Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Grand rassemblement pour un Iran libre - 30 juin 2018 - Villepinte-Paris Nord ( Nouveau mise à jour)

Iran Libre Villepinte 2018

George Casey , ancien commandant des forces américaines en Irak :

Aujourd’hui l’Iran avec le terrorisme continue à terrifier toute la région. Aucun gouvernement qui soutient activement un réseau de terreur ne peut être un acteur productif sur la scène politique internationale.

19: 35 Ad Melkert, ancien leader du parti travailleurs hollandais et représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU :

C’est la célébration de la fin de l’horreur qui a gardé vos frères et sœurs en prison. Les efforts portent leurs fruits et la justice prévaudra. L’Albanie est un exemple. Je salue votre mouvement qui n’a jamais abandonné. Le fanatisme et l’oppression s’éteindront. Le changement est à portée de main, non seulement pour l’avenir de l’Iran mais pour des sociétés pacifiques dans le monde.

Je vous rejoins pour condamner le fanatisme et la répression du régime iranien et pour dire que le changement en Iran est à la portée de main. Vous êtes infaillibles. Merci pour vos efforts. Je vois dans votre inspiration la démocratie, la liberté, la justice pour un Iran pacifique et prospère. Vous êtes des acteurs d’un changement heureux.

18: 55 Ingrid Bétancourt ancienne sénatrice colombienne et candidate à la présidence de la République :

Maryam Radjavi a proposé et mis en place un plan en 10 points pour supprimer la dictature en Iran mais c’est le courage, le sacrifice, le sang et l’amour qui mèneront ce combat à la victoire. Je dis aux jeunes qui lancent des pierres, qui brulent des portraits des mollahs, après des décennies sous la tyrannie de la dictature religieuse : « nous sommes avec vous, jusqu’à ce que vous ayez la liberté. »

Rama Yade, ancienne secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme :

Les hommes pensaient que c’était impossible, aujourd’hui alors les femmes l’ont fait. Ce sont les femmes qui mènent la révolution iranienne maintenant car elles prennent tous les risques. C’est à elles que je veux adresser mes encouragements les plus sincères.Ca fait six mois qu’elles ont déclenché une vague de protestation qui n’est rien d’autre qu’une immense demande de liberté. Les Iraniennes ont lançé un mouvement irréversible en Iran. Le régime est conscient de la dimension profondément politique de la révolte en cours. Mme Radjavi est une femme forte qui mène la révolution. Le changement en Iran ne viendra pas de l’étranger mais des Iraniens eux-mêmes car l’Iran appartient aux Iraniens.

Bernard Kouchner, ancien ministre français des affaires étrangères :

Nous avons des divergences politiques, nous l'avons vu avec les américains, les canadiens... Une chose est sûre : le peuple français veut vous suivre sur le chemin de la liberté. Nous sommes tous à vos côtés et au côté de Mme Radjavi et ses perspectives démocratiques. Une autre fois encore je suis d’accord avec Maryam Radjavi quand elle parlait de la grande perspective fantastique démocratique pour la liberté. Les opposants ont certainement vu le programme de Mme Radjavi. Sauf le fait que certains politiciens et leaders en Europe ne soient pas en accord complet avec le fait qu’il faille détruire l’accord nucléaire entre l’Iran et les pays démocratiques, ils s’entendent quand même sur le fait de vous soutenir et d’en finir avec les mollahs. 

Bernard Kouchner : Nous avons des divergences politiques, nous l'avons vu avec les Américains, les Canadiens. Mais une chose est sûre: le peuple Français veut vous suivre sur le chemin de la liberté. #FreeIran2018 #IStandWithMaryamRajavi pic.twitter.com/HsMuDlVgRj

Vous avez notre engagement et le soutien des nations unies, de Monsieur le secrétaire général Antonio Guttierrez.

Oui, la situation en Iran est en train de changer. La situation en Iran n’est plus en faveur des extrémistes. Oui le vent tourne.

Le peuple iranien veut la démocratie, la paix, sans milices, sans exécution. La France par la voix de son président a plaidé pour une liberté de manifester, pour un contrôle du programme balistique, et s’est inquiétée de l’ingérence militaire avec pour conséquences des catastrophes humanitaires.

Le Secrétaire général de l’ONU a déclaré être profondément écœuré par les exécutions en Iran. Il faut que les personnes arrêtées puissent exercer leurs droits.

Je vous ai ici cité le dernier rapport d’Amnesty international. Actuellement nous avons dans les prisons de multiples personnes arrêtées dans les manifestations.

Oui nous exigeons la libération des prisonniers politiques, la fin de la torture. Nous encourageons le changement et l’alternance. L’alternance c’et vous, Madame, avec votre plan. C’est-à-dire le plan de la liberté et de la démocratie.

16: 20 - Louis Freeh, ancien directeur du FBI :

Le vent du changement souffle en Iran. Vos frères et sœurs en Iran poussent votre élan avec force et ensemble vous allez mener à une conclusion magique.
Nous sommes là pour vous et nous vous apportons notre soutien.

J’ai deux brefs messages : aux combattants pour la liberté, je dis que nous sommes émerveillés par votre courage et nous pouvons porter votre combat car nous avons le même objectif de liberté.
Mon deuxième message est adressé aux oppresseurs en Iran, aux terroristes devenus criminels, qui ont torturé, massacré leur peuple, nous allons mener ces criminels en justice. Il y a des choses qu’on appelle preuves, témoins, comptes en banques et ceux qui ont commis des crimes contre l’humanité seront traduits devant une Cour pénale internationale.

Michael Mukasey, ancien ministre américain de la justice

Je veux remercier Mme Radjavi pour son combat et sa dévotion. J’ai une pensée pour ceux qui ont été tués et mutilés dans ce combat.

Nous savons tous, et vous savez aussi qu’il n’y a rien d’inévitable dans les combats humains. Vous êtes là pour montrer que vos efforts ne sont pas vains.

Je vous promets au nom de toute la délégation américaine que nos efforts ne s’arrêtent pas et que nous continuons à vous soutenir. La décadence économique et politique des mollahs est arrivée. Nos soutiens se poursuivront jusqu’au jour où nous nous féliciterons dans un Iran libre.

16: 00 - Newt Gingrich, ex président de la Chambre des Représentants des USA :

Tout d’abord, je tiens à tous vous remercier pour votre présence. Vous réunissez tant de personnes venant de tant de pays différents.

Aujourd’hui vous avez un gouvernement américain qui est déterminé à mettre fin à la dictature en renforçant les sanctions jusqu’à la fin de ce régime.

Le régime iranien est plus faible que jamais.

Il est honteux que les gouvernements européens souhaitent conserver leurs relations commerciales avec le régime. Ces gouvernements doivent comprendre que toute économie injectée dans cette dictature impliquera de payer le prix fort.

Notre but est d’avoir un régime démocratique et libre qui respecte les droits des individus.

Il y a un mouvement pour la liberté, la démocratie, pour les droits du peuple. Je suis profondément persuadé que nous sommes du bon côté du l'histoire. Je crois que ce rassemblement combiné au peuple actif à l’intérieur de l’Iran et à l’administration américaine permettra d’obtenir gain de cause.

Robert Torricelli , ancien sénateur américain

Nous sommes ici en tant que démocrates et républicains, libéraux et conservateurs.

Nous avons des différences mais nous sommes debouts derrière Donald Trump jusqu’à la fin.

Rudy Giuliani, et Newt Gringrich,ont mis cela bien claire. Je représente aussi Patrick Kennedy qui n’a pas pu être là aujourd’hui. Nous sommes ici, démocrates et républicains et ne laissons pas Téhéran commettre d’autre erreur.

Nous sommes debout pour montrer aux mollahs que nous sommes avec les Achrafiens, avec l’OMPI, avec le peuple iranien.

Etre Iranien ne signifie pas être opprimé, cela peut signifier être libre, prospère, heureux… Il y a maintenant 3000 Achrafis libres en Albanie, il y en aura bientôt 80 millions en Iran !

Bill Richardson, ancien gouverneur de New Mexico :

Je veux que vous sachiez que les Etats Unis vous soutiennent. Je vois ici des dirigeants venant du monde entier et je me rappelle avoir été là il y a 8 ans. Il n’y avait pas autant de monde qu’aujourd’hui où vous semblez être des dizaines de milliers.

Vous êtes la source du changement en Iran. Vous avez combattu contre le Shah, vous combattez la dictature.

Vous les jeunes, les femmes, tous les participants aujourd’hui... vous êtes la force de cette résistance ! Le pouvoir est avec vous. La fin est proche.

Etes-vous pour un Iran libre ?

Etes-vous pour que Madame Radjavi soit la présidente de l’Iran ?

 

RudyGiuliani, avocat du Président DonaldTrump

Je pense être très réaliste et être capable de voir la fin du régime iranien.

Nous l’avons vu dans d’autre pays d’oppressés, quand le peuple prend la rue et proteste des jours et des jours comme dans 142 villes en Iran, même si certains d’entre eux sont tués, ce mouvement continue de croitre, la liberté est donc juste à portée de main.

Trump a tweeté en soutient aux manifestants comme Ronald Reagan l’a fait en son temps contre le communisme.

Ca n’aurait pas été possible il y a quelques années avec la politique de complaisance de la précédente administration. Honte à l’ancienne administration américaine.

Les pays qui veulent continuer à soutenir et faire du business avec l’Iran, vous êtes en train de payer un régime qui réprime son peuple, les femmes, comment pouvez-vous faire ça ? Payer un régime qui propage le terrorisme.

Nous devrions boycotter ceux qui continuent de faire du commerce avec le régime iranien.

Nous devons être plus déterminés aujourd’hui. Nous devons maintenant augmenter la pression.

Mon gouvernement a dit non, nous ne faisons pas de business avec un régime qui sponsorise le terrorisme. Nous avons décidé d’arrêter de faire du business avec ce régime et nous avons imposé les sanctions.

Heureusement, mon président a tourné le dos à cet engagement nucléaire avec l’Iran. Nous allons remettre les sanctions en place mais ce n’est pas tout, les sanctions s’appliquent à tous ceux qui commercent avec l’Iran.

Je vous garantis que les sanctions seront de plus en plus fortes, tant que ce pays n’est pas revenu au mains des amoureux de la liberté.

Dans le cas de l’Iran, on ne va pas remplacer un gouvernement par un autre, vous avez l’alternative de la résistance iranienne et du programme en 10 points de Maryam Radjavi, ça c’est de la démocratie !

Depuis que nous sommes à vos côtés avec mes collègues américains, l’appellation terroriste a été retirée de votre mouvement, vous êtes désormais considérés comme des défenseurs des Droits de l’Homme, ce que vous êtes vraiment.

Cette femme courageuse, Madame Radjavi, sera la foi de ce nouvel Iran libre et moderne.

L’année prochaine je veux que nous ayons ce rassemblement à Téhéran.

 15 : 40

Philippe Gosselin député de la Manche :

 

C’est bien le peuple d’Iran qui doit être notre préoccupation. Nous sommes heureux de voir ici un tel rassemblement pour saluer les sacrifices que vous avez connus.

Nous partageons vos inquiétudes maintes fois réprimées par le régime.

Il y a bien un régime qui déstabilise la région, c’est le régime iranien.

Tous ensemble, nous luttons pour un Iran libre de demain.

 

Michèle de Vaucouleurs, députée des Yvelines :

Le soulèvement continue en Iran et les manifestants réclament la fin de la dictature religieuse.

Nous sommes pour une démocratie en Iran qui va abolir la peine de mort et l'inégalité entre les femmes et les hommes, et établir la séparation entre la religion et l’Etat.

 Nous avons reconstitué à l’Assemblée nationale le groupe parlementaire pour un Iran libre. Il faut mettre en place une véritable démocratie en Iran. Pour cela, nous avons invité Mme Radjavi à l’Assemblée nationale. En tant que femme politique, je me réjouis du rôle prépondérant des femmes dans la Résistance iranienne.

Comme a dit Ghandi « La vraie démocratie ne viendra pas de la prise de pouvoir de quelques-uns, mais du pouvoir que tous auront de s'opposer aux abus de l'autorité».

Jean-François Legaret, maire de Paris 1er :
Nous avons choisi avec 14.000 élus de soutenir la Résistance iranienne. Le régime des mollahs soutient le terrorisme. Nous avons choisi de soutenir les efforts inlassables de la Résistance iranienne pour l’instauration d’une démocratie en Iran. Nous soutenons le plan en 10 points de Maryam Radjavi . Elle prononcera à Téhéran le discours du Général de Gaulle à Paris en 1945: L'Iran outragé, l'Iran brisé, l'Iran martyrisé, mais l'Iran libéré.

 

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés