Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Les investisseurs escroqués et les enseignants retraités manifestent à Téhéran

Les investisseurs escroqués et les enseignants retraités manifestent à Téhéran

Les épargnants escroqués par l’établissement de crédit Caspian, affilié aux Gardiens de la révolution (pasdaran), ont organisé un rassemblement mardi 21 mai devant le bureau du président des mollahs, Hassan Rohani, exigeant la restitution de leurs économies spoliées.

Les manifestants ont chanté : « Où est notre argent ? » « Assez de promesses, nous n'avons rien à manger ! » « Nous vous avons fait confiance avec notre argent, vous nous avez trahis ! »

Mardi également, les enseignants et éducateurs retraités se sont rassemblés devant le ministère iranien de l'Éducation à Téhéran pour réclamer leurs pensions impayées.

Les manifestants se sont mobilisés sur le site du rassemblement à 10 heures pour demander des réponses aux responsables. Ils ont tenu une grande pancarte sur laquelle on peut lire : « Tout le monde devrait jouir équitablement du fruit de 30 ans de dur labeur. Nous n’accepterons plus aucun retard. »

Les manifestants ont scandé : « Nous sommes solidaires, fatigués des promesses. » « Les pensions des enseignants et des éducateurs doivent être assurées. »

« Nous n'aurons pas de répit tant que nos pensions ne seront pas payées. » « Nos salaires sont en rials, nos dépenses sont en dollars », en référence à la flambée quotidienne des coûts en Iran alors que le régime détruit l'économie. « Avec moins de détournement de fonds la question de nos pensions impayées sera résolue », faisant mention aux nombreux cas de vol d'État et de détournement de fonds qui se multiplient sous le régime au pouvoir en Iran.

L'expression « perdants des dépôts » désigne les personnes dont les dépôts financiers ont été effectués auprès des établissements financiers gouvernementaux ou d'autres organismes agréés pour l'achat d'une maison ou d'un véhicule, etc. mais qui ne leur ont pas été restitués et qui ont même été bloqués illégalement. Par conséquent, ces personnes sont appelées les perdants de dépôt. Mais le mot récemment utilisé par ces personnes elles-mêmes est « spolié », ce qui est une expression plus précise. Ces établissements financiers et de crédit sont affiliés aux pasdaran et à d'autres organisations militaires et civiles des mollahs.

Le Département d'État américain a récemment désigné les Gardiens de la révolution (pasdaran) comme une « organisation terroriste étrangère » (FTO).

Actuellement, le mouvement des personnes « spoliées » en Iran est devenu un mouvement de masse dans des villes comme Téhéran, Rasht, Mashhad, et d'autres qui ont lieu sous la forme de manifestations, de sit-in et de marches contre la corruption économique dans le système bancaire iranien ou dans les institutions et banques gouvernementales.

Ce mouvement a commencé à se développer en tant que mouvement politique juste après l'expansion des protestations et l’irresponsabilité des responsables du régime envers les personnes dont les biens ont été spoliés, et avec des slogans contre le gouvernement Rohani, est devenu plus radical.

Multimedia

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés