lundi, janvier 24, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Une organisation australienne s’inquiète des complots du régime iranien contre...

Iran : Une organisation australienne s’inquiète des complots du régime iranien contre l’OMPI

ImageCNRI, 8 septembre – Dans une lettre au président George Bush dont une copie a été envoyée à Jalal Talebani, le président irakien, Ibrahim Jaafari, le Premier ministre irakien, Houchyar Zeybari, le ministre irakien des affaires étrangères, Tony Blair, le Premier ministre britannique et Zalmay Khalilzad, l’ambassadeur américain en Irak, le directeur du Centre Paix et justice en Australie, le père Claude Mostowik, a fait part de son inquiétude sur l’ingérence du régime iranien en Irak et ses complots contre l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran dans ce pays.

On peut lire notamment dans cette lettre :

« Ces derniers mois, l’ingérence du régime iranien s’est accentuée. En plus de cela, il s’est efforcé d’éliminer les réfugiés politiques et les dissidents iraniens basés dans ce pays.

« Le 4 août, deux membres du principal groupe d’opposition, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), ont été enlevés. Le 24 août, il y a eu une tentative d’enlèvement de sept autres membres de l’OMPI. Au même moment, trois Kurdes iraniens dans un camp de réfugiés de l’ouest de Bagdad ont été assassinés de sang-froid. Ces incidents montrent que le régime iranien intensifie sont recours à la violence et au terrorisme contre les dissidents et les réfugiés iraniens en Irak.

« Nous sommes inquiets que ces assassinats et ces enlèvements aient été menés par des agents du régime qui ont infiltré la police irakienne et le ministère de l’intérieur.

« Un article de Newsday rédigé en Irak le 27 août disait que :
‘‘Le plus troublant pour la politique américaine au Moyen-Orient c’est que beaucoup d’Irakiens pensent que les policiers qui ont commis ces crimes travaillent en fait pour l’Iran, où beaucoup ont vécu pendant des années d’exil à cause de Saddam hussein. Des sources de renseignements confirment que l’Iran chi’ite a infiltré un grand nombre de ses agents dans la police et les forces paramilitaires de l’Intérieur.’’

« Notre inquiétude pour la sécurité de milliers de membres de l’OMPI à la base Achraf s’est renforcée avec une clause du projet de constitution irakien qui sera soumis à un référendum le 15 octobre. Ces membres de l’OMPI sont des personnes protégées sous la Quatrième convention de Genève et ont été reconnus par la coalition menée par les Etats-Unis en Irak.

« L’Article 21 du projet de la constitution dit que :
a- Un Irakien ne doit pas être livré à des instances ou des autorités étrangères.
b- L’asile politique en Irak doit être régulé par la loi et les réfugiés politiques ne doivent pas être livrés à une instance étrangère ou renvoyés de force dans le pays d’où ils ont fui.
c- L’asile politique ne doit pas être donné à ceux qui sont accusé d’avoir commis des crimes terroristes ou sur un plan international ou à quiconque qui a causé du tort à l’Irak.
« C’est le point c de l’article 21 qui suscite notre grande inquiétude et nous pousse à rechercher votre aide.

« Des sources dignes de foi au sein du régime des mollahs en Iran ont révélé que l’influence de Téhéran se trouvait derrière l’inclusion et la terminologie de cette clause. Elle vise à empêcher la possibilité d’une reconnaissance officielle du statut de réfugié politique pour les membres de l’OMPI en Irak.

« La terminologie est vague et le terme ‘accusé’ est très large. Il laisse ouverte la possibilité d’un rejet arbitraire de demande d’asile légitime. Aucune autre constitution n’utilise ce terme pour disqualifier les personnes de l’asile politique. La clause est aussi en conflit avec les articles concernant l’asile politique dans le droit international, y compris la Convention de 1951 relative au statut de réfugiés et son protocole de 1967.

« Les résidents de la base Achraf et leurs familles en Iran et à l’étranger s’inquiètent beaucoup du fait que le régime iranien, à travers ses agents en Irak, veuille utiliser cette clause, après l’adoption de la Constitution, pour préparer le terrain à une expulsion ou le retour forcé des habitants de la base Achraf en Irak.

« J’apprécierai grandement si vous pouviez faire usage de vos bons offices pour faire part de ces préoccupations de notre organisation vis-à-vis de cette clause dans la constitution irakienne et du danger de la voir manipulée. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe