesté contre la discrimination systématique dans l’emploi, le manque de sécurité d’emploi et les inégalités de salaires. Alors que les infirmières sont en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, elles subissent une pression énorme au quotidien. Une infirmière protestataire a déclaré : « Nos salaires et primes ont été réduits ces derniers mois. Par conséquent, en raison de la pandémie, nous avons eu une situation très difficile.»

Les infirmières des centres de santé d’Ahvaz protestent contre la discrimination systématique dans l’emploi – le 4 janvier 2021

Lundi, pour le deuxième jour consécutif, les employés du centre de santé de Yazd, dans la province de Yazd, dans le centre de l’Iran, se sont mis en grève et se sont rassemblés devant le bureau du représentant du régime à Ashkzar et Yazd. Les manifestants ont déclaré qu’ils continueraient leur grève jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites. Ils ont scandé des slogans de solidarité et de soutien aux infirmières et ont protesté contre leurs salaires de misère.

Les employés de l’entreprise du centre de santé Yazd en grève – 4 janvier 2021

Le 4 janvier, les résidents de la ville d’Azimieh dans la province de Qazvin, au centre-nord de l’Iran, ont organisé un rassemblement et ont protesté contre le manque d’eau et d’électricité sur plus de 330 hectares de terrain dans cette ville. Les manifestants ont déclaré que les grandes coopératives avaient reçu de l’argent de la population pour fournir des infrastructures et des services municipaux pour les terres certifiées de la région, or la ville est en manque d’installations basiques.

Des agriculteurs de la province d’Ispahan manifestent contre le détournement de l’eau de la rivière Zayandeh Roud – 4 janvier 2021

Lundi, des agriculteurs de la province d’Ispahan, au centre de l’Iran, se sont rassemblés pour protester contre le détournement de l’eau de la rivière Zayandeh Roud, qui laisse leurs terres sèches. Ces manifestants ont souligné qu’ils resteraient debout jusqu’à la fin et ne laisseraient pas les autorités détourner le cours d’eau. La rivière Zayandeh Roud a jadis irrigué abondamment cette région, descendant des montagnes de Zagros, à travers la ville d’Ispahan. Mais il a été asséché au cours des dernières années, notamment à cause de l’incurie des autorités.

La négligence du régime à prêter attention aux problèmes environnementaux de l’Iran et son pillage systématique de la richesse nationale ont dévasté l’écosystème iranien. Les Gardiens de la Révolution (CGRI) ont ajouté à la sécheresse en Iran en construisant des barrages.

Le dimanche 3 janvier, des centaines de retraités ont organisé une manifestation nationale à travers l’Iran. Ces manifestations ont eu lieu dans 22 villes iraniennes, notamment à Téhéran, Kermanshah, Tabriz, Khorramabad, Arak, Ispahan, Shiraz, Ahvaz, Qazvin, Hamedan, Rasht, Sanandaj, Shush, Karaj, Neyshabur, Yazd, Bojnourd et Shushtar. Les retraités ont protesté contre le manque de parité entre leurs salaires et l’inflation et les prix élevés. À Karaj, les forces de sécurité de l’État ont empêché les retraités de prendre des photos et des vidéos. À Suse, dans le sud-ouest de l’Iran, en plus des manifestations devant le Bureau des services sociaux, les retraités ont également organisé une marche de protestation.

Dimanche, des travailleurs contractuels de la compagnie pétrolière Gachsasran, à Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad, dans le sud-ouest de l’Iran, ont organisé une manifestation devant le siège de la société, réclamant leurs retards de salaire.

Les manifestants ont étalé leurs nappes vides dans la rue en signe de leur pauvreté. Ces travailleurs ont déclaré qu’ils n’avaient pas d’avantages sociaux et n’avaient même pas de vêtements de travail appropriés.

Les travailleurs contractuels de la compagnie pétrolière de Gachsasran manifestent devant le siège social de l’entreprise – 3 janvier 2021

Dans un événement similaire dimanche à Kohgiluyeh et dans la province de Boyer-Ahmad, les travailleurs des égouts ont organisé un rassemblement devant le service des eaux usées et des eaux de la province et ont exigé leur chèque de paie retardé.

Dimanche, des employés contractuels du centre de santé de Bafq, dans la province de Yazd, ont organisé une manifestation devant le gouvernorat. Ils ont exigé leurs chèques de paie retardés et leurs primes d’emploi. Ils ont également protesté contre la discrimination entre les travailleurs contractuels et les travailleurs permanents.

Employés contractuels du centre de santé de Bafq, dans la province de Yazd, manifestent devant le gouvernorat – 3 janvier 2021

Samedi, les enseignants contractuels de la province de Yazd ont organisé une manifestation devant le gouvernorat, réclamant leurs retards de salaire et les promesses non tenues des fonctionnaires concernant leur statut professionnel.

Les enseignants contractuels de la province de Yazd manifestent devant le gouvernorat – 2 janvier 2021

Dimanche, les travailleurs contractuels du centre de santé de Shiraz dans la province du Fars, dans le sud-ouest de l’Iran, ont organisé un rassemblement devant le gouvernorat, protestant contre leurs mauvaises conditions de travail et exigeant le paiement de leurs salaires en retards.

Ils tenaient une banderole : «Nous nous sommes précipités à votre aide dans la pire situation, mais vous nous avez abandonnés dans notre pire situation. Nous voulons nos droits. »

La discrimination du régime et le fait de ne pas prêter attention aux besoins des acteurs du monde de la santé se sont poursuivis même pendant la pandémie.

Les contractuels du centre de santé de Shiraz organisent un rassemblement devant le gouvernorat – 3 janvier 2021

Samedi, des infirmières contractuelles de Yasuj, dans la province de Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad, qui ont travaillé avec persévérance et peines depuis le début de la pandémie, ont protesté contre leur licenciement soudain et le refus de l’Université des sciences médicales de Yasuj de les recruter.

 

Des infirmières contractuelles à Yasuj, dans la province de Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad manifestent contre le régime – 2 janvier 2021

Samedi, les travailleurs du Group National de l’Acier se sont rassemblés à Ahvaz pour protester contre la nomination de nouveaux directeurs des services de l’administration et des finances qui les ont expulsés.

Les travailleurs du National Steel Group se sont réunis pour protester à Ahvaz – 2 janvier 2021

Le 2 janvier, les pompiers d’Ispahan ont organisé un rassemblement devant le bâtiment central de la municipalité du régime à Ispahan, réclamant leurs salaires et leurs avantages sociaux.

Rassemblement des pompiers à Ispahan – 2 janvier 2021

Le vendredi 1er janvier, un groupe de jardiniers dans l’est de la province d’Ispahan a organisé un rassemblement devant le bureau des membres du parlement du régime pour protester contre l’ordre du gouvernement de démolir les jardins de certaines habitations.

Ces manifestations soulignent une fois de plus la fébrilité de la société iranienne et le fait que le peuple iranien ne tient le régime que pour responsable de ses difficultés économiques et sociales. Le mécontentement social persistant en Iran fait craindre les autorités. «Nous devrions être inquiets. La poursuite de [l’épidémie de coronavirus] aura des effets destructeurs et causera de nombreux problèmes à l’économie et à la société du pays. Dans la situation actuelle du coronavirus, susciter de faux espoirs est inutile. Le coronavirus et une économie en faillite… ont un impact énorme pour rendre les moyens de subsistance des gens plus difficiles », a écrit dimanche le quotidien Sharq.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe