jeudi, novembre 26, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Résistance John Bolton : Le régime iranien ne fêtera pas son 40e anniversaire...

John Bolton : Le régime iranien ne fêtera pas son 40e anniversaire ! – Vidéo

John Bolton : Le régime iranien ne fêtera pas son 40e anniversaire ! - Vidéo

CNRI – Le week-end dernier, un ancien ambassadeur des États-Unis à l’ONU est intervenu lors d’un Grand Rassemblement pour une Iran Libre à Paris, devant quelques 100.000 personnes, pour affirmer que le compte à rebours a commencé pour le régime iranien et souligner son soutien au mouvement de résistance, notamment l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

La Résistance iranienne qui a déjà constitué un gouvernement en exil dirigé par sa Présidente Maryam Radjavi, est la seule alternance possible au pouvoir en place en Iran, a précisé John Bolton.

« Il y a une opposition fiable au pouvoir des ayatollahs : celle qui s’est rassemblée aujourd’hui dans cette salle », a dit l’ancien ambassadeur depuis la tribune de ce meeting, avant de rappeler : « Depuis dix ans que je participe à cet évènement, j’ai répété que la politique déclarée des États-Unis devrait être le renversement du régime des mollahs à Téhéran ». M. Bolton a estimé que ce dernier « ne modifiera ni son comportement, ni ses objectifs », pour conclure qu’il « faut changer ce régime » et promettre que ce meeting annuel « se tiendra à Téhéran en 2019 ».

La politique étrangère des États-Unis

John Bolton a salué la politique iranienne de Donald Trump qui s’est affirmée dès son entrée à la Maison Blanche, avant de constater que la politique étrangère des États-Unis s’éloigne de la ligne d’apaisement avec le principal parrain du terrorisme international.

Washington « est en train de réexaminer sa politique dans toute une série de problèmes, y compris son comportement envers Téhéran », a précisé l’ancien ambassadeur qui a souligné que le Congrès américain n’allait pas attendre le résultat de cette révision et qu’il allait bientôt légiférer de nouvelles sanctions contre la théocratie iranienne.

Ces sanctions ne vont pas remettre en question l’accord nucléaire, car elles portent sur les violations des droits de l’Homme et le soutien amené par Téhéran au terrorisme, a-t-il indiqué, avant de souligner que cela ne changera rien aux obligations du régime iranien vis-à-vis de l’accord de 2015 qui l’empêche de continuer sa course aux armes nucléaires.

« Téhéran a déclaré que ces sanctions constitueraient une violation de l’accord nucléaire ; rien de nouveau donc, car ce régime est lui-même en train de transgresser cet accord depuis deux ans », a réagi M. Bolton qui a estimé que le meilleur réexamen de la politique iranienne des États-Unis serait de mettre fin au pouvoir en place.

« La meilleure révision de la politique du Président US serait de décider que la Révolution de 1979 de l’Ayatollah Khomeiny ne verra pas son 40e anniversaire », a ajouté l’ancien ambassadeur.

Le régime iranien : Un danger pour le Moyen-Orient

L’ancien officiel américain a souligné que le régime iranien est le principal élément de déstabilisation du Moyen-Orient et qu’il ne fallait absolument pas le laisser prendre le contrôle des terrains récupérés à l’EI.

« Alors que la campagne pour défaire le Califat de l’EI approche de sa victoire, il faut absolument contrecarrer l’objectif de Téhéran de constituer un arc regroupant le gouvernement de Bagdad, le régime de Bachar Al-Assad en Syrie et les terroristes du Hezbollah au Liban », a préconisé M. Bolton qui a mis en garde contre le fait qu’un tel arc serait à l’épicentre des graves tourments à venir au Moyen-Orient.

L’accord nucléaire

Les régimes de Téhéran et de Pyongyang continuent de collaborer secrètement pour l’élaboration des missiles, a indiqué l’ancien haut-fonctionnaire du Département d’État, avant d’ajouter que cela devrait inquiéter le monde entier.

« Même si quelqu’un viendrait à prétendre que le régime iranien est en pleine conformité avec le contrat nucléaire, cela ne changerait rien sur le fond », a dit M. Bolton qui a décrit le scénario probable de la prolifération des armes à destructions massives dans les relations Téhéran/Pyongyang : « La Corée du Nord est déjà dangereusement proche de la miniaturisation de l’arme nucléaire et de son adaptation à un missile intercontinental qui pourrait atteindre des cibles aux États-Unis. Et le lendemain du jour où la Corée du Nord se dotera d’une telle capacité, Téhéran l’aura également. Il suffirait de signer un chèque. C’est ça la prolifération, c’est une menace doublée, et c’est pourquoi l’opinion de Donald Trump concernant la Corée du Nord s’approche tellement à son point de vue sur le régime à Téhéran ».

M. Bolton a fait remarquer également qu’il n’y avait pas de différence entre le Guide suprême Ali Khameini et le Président Hassan Rouhani. « Sur le fond, il n’y a pas de différence entre les dures et les modérés dans le régime iranien », a-t-il souligné.

« Je me souviens de Rouhani quand il était le principal négociateur iranien pour le nucléaire. Vous ne pouviez pas lui faire confiance. Vous ne pouvez toujours pas lui faire confiance aujourd’hui », a-t-il affirmé à propos de Hassan Rouhani.

« Le régime à Téhéran n’est pas seulement une menace en armes nucléaires. Ce n’est pas seulement une menace terroriste. C’est une menace par définition pour tous les habitants de la région qui cherchent simplement à vivre en paix et en sécurité », a expliqué l’ancien officiel de l’Administration US, avant de conclure : « Le régime iranien a échoué dans sa politique internationale. Il a échoué économiquement et politiquement en Iran même. Son affaiblissement ne fait que s’accélérer ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe