Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Iran: Les manifestants attaquent les centres gouvernementaux et brûlent des portraits de Khamenei et de Soleimani

Soulèvement en Iran - No. 16

Samedi, au troisième jour du soulèvement national en Iran, les flammes de l’insurrection contre le régime théocratique se sont attisées et les populations de diverses villes ont résisté aux attaques des forces répressives et détruit plusieurs bâtiments gouvernementaux.

A Chiraz, la population en colère a brûlé le portraits de Ghassem Soleimani, le bourreau du peuple du peuple syrien. Les manifestants ont été attaqués par une unité motorisée des pasdaran quand ils ont scandé des slogans contre Khamenei, suivit d’un véritable affrontement.

A Téhéran, lors du renversement du portrait de Khamenei près du centre de la milice du bassidj sur la rue Azadi, il s’est produit un violent affrontement avec les agents répressifs. Dans la rue Ferdowsi, les manifestants ont brûlé des affiches et banderoles des agents du régime. Ils ontcégalement brûlé des pneus pour faire barrage aux forces répressives. Au coucher du soleil, un affrontement entre les forces répressives et les manifestants a fait plusieurs blessés sur le boulevard Vali Asr.

Sur la place de la Révolution, les manifestants ont scandé « A bas le principe du Guide Suprême » et ont déchiré les banderoles du régime et brisé les vitres des véhicules anti-émeutes. Sur le boulevard Enghelab, les jeunes ont scandé : « A bas Khamenei ». Dans le parc Daneshjou on entendait les cris de « Honte à toi Khamenei, lâche le pays et vas-t-en". Sur le boulevard Keshavarz à Téhéran, le bâtiment municipal du district 2 de la zone 6 a été attaqué par des manifestants.

De jeunes braves de Doroud ont protesté en criant « Mort à Khamenei ». Les gardes criminels et la milice du Bassidj ont tiré sur les jeunes courageux et tué au moins deux personnes. Des manifestants en colère ont brûlé le gouvernorat de cette ville.

 

A Karaj, une moto anti-émeute a été incendiée par les manifestants. Ils ont également attaqué le palais de justice de la ville. A Arak, les manifestants ont attaqué le commissariat de police aux cris de « mort à Khamenei ». Ils ont renversé une voiture de police pendant la manifestation.

Avec la tombée de la nuit, des dizaines de milliers de personnes à Ahwaz se sont mobilisées contre la dictature. Les affrontements entre manifestants les forces de l'unité spéciale de la police se sont étendues à toutes les rues menant à la rue principale Naderi. De jeunes braves ont saisi le véhicule d’une unité anti-émeute.

 

Sur la place Khomeini, à Najaf Abad, des manifestants ont renversé le portrait de Khomeini et ont jeté une grenade sur l’effigie de Khamenei. Après la manifestation, la population vaillante de Khorramabad,

qui avait subie l'attaque des forces répressives, a envahi le gouvernorat de Khorramabad et l’a incendié.

A Kermanchah les manifestants ont passé à tabac un milicien du Bassidj. Les forces de sécurité ont arrêté plusieurs personnes. A Behbahan, des jeunes ont arraché le portrait honni de Khamenei et s’en sont pris palais de justice, scandant des slogans contre les dirigeants intégristes.

La population de Sabzevar s'est mobilisée pour le deuxième jour consécutif. Des affrontements ont éclatés avec les forces répressives, après que des manifestants aient attaqué des bâtiments gouvernementaux.

Les rassemblements de milliers de personnes à Bandar Abbas ont conduit à des heurts avec les forces répressives. Des jeunes en colère ont fait tomber les portraits de Khamenei et ont attaqué le centre des pasdaran dans la ville.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne

Le 30 décembre 2017

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés