Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Vidéos - Plusieurs crises simultanées conduisent vers le pic des protestations en Iran

Plusieurs crises simultanées conduisent vers le pic des protestations en Iran

Ces derniers jours, diverses crises peuvent être observées à travers l'Iran. Des crises qui peuvent ne pas paraître aussi graves lorsqu’elles sont prises de façon isolée, mais qui, une fois réunies, donnent une image plutôt alarmante. Des crises qui appellent inévitablement à une transformation aussi grande qu'une révolution ! Des crises qui se présentent sous différentes formes, telles que la pauvreté et le chômage, et qui ajoutent de l'huile sur le feu qui emportera le régime islamiste.

Jetons un coup d'œil sur certaines de ces crises

Des problèmes tels que celui des travailleurs du Khouzistan et d'autres cas similaires sont prennent de l’ampleur en Iran, notamment en Azerbaïdjan et dans la région centrale.

L'agriculture d'Ispahan s'est transformée en un désastre indéniable qui a provoqué des accrochages violents entre les forces de l’ordre et les agriculteurs.

De nombreux travailleurs du secteur public, notamment les retraités et des personnes en services, en ont assez de l’incurie des autorités, comme en témoignent leurs protestations constantes devant le Majlis (Parlement des mollahs).

De nombreux employés des hôpitaux n'ont cessé d'exprimer leur mécontentement face à la privatisation des hôpitaux, en se mobilisant dans la rue. La privatisation est l'un des principaux problèmes qui a touché le Sud aussi bien que le Centre (comme à Zanjan et dans d’autres villes), et par la suite, a conduit l'économie du gouvernement dans une impasse.

Après une année entière de vie sous des tentes, de nombreuses victimes du tremblement de terre dans la province de Kermanchah souffrent encore des dommages causés par les séisme permanent et vivent encore sous les mêmes tentes.

De nombreuses personnes se sont fait voler leurs fonds par les institutions financières affiliées aux Gardiens de la révolution (pasdaran). Leurs biens n'ont pas seulement été spoliés, mais ils ont été dépensés pour des groupes terroristes comme le Hezbollah au Liban, les Forces Badr en Irak, les Houtites au Yémen et les forces d’Assad !

De nombreux enseignants, conducteurs et employés des travaux publics luttent également contre le régime pour obtenir leurs droits les plus élémentaires, notamment les salaires impayés !

Ce qui attire davantage l'attention sur ces crises, c'est le fait que plus de 13 millions d'Iraniens font actuellement partie de la classe des travailleurs pauvres ; si chaque Iranien fait partie d'une famille de 4 personnes, il y aurait environ 42 millions de personnes actuellement aux prises avec la pauvreté.

Selon les évaluations même les plus optimistes des experts de l’État, le seuil de pauvreté s'élève à plus de 5 millions de tomans, mais le revenu de nombreux travailleurs était aussi bas que 1.1 million de tomans (237 dollars) par mois (en 2018) et c'est seulement pour les travailleurs permanents. Les travailleurs contractuels, qui sont majoritaires (96 % du total des travailleurs pour être exact), sont encore moins payés !

Cette situation s'empire de jour en jour, à tel point que les responsables du régime se retournent aussi les uns contre les autres !

Selon des informations parues mardi 27 novembre, plusieurs députés ont demandé l'interpellation du président du Majlis, Ali Larijani !

Il est très évident que le régime atteint rapidement la fin de son règne corrompue, et il est également évident que son renversement est la seule solution pour les Iraniens. Une grande transformation est en cours.

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés