Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

À Washington, les opposants font valoir l’alternative démocratique au régime iranien

La diaspora iranienne s’est jointe à la grande marche de solidarité pour un Iran libre vendredi à Washington. L’événement, un succès diplomatique pour la Résistance iranienne, a débuté par un grand rassemblement devant le Département d’État américains, et les militants en faveur d’un Iran libre se sont rendu jusqu’à la Maison Blanche. La marche est venue appuyer les manifestations contre la dictature en Iran, et le plan en 10 propositions de la dirigeante de l'opposition iranienne, Maryam Radjavi.

Les militants de l’opposition démocratique, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), affirment que le changement de régime par le peuple iranien est la solution ultime pour la démocratie en Iran et pour la paix dans la région. Le déroulé en direct de l’évènement a été rapporté sur Twitter comme suit.

13h30 : Slogans : « A bas le régime terroriste en Iran » « oui à un Changement de régime en Iran »
« Démocratie, liberté, avec Maryam Radjavi ».

15h : Les participants entament leur marche du Département d'Etat à la Maison Blanche en soutien aux manifestants en Iran, qui revendiquent un Iran libre.

12h50 : le sénateur John Cornyn a envoyé un message au Rassemblement :
« Ainsi que l'ont prouvé les récents événements, le gouvernement autoritaire des mollahs exerce une influence régionale dangereuse et déstabilisatrice et contrôle son peuple d'une main de fer, réprimant ses droits individuels et les soumettant à des violences humanitaires. En tant que plus grand État parrain du terrorisme dans le monde, le régime iranien a financé des organisations terroristes qui ont fait la guerre et troublé la stabilité régionale pendant des décennies », a déclaré le sénateur John Cornyn lors du rassemblement de Washington. Afin d'aider le peuple iranien, je pense qu'il est important que les États-Unis soutiennent ‘la politique de pression maximale’ de l’administration Trump. Une politique qui promeut la liberté et les droits individuels du peuple, tout en prenant toutes les mesures nécessaires pour le libérer de la gouvernance répressive du régime. »

12h45 : Le sénateur démocrate Bob Menendez a envoyé un message au Rassemblement « Iran Libre » : « Malheureusement, Téhéran continue de menacer la sécurité et la stabilité à travers le Moyen-Orient. Il poursuit son programme belliqueux de missiles balistiques. Le peuple iranien est soumis à un régime répressif sans aucun respect des droits humains fondamentaux ni aucun investissement économique dans son bien-être… Je soutiendrai toujours la justice et les droits humains, la paix et la sécurité et, par-dessus tout, les droits de tous les Iraniens à la liberté et aux droits fondamentaux. »

12h35 : Des jeunes irano-américains manifestent leur soutien à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) :
« Nous sommes les voix de la jeunesse iranienne muselées par le régime iranien. Nous ne serons pas réduits au silence. L’Iran est le seul pays au monde à continuer à exécuter des enfants », a déclaré Sadaf Mirzai. « Nous exprimons notre solidarité au leader de la résistance iranienne, Massoud Radjavi, qui a inspiré ma génération. Nous soutenons les unités de Résistance de l'OMPI, avant-gardistes d'un avenir meilleur. Nous soutenons le plan en dix points de Maryam Radjavi pour un Iran libre. »

Aideen Seyedian, un autre membre de la délégation de la jeunesse irano-américaine, s’est prononcé sur le sort des jeunes iraniens.
« 4,5 millions de diplômés universitaires sont au chômage. Environ 80 % de la jeunesse iranienne vit dans la pauvreté. Les jeunes continuent de s’insurger. Notre message est le même que celui de la jeunesse iranienne : il n'y a pas de réformistes dans ce régime. Nous appelons à la destitution de ce régime théocratique. Nous nous tenons aux côtés des unités de Résistance de l’OMPI et de Mme Maryam Radjavi », a-t-il déclaré.

12h15 : Le gouverneur Bill Richardson s'adresse aux partisans de l'OMPI lors du Rassemblement « l’Iran Libre » à Washington :

« La force du mouvement est le fait qu’il bénéficie d’un soutien bipartite aux Etats-Unis», a déclaré le gouverneur Bill Richardson lors du rassemblement à Washington. Nous avons besoin d'un nouveau régime, et ce régime, c'est vous, l’OMPI, le CNRI, vous êtes l’alternative. C’est une organisation forte, avec beaucoup d’assurance, d’engagement et de leadership. Le leader, Mme Maryam Radjavi, est une grande dirigeante. La plateforme que vous représentez, est un Iran libre et démocratique. Vous avez une plateforme, un plan. L’OMPI prend des risques, étant ciblé en Europe, en Amérique, pour la liberté, pour la démocratie. Il s'oppose au régime, parle des problèmes en Iran.

Ce que vous représentez, c'est l'avenir. Vous avez un soutien international. Vous êtes du bon côté de l’histoire », a-t-il déclaré.
« Le plan en dix points de Mme Radjavi ressemble à celui de l’Amérique, il aspire à la démocratie. S'il y avait un Iran libre et des élections libres, c'est ce qui adviendrait », a ajouté le gouverneur Richardson pour soutenir le plan en dix points de Mme Radjavi pour Iran libre.

12h00 : Le général Jack Keane s'adresse maintenant aux militants de l'OMPI devant le Département d’État :

« 2018 a été un tournant déterminant pour l'Iran. Les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire et, pour la première fois en 39 ans, ont mis en garde l’Iran… L’utilisation des agents inféodés doit cesser. La construction de missiles balistiques doit cesser. La propagation du terrorisme doit cesser. Et vous devez mettre un terme à la répression contre votre peuple », a déclaré le général Jack Keane au rassemblement de Washington.

« Les États-Unis ont imposé les sanctions les plus sévères au régime des mollahs en 39 ans. Ils ont inscrit les pasdaran comme une organisation terroriste… L’économie iranienne est en récession. La monnaie est dévaluée. Le chômage monte en flèche. Il y a une pénurie alimentaire. Et le peuple iranien condamne sévèrement les mollahs », a-t-il ajouté.

« Les provocations de Téhéran ont deux objectifs : faire pression sur les États-Unis pour qu'ils suppriment les sanctions et convainquent les pays de la région sur le fait que les États-Unis ne les protégeront pas. Les deux objectifs vont échouer », a ajouté le général Keane.

Le général à la retraite a énuméré les activités terroristes du régime des mollahs contre les troupes américaines au Moyen-Orient et son soutien au régime syrien, au Hamas et au Hezbollah, ainsi qu’à la fermeture des voies de navigation et du pétrole.


11h50 : Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, s'adresse aux manifestants du rassemblement « Iran Libre » à Washington via un message vidéo :

« Quelle est la véritable question au cœur de la politique américaine et européenne vis-à-vis du fascisme religieux au pouvoir en Iran : la complaisance ou la fermeté ?
Plus nous approchons de la fin de ce régime, plus la contradiction et la polarisation entre le régime et les opposants au régime deviennent plus évidentes.
Après 40 années durant lesquelles ce régime a mené des guerres sans répit contre le peuple iranien et le reste du monde, ses apologistes et ceux qui en bénéficient feignent de s’inquiéter d’une guerre. Ils en font un prétexte pour décourager le monde d'adopter la moindre forme de fermeté et, à la place, appellent à la complaisance avec les criminels au pouvoir en Iran.

Les principales victimes, cependant, sont les Iraniens. L'expérience de ces quarante années a prouvé que la théocratie des mollahs est incapable de toute réforme ou changement de comportement. Comme le dit si bien un proverbe persan, « une vipère n’accouche pas d’une colombe ».
Khamenei a dit que tout changement dans le comportement du régime est synonyme d’un changement de régime.

Aussi, quelle est la véritable question qui se pose à nous, à notre peuple et notre résistance ? Se rendre ou se battre pour la liberté ?
Regardez la Déclaration d'indépendance américaine. La question posée à George Washington, Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et leurs camarades et partisans était la même. Notre réponse est la même : Résister et se battre jusqu'à la victoire.

Il faut saluer les femmes et les hommes courageux qui forment les rangs dans leur quête de la liberté sous la forme d'unités de résistance et de conseils de résistance populaires, et il faut vous saluer à vous qui avez étendu ces rangs jusqu’à la capitale des Etats-Unis.
Il y a trois mois, pour la première fois en 70 ans, le Président des États-Unis, dans son message de Norouz, le Nouvel An persan, au peuple iranien, en témoignait :
« Le peuple iranien souhaite reconquérir la fière histoire, la culture expressive et la place qui lui revient sur la scène internationale. Il mérite un gouvernement qui lui rende des comptes et qui le traite avec dignité et respect. »

Et il a souligné : « Nous nous engageons à ne jamais faire la sourde oreille aux appels du peuple iranien en faveur de la liberté, et nous n'oublierons jamais sa lutte constante pour les droits humains. »

Oui, nous ne voulons rien de plus que la liberté et les droits humains qui, bien entendu, nous ouvriront également la voie au développement et à la justice. Cela entraînera la paix et la sécurité en Iran et au Moyen-Orient. Un Iran libéré du fascisme religieux, un Iran non nucléaire et un Iran sans terrorisme ni belligérance. »

 

11h40 : Le député républicain Tom McClintock a déclaré lors de la marche de « l’Iran Libre » au Département d’État :

« Le mouvement de libération iranien a connu une croissance spectaculaire. A mesure que la tyrannie des mollahs devenait plus extrême, la Résistance internationale est devenue plus résolue.

L’Iran a été opprimé et spolié par une bande de voyous qui se sont eux-mêmes nommés dirigeants du pays. Leur attachement au pouvoir est illégitime, et leur temps est compté. Leur désespoir est perceptible aussi bien chez eux qu’à l’étranger.

Leurs attaques sans motif contre des dissidents à l’étranger, leur hostilité à l’égard de leurs voisins et leur attaque non provoquée contre un drone américain sont des signes de désespoir et de panique. »

S'adressant aux partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), le républicain McClintock a déclaré : Le monde libre dans son ensemble a été témoin de votre lutte. Votre courage et votre audace suscitent l’admiration du monde. Vous écrivez le prochain chapitre de la civilisation humaine.

11h30 : Brad Sherman, membre du Congrès démocrate, prend la parole devant le rassemblement « Iran Libre » à Washington :

« C’est un régime connu pour ses exécutions massives, l’emprisonnement de journalistes et la propagation du terrorisme dans la région.Nous soutenons les Iraniens courageux qui se battent pour écrire un nouveau chapitre de l’histoire de cette grande nation. Ce chapitre sera écrit par des Iraniens. Ce régime vit peut-être ses dernières heures. Il agit désespérément pour détourner l’attention du peuple de sa corruption.

Je salue Madame Maryam Radjavi pour son plaidoyer en faveur de la démocratie et de l'égalité. Le ministère américain de la Justice a accusé deux agents du régime des mollahs d'avoir recueilli des renseignements sur les membres de l'opposition iranienne ici à Washington. Je suis sûr que leurs agents regardent nos vidéos en ce moment. Laissez-les voir l'avenir de l'Iran. J'attends avec impatience le jour où nous aurons des élections libres en Iran. »

11h20 : L'ancien sénateur américain Robert Torricelli s'adresse maintenant aux manifestants du mouvement « Iran Libre » devant le Département d’Etat :
« Nous sommes ici pour rappeler à nos amis à l’intérieur de ce bâtiment, et à la Maison-Blanche qu’il y a certaines choses par rapport au régime qu’il faudrait garder à l’esprit. Il n’y a pas de réforme des mollahs à Téhéran. »

Torricelli a dressé une liste des activités terroristes et de violations des droits humains du régime, notamment l’exécution de dissidents, le bombardement de bases américaines dans des pays du Moyen-Orient et la récente destruction d’un drone américain.

Il a ajouté : « Les terroristes ne font pas de réformes ! La réalité est que les mollahs ne changeront jamais, ils développeront des armes nucléaires, ils répandront la terreur. Nous avons besoin d’un changement de régime et nous en avons besoin maintenant ! D’où viendra la nouvelle gouvernance ? Elle viendra des millions de personnes en Iran et à l'étranger. Le peuple iranien est talentueux et instruit. Ils peuvent diriger leur pays librement. Ils n’ont pas besoin des mollahs pour diriger leur pays. À nos amis d'Europe et de l’ONU : Si l'Iran était une nation Européenne, vous ne toléreriez pas une minute, les mollahs à cause de leurs exécutions, de la torture et de la mort. Le peuple iranien en mérite-t-il moins parce qu’il ne vit pas en Europe ?

Au Secrétaire Pompeo : « Défendez le meilleur du peuple iranien, qui veut un avenir meilleur pour ses enfants.»

11h10 : Des représentants d’associations irano-américaines s’expriment devant le rassemblement « Iran Libre », devant le Département d’État américain. Ils insistent sur le fait que le régime des mollahs ne représente pas le peuple iranien. Au contraire, disent-ils, le mouvement d'opposition dirigé par Maryam Radjavi est le véritable représentant du peuple iranien.

11h05 : Amir Emadi : « Ceci est la reconnaissance d'une alternative au régime iranien. Maryam Radjavi et le CNRI ont fait preuve de leadership, d’un important réseau et des capacités organisationnelles pour libérer l’Iran. Nous soutenons Maryam Radjavi dans son plan en 10 points pour un Iran libre, démocratique et non-nucléaire. »

11h00 : Amir Emadi, porte-parole de l’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC), souhaite la bienvenue aux participants à la marche « Iran Libre » à Washington. Emadi a exhorté le Département d’État américain à inscrire le ministère iranien du Renseignement (VEVAK) comme une organisation terroriste étrangère (FTO). Les États-Unis ont inscrit les Gardiens de la révolution (pasdaran) à la liste des FTO d’avril 2019, et les Iraniens du monde entier réclament la stigmatisation du VEVAK, comme une étape complémentaire pour aider à mettre un terme aux sinistres machines de terrorisme de Téhéran.

 10h50 : Les manifestants irano-américains scandent leur soutien au Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), principale opposition et alternative démocratique au régime tyrannique des mollahs de Téhéran.

10h40 : De nombreux sympathisants irano-américains du principal groupe d'opposition démocratique, l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Ian (OMPI) se sont déjà rassemblés devant le Département d'État américain, brandissant le drapeau tricolore iranien et des banderoles portant l'inscription « Marche de soutien au soulèvement et à la Résistance iranienne pour un changement de régime » et « Stop aux exécutions en Iran».

Multimedia

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés