jeudi, juillet 9, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran Résistance Le régime iranien n’est plus en mesure de nier l’influence ou la...

Le régime iranien n’est plus en mesure de nier l’influence ou la popularité du mouvement de résistance en Iran- Général James Conway

Le régime iranien n’est plus en mesure de nier l’influence ou la popularité du mouvement de résistance en Iran- Général James Conway

Ces derniers mois, les responsables iraniens ont commencé à reconnaître que leur gouvernement était menacé. Des institutions telles que le pouvoir judiciaire du régime iranien et le Corps des gardes de la révolution islamique (CGRI) ont commencé à s’alarmer dans leurs propres rangs au sujet de l’influence de la principale organisation de résistance démocratique: l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI ou MEK), affirme le général James Conway, ancien commandant du US Marine Corps.

Dans un article d’opinion pour United Press International du 20 août 2019, le général Conway a écrit: “Si vous n’avez pas entendu parler de l’OMPI, vous n’êtes pas seul. Il a été relégué à la marge de la politique étrangère occidentale. Cela résultait en grande partie du lobbying et des négociations des responsables iraniens, qui cherchaient à convaincre la communauté internationale que l’OMPI était dangereuse ou manquait du soutien de la population et que les nations occidentales devaient l’ignorer ou la miner activement – afin d’assurer la bonne volonté des mollahs “.

“Plus souvent, la République islamique a réussi à promouvoir le discours selon lequel il n’y avait pas d’alternative viable au régime clérical. En revanche, l’Occident n’a eu aucun succès en suscitant la bonne volonté ou en persuadant les autorités iraniennes d’adopter une politique plus modérée. Les 40 dernières années sont un témoignage indéniable de l’échec de toute stratégie d’apaisement. “

“Les conséquences de cet échec sont sans doute plus graves que ce que la plupart des gens l’imaginent. Seuls ceux qui ont suivi la nature brutale du régime et surveillé les luttes de l’OMPI ont compris qu’en chassant l’illusion d’un mollah” modéré “, la communauté internationale a ignoré les opportunités d’influer sur le changement en cours de transformation “.

“L’OMPI pourrait être l’élèment de ce changement, et l’engagement des mollahs en matière de désinformation et de diabolisation montre clairement qu’ils étaient toujours au courant de ce fait. Tout en prétendant, pour le public occidental, que l’organisation ne menaçait pas son emprise sur les pouvoirs nationaux, le régime iranien a fait tout son possible pour éradiquer la résistance iranienne, criminaliser les plus infimes expressions de soutien au sein de l’Iran et ordonner aux mandataires terroristes de l’attaquer au-delà des frontières de l’Iran “, a écrit le général Conway.

Le général quatre étoiles a ajouté: Au cours de l’été 1988 uniquement, une fatwa du fondateur du régime, Ruhollah Khomeiny, a entraîné la mort de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart membres de l’OMPI. Pendant ce temps, des “commissions de la mort” interrogeaient les détenus pour rechercher tout signe de déloyauté et pendaient sommairement ceux qui semblaient toujours peu disposés à se mettre à genoux devant la dictature théocratique.

Il a ajouté: Le massacre a ouvert la voie à la culture de la terreur qui entourera les références publiques à l’OMPI jusqu’à nos jours. Cela explique pourquoi il est si difficile de déterminer le niveau d’appui du public à l’organisation parmi les Iraniens ordinaires. Le simple fait de prononcer son nom en public pourrait ouvrir la porte à une arrestation, à la torture et à des poursuites. Le soutenir activement pourrait très probablement signifier la mort.

“Et pourtant, rien de tout cela n’a empêché la croissance de l’OMPI, encore moins la popularité de sa plate-forme démocratique et du plan en dix points proposé par Maryam Radjavi, présidente élue de la coalition politique dirigée par l’OMPI, le Conseil national de la résistance d’Iran qui préconise des élections libres et équitables, la séparation de la religion de l’État, des relations pacifiques avec les pays voisins et le désaveu des ambitions nucléaires qui ont mis le régime en place à contre-courant de la communauté mondiale. ” a argumenté le général Conway.

Il ajouta:À un certain niveau, les mollahs ont toujours reconnu la popularité du message de l’OMPI. En effet, ils l’ont attaqué à plusieurs reprises chez eux et à l’étranger – tout en poussant les dirigeants occidentaux à ignorer ses objectifs et sa structure démocratique. Néanmoins, leurs peurs ont été plongées dans une épaisse couche de négation afin de donner une image de force face à une menace interne résiliente.

Tout cela a changé au début de 2018 lorsque la République islamique d’Iran s’est retrouvée mêlée à un soulèvement national anti-gouvernemental, avec des manifestants de tous horizons scandant des slogans comme “Mort au dictateur” et “conservateurs, réformateurs, le jeu est fini!” Ces manifestants ont spécifiquement porté atteinte à un récit que Téhéran avait vendu à l’Occident pendant près de 40 ans. Ce rejet généralisé de la politique iranienne – en faveur d’un gouvernement représentatif – devrait encourager tout le monde à penser qu’il existe une alternative viable au régime actuel.

Depuis lors, le discours public autour de l’OMPI a changé. Les références à celle-ci ne sont pas tolérées par le public et le régime a intensifié ses attaques, allant même jusqu’à préparer un attentat à la bombe contre un rassemblement de ses partisans près de Paris l’été dernier. Il est clair que les responsables iraniens eux-mêmes ne sont plus en mesure de nier de manière crédible la force, l’influence ou la popularité du mouvement de résistance démocratique.

Ce n’est qu’une question de temps avant que les dirigeants occidentaux, et la presse internationale, absorbent ces changements et se rendent compte qu’il existe un espoir de changement positif en Iran – de l’intérieur. Certes, dans l’intervalle, la propagande iranienne concernant l’OMPI doublera. Toutefois, lorsque les responsables politiques éclairés rechercheront des informations précises sur ce qui se passe dans les rues et les villages iraniens, ils reconnaîtront enfin ce que Téhéran craignait depuis l’avènement de la République islamique: il existe une structure de gouvernance alternative qui existe déjà. incarne tous les idéaux qui définissent les démocraties modernes de style occidental.

Le général James Conway a été commandant du Corps de la marine américain de 2006 à 2010 et a été commandant de 90 000 forces américaines et britanniques en Irak au cours de deux tours de service.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe