Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Deuxième semaine de grève chez les sidérurgistes d’Ahvaz


Soulèvement en Iran – N°88

Manifestation des sidérurgistes d’Ourmia, de Khorrramabad et de Khorassan

Les ouvriers du Groupe national sidérurgique d’Ahvaz ont poursuivi leur grève pour le 7e jour consécutif, le 26 février. Ceux qui se sont rassemblés devant les bâtiments du gouvernorat ces trois derniers jours ont entonné : « Je ne partirai pas d’ici tant que mes droits ne seront pas respectés » ; « les ouvriers meurent, ils n’acceptent pas l’infamie » ; « aucune nation n’a vu autant d’injustice » ; « un détournement de moins et notre problème est résolu » ; « aujourd’hui, c’est un jour de deuil, le pauvre groupe national est la victime ». Ils ont ensuite défilé et bloqué la rue.

Le Groupe national sidérurgique d’Iran, avec 54 ans d’existence, est un fabricant d’équipements de traction d'une capacité de plus de 3 000 ouvriers spécialisés. La production de ce pôle économique dans le pays a baissé de 10 % à cause des politiques désastreuses du régime des mollahs et du détournement de son capital par les gardiens de la révolution. Ainsi, les ouvriers ont été privés de leurs salaires déjà bas et n’ont pas eu d’autre choix que de faire grève tous les quelques mois pour obtenir leurs salaires. Plus tôt en février, ils ont manifesté contre le non-paiement de trois mois de salaires et de leur prime ainsi que contre l’échec de leur employeur à remplir les promesses creuses qu’il leur avait faites.

À Ourmia, les ouvriers du groupe industriel sidérurgique ont manifesté devant les bâtiments du gouvernorat pour protester contre des arriérés de salaires d’un an. Ils se sont également rassemblés devant ce bâtiment le 24 février. Le groupe industriel employait environ 1500 ouvriers en 2004, mais avec seulement une centaine d’ouvriers aujourd’hui, il ne fonctionne qu’à 20 % de ses capacités.

Lundi, les ouvriers de la société sidérurgique Sadr de Khorramabad qui n’ont pas été payés depuis 10 mois ont manifesté pour le troisième jour consécutif. Comme la plupart des industries dans le pays, la fabrique est dans un état lamentable, et 180 ouvriers n’ont toujours pas reçu leur salaire ni leur prime depuis plusieurs mois.
Les ouvriers de l’industrie « Khorasan Steel Workers and Contractors » et de l’industrie pétrolière qui n’ont pas été payés depuis 13 mois sont également entrés en grève.

La Résistance iranienne salue les courageux ouvriers de l’industrie sidérurgique d’Ahvaz, d’Ourmia, de Khorramabad et du Khouzistan et appelle le public à exprimer sa solidarité. Elle appelle également aux syndicats internationaux de condamner l’oppression et la répression des ouvriers par le fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 février 2018

 

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés