mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL'UE a perdu un leader compétent, l'Italie un homme politique de renom...

L’UE a perdu un leader compétent, l’Italie un homme politique de renom et l’Iran un grand ami

L'UE a perdu un leader compétent, l'Italie un homme politique de renom et l'Iran un grand ami

Le président du Parlement européen David Sassoli, qui était hospitalisé en Italie ces dernières semaines, est décédé.

David Sassoli, un socialiste italien de 65 ans, présidait le Parlement européen depuis juillet 2019, concluant son mandat à la fin de ce mois. Il était membre du Parlement européen au sein de la faction socialiste depuis 2009. Selon le porte-parole du bureau de David Sassoli, il était hospitalisé depuis plusieurs mois en raison de l’affaiblissement de son système immunitaire.

La présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen, le président du Conseil de l’Europe, Charles Michel, et de nombreux autres responsables européens ont salué le rôle de Sassoli tout en déplorant son décès, et les drapeaux des institutions européennes à Bruxelles ont été mis en berne. Le premier vice-président du Parlement maltais, Roberto Metzuli, a assumé temporairement la présidence tournante.

Durant son mandat au Parlement européen de 2014 à 2019, en tant que vice-président du Parlement européen, David Sassoli a soutenu la Résistance iranienne et les droits du peuple iranien contre la dictature des mollahs. Il était un soutien indéfectible et signataire des déclarations condamnant les massacres au camp Achraf en Irak, ainsi que la condamnation des violations flagrantes des Droits de l’Homme et la multiplication des exécutions en Iran et le mouvement de justice pour le massacre de 1988.

Le 17 juin 2016, alors qu’il était vice-président du Parlement européen, il a été l’un des signataires de la déclaration publiée par plus de 270 membres du Parlement européen pour soutenir la Résistance iranienne et le plan en 10 points de Mme Maryam Radjavi.

La déclaration dit :

« Lors d’une visite au Parlement européen en mars 2016, la dirigeante de l’opposition iranienne Maryam Radjavi a exposé son plan en 10 points, qui comprend une république démocratique pluraliste avec le suffrage universel, la liberté d’expression, l’abolition de la torture et de la peine de mort, la séparation de la religion et de l’État, un Iran non nucléaire, un système judiciaire indépendant, les droits des minorités, la coexistence pacifique entre la région, l’égalité des sexes et un engagement envers la Déclaration universelle des Droits de l’Homme ».

« Compte tenu des violations des Droits de l’Homme en Iran, nous appelons l’Union européenne et ses États membres à conditionner toute nouvelle relation avec le régime des mollahs à des progrès clairs en matière de Droits de l’Homme et à la fin des exécutions. »

Le 18 mai 2017, David Sassoli a signé une déclaration commune de 156 membres appelant à la condamnation des violations croissantes des Droits de l’Homme en Iran et à la création d’une commission chargée d’enquêter sur le massacre des prisonniers politiques en 1988.

La déclaration stipule :

« Nous sommes très préoccupés par le grand nombre d’exécutions en Iran. Plus de 3 000 personnes ont été pendues au cours du premier mandat du président soi-disant modéré, Hassan Rohani.

« Les Gardiens de la révolution (pasdaran), qui contrôlent une grande partie de l’économie iranienne, sont impliqués dans la répression intérieure et l’exportation de la mort et de la destruction vers d’autres pays de la région.

« Des documents récemment divulgués en Iran par un religieux de haut rang (M. Montazeri) confirment que l’actuel ministre iranien de la Justice était un membre clé de la Commission dite de la mort, qui a procédé aux exécutions massives de plus de 30 000 prisonniers politiques, dont plusieurs milliers de femmes, en Iran, à l’été 1988. Il s’agit d’un massacre qu’Amnesty International a qualifié de crime contre l’humanité. La plupart des victimes étaient des membres de l’opposition, l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI).

« En conséquence, nous demandons au Haut-Commissaire des Nations unies aux Droits de l’Homme et au Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies de créer une commission d’enquête sur le massacre de prisonniers politiques en Iran en 1988. »

David Sassoli faisait également partie des 265 membres du Parlement européen, dont quatre vice-présidents, 23 présidents de commissions et de délégations, ainsi que quatre anciens ministres de différents pays, qui ont dénoncé le simulacre d’élection présidentielle en Iran, tout en condamnant les violations flagrantes des Droits de l’Homme par le régime et le nombre croissant d’exécutions. Ils ont demandé au Haut Commissaire des Nations unies aux Droits de l’Homme et au Conseil des Droits de l’Homme d’enquêter sur le massacre de 1988 et de traduire les auteurs en justice.

Lors de sa présidence du Parlement européen en décembre 2019, qui a coïncidé avec la répression sanglante des manifestations de novembre 2019, M. Sassoli a proposé un débat immédiat sur l’Iran pour soutenir les manifestants et condamner le régime théocratique au Parlement européen, malgré un calendrier préétabli. Le Parlement a débattu et a ensuite adopté une résolution condamnant fermement le régime répressif des mollahs tout en soutenant le peuple et les manifestants. Le Parlement européen a demandé au vice-président et ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne, Josep Borrell, d’adopter une politique ferme à l’égard du régime afin d’améliorer la situation des Droits de l’Homme, de garantir la libération immédiate des personnes arrêtées et de poursuivre les auteurs du meurtre de 1 500 manifestants sans défense.

M. Sassoli a également déclaré une minute de silence au parlement le 13 janvier 2020 pour les victimes de l’avion de ligne civil ukrainien abattu par le régime iranien, écrivant sur Twitter : « Il doit y avoir une enquête approfondie et transparente pour que justice soit faite« .

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe