dimanche, octobre 18, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Résistance Bob Blackman : les Iraniens ne se rallient pas derrière le régime

Bob Blackman : les Iraniens ne se rallient pas derrière le régime

par Shahriar Kia

Mercredi, dans un article publié sur le site Internet d’Euronews, Bob Blackman, membre du Parlement du Royaume-Uni, a expliqué l’échec du régime iranien à représenter le chef éliminé des gardiens de la révolution, Qassem Soleimani, en tant que Héro national.

Dans son article, M. Blackman a évoqué le carnaval raté des funérailles de Soleimani et la manière dont il avait mobilisé toutes ses forces à travers le pays pour démontrer son pouvoir. 

«Mais, si vous vous êtes connecté à Twitter pendant les funérailles, vous avez peut-être rencontré un récit très différent sur le commandant de la Force Qods et l’impact de sa mort. Là-bas, des centaines de milliers de personnes ont tweeté en utilisant le hashtag #IraniansDetestSoleimani. De nombreux articles comprenaient des descriptions du carnage qu’il avait commis, à la fois dans son pays d’origine et dans la région au sens large. Les témoignages oculaires concernant les récentes manifestations antigouvernementales, de nombreux témoignages verbaux étaient étayés par des images », a-t-il ajouté. 

«Malgré tout ce que vous avez pu voir à la télévision cette semaine, les Iraniens ordinaires ne pleurent pas Soleimani. Dans la mesure où ils étaient présents dans les rues de Téhéran lors de ses funérailles, c’est en grande partie parce que le régime est habile à gérer les manifestations publiques et à façonner un discours de propagande autour d’eux », a déclaré M. Blackman. 

«Ces contre-manifestations feintes ont été vues, bien sûr, au milieu du soulèvement qui a commencé le 15 novembre. La première semaine de ce soulèvement a été pratiquement un point mort dans les reportages de la presse internationale, le gouvernement et les autorités iraniennes ayant coupé tout accès à Internet afin de stopper la diffusion d’informations objectives. Mais une fois la connectivité rétablie, les médias d’État se sont précipités pour dépeindre les contre-manifestants comme vainquant la voix des «émeutiers» et des «voyous» », a-t-il ajouté. 

Se référant au rôle du CGRI dans l’oppression brutale à la fois des manifestations à l’échelle nationale contre l’Iran et du soulèvement du peuple irakien, M. Blackman a écrit: «Rien qu’au cours des deux derniers mois, plus de 1 500 Iraniens ont été tués aux mains des forces répressives de sécurité de l’État, principalement le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Les tactiques exposées lors de ces assassinats étaient sensiblement similaires à celles utilisées contre les manifestants irakiens à partir de la mi-octobre. C’est à ce moment-là que Soleimani a été envoyé à Bagdad pour aider à réprimer les manifestations qui avaient commencé à viser clairement l’influence du régime iranien sur les affaires irakiennes. » 

«La vérité vient des Iraniens exilés et des membres des groupes d’opposition pro-démocratie, tels que l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (PMOI-MEK) et la coalition d’opposition plus large, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Ces personnes seront ravies de parler au monde des crimes de Qassem Soleimani et de la manière dont ils ont nui à l’Iran et au Moyen-Orient dans son ensemble », a écrit M. Blackman, faisant référence au rôle de Soleimani dans la répression de dissidents tels que les membres de l’Organisation des Moudjahidines du peuple en Irak.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe