vendredi, juin 18, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsTour d'horizon des manifestations en Iran : les gens manifestent en plein...

Tour d’horizon des manifestations en Iran : les gens manifestent en plein pandémie du COVID-19

Selon les rapports de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), alors que les crises économiques et sociales de l’Iran s’aggravent, de nouvelles manifestations ont lieu dans tout le pays.

Le samedi 8 mai, des lycéens ont organisé un rassemblement dans le district de Nasim Shahr à Téhéran pour protester contre les examens sur place alors que la crise du Covid-19 continue de prendre jusqu’à mille vies par jour en Iran.

Les étudiants iraniens ont commencé leurs manifestations mardi dans de nombreuses villes d’Iran contre les examens exigeant une présence physique plutôt que des examens en ligne, compte tenu de la pandémie de coronavirus.

Ils ont scandé des slogans tels que: «Compte tenu du coronavirus, l’examen physique n’est pas possible», «Nous ne voulons pas de l’examen sur place», «N’ayez pas peur, nous sommes tous ensemble, les examens sur place doivent être annulés. »

Mercredi, selon la Résistance iranienne, dans plusieurs villes, les forces répressives du régime ont attaqué les étudiants avec des matraques et du gaz poivré et confisqué leurs téléphones portables. A Yazd et Shahrekord, plusieurs étudiants ont été arrêtés.

Alors que d’autres pays atteignent leur objectif de vaccination générale, le régime a retardé le processus de vaccination et refuse de procéder à un verrouillage. Pendant ce temps, l’Iran traverse la quatrième vague de la pandémie de coronavirus. La tenue d’examens, le refus de se procurer des vaccins certifiés et le fait de forcer les gens à travailler font partie de la politique inhumaine du régime qui se sert du Covid-19 pour contrôler la société agitée.

Mais les manifestations en cours en Iran montrent que la politique du régime a jusqu’à présent échoué.

Les actionnaires pillés d’Azovico à Téhéran ont organisé samedi une manifestation devant le Tribunal spécial pour la corruption économique. Dans un événement similaire samedi, les investisseurs pillés de «Anboh Sazan Maskan», une société de logement de masse, ont organisé une manifestation devant la municipalité d’Oroumieh, réclamant leurs droits et leurs maisons.

Jeudi, plusieurs éleveurs de volailles de Chiraz, dans le centre de l’Iran, ont organisé un rassemblement pour revendiquer leurs droits.

Jeudi matin, les investisseurs pillés de la bourse ont organisé un rassemblement de protestation à Téhéran. Craignant que cette manifestation ne se propage, les forces répressives du régime les ont attaqués et en ont arrêté deux manifestants.

Des millions d’Iraniens ont perdu leur biens dans les crises boursières iraniennes en raison du plan du régime consistant à compenser son déficit budgétaire en trompant les gens et en les encourageant à investir dans le marché boursier.

Samedi, le quotidien Sharq, géré par l’État, tout en admettant le pillage, le détournement de fonds et le chaos économique du régime, avertit le régime des conséquences sociales alors que des millions d’Iraniens sont aux prises avec la pauvreté.

«Les politiques de libéralisation, de privatisation, de déréglementation, de monétisation et de marchandisation des phénomènes sociaux et économiques sont responsables des crises économiques, sociales, culturelles et politiques actuelles du pays après la guerre», a écrit Sharq.

Sharq a averti les responsables du régime que «la contribution de la dévaluation de la monnaie nationale en tant que déstabilisation macroéconomique la plus importante, la stagflation, le chômage généralisé, les inégalités socio-économiques sans précédent; la richesse astronomique des fonctionnaires; Une corruption sans précédent dans le contexte administratif, culturel et social; Affaiblissement continu du pouvoir d’achat de la population et crise des moyens de subsistance d’une large population de la société; dommages sociaux, y compris la propagation de la dépendance à l’opium; La croissance de la criminalité; La violence et le taux de suicide, la prostitution, le nombre croissant d’enfants qui travaillent, la fuite des cerveaux sont des menaces pour la sécurité sociopolitique. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe