samedi, mai 8, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran: Conférence en ligne avec les membres du Parlement français

Iran: Conférence en ligne avec les membres du Parlement français

Conférence en ligne du 15 avril Maryam Radjavi

Une conférence en ligne intitulée «Perspectives iraniennes : pour une politique avisée» a été organisée le 15 avril par le Comité parlementaire pour un Iran démocratique (CPID), avec la participation de parlementaires français et Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). La députée Michèle de Vaucouleurs, présidente du CPID, a présidé la réunion.

Dans son intervention, Maryam Radjavi a déclaré : «Malgré le changement de gouvernement aux Etats-Unis, le dossier nucléaire reste une impasse pour le régime. S’il accepte les demandes de la communauté internationales et cesse de violer ses engagements, le Guide suprême va perdre son hégémonie et la voie sera ouverte pour de grands soulèvements. Si au contraire, il choisit la confrontation avec l’Occident et continue les violations de l’accord, il devra payer un prix élevé. Surtout que l’Europe et les Etats-Unis font front commun maintenant.

« Comme l’a dit le ministre des Affaires étrangères, Monsieur Jean-Yves Le Drian : les problèmes internes de l’Iran l’empêchent de se mettre sérieusement à négocier pour trouver une solution. Pour preuve, c’est que même pendant les négociations nucléaires, le régime a commencé l’enrichissement d’uranium à 60%, ce qui est une étape vers fabrication de la bombe. Oui, les crises internes ont mis le pays dans une situation fragile.

« Cependant le régime fait de fausses démonstrations de force pour obtenir des concessions et gagner du temps. Or, les concessions ne peuvent pas l’empêcher d’obtenir la bombe atomique. Il a fortement besoin de l’Europe et c’est pour cette raison qu’en adoptant une politique de fermeté, l’Europe peut jouer un rôle efficace.

« Sans les efforts de la Résistance iranienne et ses révélations, les mollahs auraient accédé à la Bombe, car cela fait partie de la stratégie de la dictature religieuse. En réalité, sa survie dépend de la répression dans le pays, de l’exportation du terrorisme et de ses ingérences au Moyen-Orient.

« La France peut jouer un rôle déterminant dans ce domaine. Le peuple iranien attend de la France et de l’Union européenne des mesures concrètes et fermes contre le terrorisme et les violations des droits de l’homme : Il faut conditionner la poursuite des relations normales avec ce régime à l’arrêt de ses plans terroristes en Europe ; La France doit condamner les exécutions et le massacre des manifestants.

L’Union européenne vient d’imposer des mesures restrictives à huit commandants des gardiens de la révolution, de la milice du Bassidj, des forces de sécurité de l’Etat et à ceux qui ont ordonné de tirer sur les manifestants lors du soulèvement de novembre 2019.

La Résistance iranienne a toujours souligné qu’il faut adopter une politique de fermeté. Tout en saluant ces nouvelles mesures, je pense que c’est une étape positive, mais il faut continuer. »

L’ancien ministre italien des Affaires étrangères Giulio Terzi était un autre hôte de la conférence.

«Nous devons laisser de côté la politique de complaisance. Des sanctions plus sévères que celles en place devraient être appliquées pour que le régime se comporte correctement », a déclaré l’ancien diplomate. «Au cours de ses soulèvements à l’échelle nationale, le peuple iranien a rejeté la fausse idée qu’il existe des éléments modérés au sein de ce régime et veut un changement total de régime. »

L’ancien ministre italien a salué la décision de l’UE de classer huit autorités iraniennes comme terroristes suite à leur rôle dans le massacre sanglant de manifestants en 2019.

André Chassaigne, député du parti communiste et vice-président du CPID, a souligné le rôle de la Résistance organisée à l’intérieur du pays face à un régime qui ne tolère aucune opposition.

«Les réactions sauvages du régime à l’égard des Moudjahidine du Peuple n’ont d’explication que le fort soutien populaire de l’OMPI dans le pays. Le rôle des unités de résistance de l’OMPI lors des soulèvements de ces deux dernières années a été décisif. L’OMPI doit sa présence sur le terrain à ses dirigeants, et à vous, Mme Radjavi, pour toutes ces années de persévérance et de dévouement », a déclaré M. Chassaigne.

Frédéric Reiss, député du parti Les Républicain, a mis en garde contre les négociations en cours entre les 4 + 1 et le régime iranien, affirmant que les négociateurs européens devraient être vigilants en raison des manœuvres iniques des mollahs.

Le sénateur français Bernard Fournier a souligné dans son intervention que la France doit user de tout son poids pour freiner les ambitions régionales et nucléaires du régime iranien.

Hervé Saulignac, député du parti socialiste; Philippe Gosselin, député du parti les Républicain; Brahim Hammouche, député du mouvement démocrate; et Jean-Michel Clément du parti socialiste ont également intervenu lors de la réunion en ligne.

Un clip vidéo sur les activités sociales des unités de la Résistance en Iran a été diffusé pour les participants.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe