lundi, janvier 17, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes Etats-Unis doivent dialoguer avec le Conseil National de la Résistance iranienne -...

Les Etats-Unis doivent dialoguer avec le Conseil National de la Résistance iranienne – ambassadeur Lincoln Bloomfield 

Les Etats-Unis doivent dialoguer avec le Conseil National de la Résistance iranienne - ambassadeur Lincoln Bloomfield 

CNRI – L’ambassadeur Lincoln Bloomfield, ancien Secrétaire d’Etat adjoint américain, participait le 17 janvier à une conférence à l’Assemblée nationale à Paris, à l’initiative du Comité parlementaire pour un Iran démocratique, pour aborder « les développements au Moyen-Orient, les approches française et européenne. » 

Dans son intervention l’homme politique américain a déclaré :

Permettez-moi d’abord de vous adresser mes compliments. Permettez-moi de remercier mes hôtes du Parlement français pour m’avoir invité ici aujourd’hui et de dire aussi quel plaisir et quel honneur c’est d’être avec vous et avec Mme Rajavi. Et avec nos amis de l’OMPI et tous les autres.

Assis ici, dans le cadre parlementaire français, je suis frappé par combien il aurait été impossible d’avoir cette réunion à Washington en raison de ce que pensent les gens de la politique de l’Iran et de la Résistance à Washington.

La France est un pays très sophistiqué, avec une culture politique très internationale et très cosmopolite. Et je lisais Le Monde ou essayais de le lire dans l’avion en cours de vol. Et je lisais des histoires perspicaces fascinantes sur la Chypre et la Turquie ainsi que sur la Syrie et le Yémen et sur de nombreux autres endroits que je ne lirais pas dans les grands journaux de Washington.

J’espère donc qu’il y aura plus de contacts entre les parlementaires et qu’une partie de ce sens politique cosmopolite pourra déteindre sur mes compatriotes.

Il y a environ cinq ou six ans, je me suis intéressé à la Résistance iranienne parce que je m’intéresse au Moyen-Orient et j’ai beaucoup appris sur la Résistance et, comme j’ai rencontré des membres de l’OMPI, chacun était très impatient de me raconter leur histoire, leur histoire personnelle, ce qui leur est arrivé à eux et aux membres de leur famille en Iran. Ils ne se plaignent pas des êtres chers perdus, mais ils n’agissent pas comme des victimes et donc à Washington, les gens ne comprennent pas ce qui s’est réellement passé sous la gouvernance du Shah et sous les mollahs.

Mais en apprenant à connaître tant de membres de la communauté exilée, j’ai commencé à avoir de plus amples informations sur le régime des mollahs, ce qui est très intéressant pour nous tous. Et je voulais savoir pourquoi un régime s’engagerait dans le terrorisme. Pourquoi un régime s’engagerait-il dans une répression interne extrême ? Pourquoi un régime se mettrait-il en quête d’armes nucléaires ?

Pourquoi seraient-ils impatients de venir à la table des négociations et de s’asseoir pendant deux ans sans aucun accord et de sourire et de revenir et de retarder pour deux ans.

Pourquoi seraient-ils si avides de défendre un régime alaouite laïque de Bachar El Assad en Syrie, pourquoi seraient-ils si intéressés de s’ingérer dans la politique d’un pays arabe voisin de l’Irak et du Yémen. Pourquoi ?

J’ai donc étudié ces questions et, avec l’aide de spécialistes iraniens, j’ai écrit sur la réponse à ces questions pour essayer de comprendre le régime et je comprends maintenant quand j’entends Mme Rajavi parler du régime agissant par faiblesse et vulnérabilité. Je comprends ce que cela signifie en termes de développement politique.

Je comprends que le régime ait un problème de légitimité parce que bien que Khomeini ait été accueilli quand il est revenu de Paris, personne ne connaissait la constitution du Velayat-e Faqih avant.

Et quand il a essayé d’imposer la dictature sur les populations iraniennes, elles ont résisté et ont dit non. Les militaires ont tenté d’organiser un coup d’Etat et finalement cela a éclaté dans les rues en juin 1981. Et ce régime s’est frayé son chemin jusqu’au pouvoir.

Donc, ils ne sont pas légitimes et la révolution qu’ils ont réprimé est revenue en 1999 et en 2009 et je crois qu’elle reviendra et je ne dis pas cela avec un sourire, car ce sera une crise de sécurité nationale pour nous tous. Mais elle arrivera et nous devons aider à la gérer.

Ils sont vulnérables en raison des crimes qu’ils ont personnellement commis. En 1988, le ministre de la Justice, Pourmohammadi, a personnellement autorisé le meurtre de dizaines de milliers de personnes, mais d’autres hauts responsables du régime ont fait de même. Les attentats en Argentine, les massacres à Mykonos des Kurdes en Allemagne. Des gens sont coupables de ces crimes et ils n’ont pas été tenus responsables et ils attendent de voir si le Statut de Rome de la Cour pénale internationale de la Haye, un jour, les fera répondre de ces crimes.

Ils sont vulnérables parce qu’ils agissent contre les intérêts du monde Occidental. Les normes universelles. Et les lois et les principes de la France et des États-Unis, de l’Europe et du Moyen-Orient et bien sûr ils établissent le modèle d’un État qui essaie d’agir comme une grande autorité religieuse pour une région plus grande, un califat. C’est le modèle que Daesh a suivi. L’Iran a établi ce modèle et ils ont échoué à diriger un Etat approprié et ils ont échoué à diriger un califat.

Khomeini avait du charisme, Khamenei manque de charisme et c’est pourquoi il voulait des armes nucléaires.

Il s’agit donc d’un problème très sérieux et intéressant à analyser pour les gens.

Le président Obama s’est exclusivement concentré sur la menace nucléaire. Bien qu’il essayât d’ouvrir et de soigner les plaies que l’Amérique a endurées en 1979 quand notre ambassade a été saisie. Ce fut un événement traumatique pour les États-Unis, pour le gouvernement des États-Unis. Pas pour la France.

Donc, vous devez comprendre que notre département d’État a le sentiment profond qu’ils reviendraient dans un pays de quatre-vingt millions de personnes et je pense que cela a affecté leur jugement.

Il y a également plusieurs Américains du gouvernement pour qui j’ai beaucoup de respect et qui ont voulu un accord de contrôle des armements avec l’Iran pendant longtemps. Ils ne sont pas des experts en politique. Ils sont experts en matière de contrôle des armes nucléaires et ils appuient cet accord, mais je respecte leur point de vue.

Mais voyez, ce qu’a fait le président Obama en se concentrant sur le contrôle des armements a été d’ignorer toutes les autres choses que le régime faisait sur le plan national et à l’international. Et de nombreux analystes à Washington ont excusé cette position en disant qu’il y avait des réformistes au sein du gouvernement sous Rafsanjani sous Rohani, Zarif.

Ce sont des gens raisonnables qui vont améliorer l’Iran et c’est ce à quoi nous avons assisté maintes et maintes fois quand Rafsanjani était président et quand Khatami était président, mais quand Rohani est devenu président, la répression interne a augmenté et non diminué. Peut-être ne veulent-ils pas que cela monte, mais c’est ce qui se passe. C’est la dynamique du régime des mollahs et donc le mythe réformiste n’est pas égal à la modération.

Et ainsi un certain nombre d’éminents Américains, je ne me considère pas comme éminent, mais bon nombre de ceux qui sont venus à Paris à plusieurs reprises et qui connaissent très bien la Résistance ont écrit une lettre au président élu Trump, qui a été transmise à l’administration et a été publiée il y a de cela deux jours. Elle a été signée par vingt-trois Américains dont vous reconnaissez les noms et elle explique la thèse réelle de la vulnérabilité du régime des mollahs et comment ses activités sont incompatibles avec le projet que l’Occident a pour le droit international, et pour les normes universelles relatives aux droits de l’homme, incompatibles avec ces piliers très fondamentaux de stabilité dans le monde et ne peuvent pas être conciliées.

Et la lettre contient des pièces jointes. Elle montre que pendant des années, ces mêmes Américains ainsi que d’autres ont signé des déclarations et les ont transmis à Villepinte chaque été exprimant la même chose. Ce n’est donc pas une nouvelle déclaration des Américains. C’est une déclaration bipartisane disant que nous croyons que la politique des États-Unis devrait être élargie, améliorée et surveillée selon les termes de contrôle des armements, et resserrer les failles et s’assurer que l’Iran ne construise jamais une arme nucléaire.

Mais attention à la déstabilisation de l’Irak et de la Syrie ainsi que du Yémen, attention aux horribles pendaisons et aux meurtres à l’intérieur du pays. Que les iraniens sachent ce qui se fait en leur nom. Aucun d’entre nous n’est contre les 80 millions d’iraniens. Nous nous sentons très liés à eux. Et notre espoir est qu’ils puissent avoir un gouvernement qui est aussi bon que le peuple, mais l’information est contrôlée en Iran. Comme mes amis de l’OMPI, je le sais si bien. L’information est censurée, les gens sont punis pour le partage d’informations politiquement sensibles.

J’espère que la prochaine administration utilisera l’information pour instruire le peuple iranien sur les chefs du régime, au sujet de la répression interne, au sujet de l’utilisation de l’argent, sur la déstabilisation et le nettoyage ethnique en Irak et le massacre en Syrie de tant de personnes innocentes. Et donc l’autre message important de cette lettre est que les États-Unis sont invités à dialoguer avec le Conseil National de la Résistance iranienne.

Quelque chose dont mes amis français peuvent rire et dire bien sûr qu’ils vivent ici, ils sont là nos voisins, ils sont compatriotes. Certains d’entre eux sont les bienvenus, ils enrichissent notre vie, notre vie politique, notre vie culturelle, mais en Amérique, ils sont un peu en retard, c’est pourquoi j’ai essayé d’écrire sur la Résistance et d’informer les gens.

Mais peut-être pouvons-nous entamer un dialogue et peut-être pouvons-nous comprendre qui sont ceux qui constituent la Résistance en Amérique et combien ils ont bravement lutté contre la dictature et pour les droits de l’homme et essayé de séparer l’Eglise et l’État pour la tolérance et pour les droits des femmes.

Madame Rajavi a eu un plan en dix points depuis plus de dix ans maintenant. Ce n’est pas un nouveau plan. Il a été officialisé il y a dix ans, il représentait probablement déjà leurs points de vue bien avant cela. Cela fait donc partie du message adressé au président élu qui se trouve actuellement dans les médias américains.

Le message à la nouvelle administration est : Nous n’essayons pas de provoquer la guerre, c’est ce que le président Obama a déclaré dans son message le lundi : « Nous avons conclu l’accord nucléaire pour éviter une guerre. » Effectivement, il y a une autre alternative et c’était le message de ces signataires. C’est que nous ne favorisons pas la guerre avec l’Iran. Nous promouvons le fait de dire la vérité. Et en tant que pays engagé dans le respect des principes universels, si nous le faisons, je pense que les Américains seront plus en phase avec nos amis en France et le peuple iranien ainsi qu’avec le Conseil National de la Résistance iranienne. Je vous remercie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe