samedi, mai 8, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMaryam Radjavi : Les mollahs au pouvoir en Iran, ennemis de toutes...

Maryam Radjavi : Les mollahs au pouvoir en Iran, ennemis de toutes les religions abrahamiques et branches de l’islam

Lors d’une conférence en ligne à l’occasion du mois de Ramadan sur le thème de La solidarité interconfessionnelle face au fondamentalisme, le Mercredi 14 avril 2021, Mme Maryam Radjavi la présidente élue de la Résistance iranienne a porté un message de tolérance et d’humanisme et décrit la différence entre l’islam et le fondamentalisme. Nous vous invitons à lire cette intervention. De nombreuses autres personnalités politiques et religieuses sont également intervenues lors de cette conférence en ligne.

Discours à l’occasion du Ramadan :

Chers amis,

Chères sœurs et chers frères,

Représentants des communautés musulmanes en France,

Je vous adresse à toutes et à tous mes salutations et je vous remercie pour votre présence à cette conférence à l’occasion du début du Ramadan. Je suis très heureuse de vous voir, même si nous ne sommes toujours pas en mesure d’être réunis en raison de la pandémie.

Comme chaque année au début du Ramadan, le mois de la piété libératrice, j’adresse mes meilleurs vœux aux musulmans de France, à tous les musulmans du monde, en particulier à nos sœurs et frères en Irak, en Syrie, au Yémen, au Liban, en Palestine et en Afghanistan, qui sont les victimes directes du fascisme religieux des mollahs. Et bien sûr je salue nos sœurs et frères en Iran, quelle que soit leur religion.

Aujourd’hui, la pandémie a changé la vie dans de nombreux pays, mais le cas de l’Iran est différent. Il y a un gouvernement qui, pour empêcher un soulèvement populaire et paralyser la population, recherche délibérément des pertes humaines massives comme un bouclier contre la révolte. Au point que Khamenei, en tant que guide suprême du régime, a ouvertement interdit l’achat de vaccins aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France. Les mollahs au pouvoir ne prêtent aucune attention aux avertissements et aux demandes des médecins spécialisés pour lutter contre le Covid-19 et réduire les pertes humaines.

Avec 250 000 morts, l’Iran a le plus grand nombre de victimes par rapport à sa population de 85 millions d’habitants, juste derrière les États-Unis et le Brésil. Khamenei est directement responsable de cette immense tuerie.

L’émancipation de l’humanité, l’essence de toutes les religions

Le peuple iranien entame le Ramadan et son jeûne alors qu’il est écrasé au quotidien par les prix élevés et la privation, et que des millions de personnes ont perdu leur emploi.

En multipliant les prix des marchandises, les mollahs financent les gardiens de la révolution ainsi que la guerre et le terrorisme dans la région en puisant dans les poches des Iraniens.

Un régime qui en pleine négociation nucléaire, annonce qu’il commence l’enrichissement d’uranium à 60% et franchit un nouveau pas dans la production de l’arme nucléaire. De sorte qu’hier, la France et les Etats-Unis ont exprimé leur inquiétude et le président Macron a estimé que cela représente un développement grave.

D’autre part, Khamenei n’a même pas dépensé une petite partie de la fortune de mille milliards de dollars de ses fondations pour lutter contre le coronavirus et préserver la santé de la population.

En fait, le peuple iranien fait face à deux monstres en même temps: le virus de la dictature religieuse et le virus du Covid-19.

Les mollahs au pouvoir en Iran sont exactement dépourvus de la valeur qui fait le critère de la dignité humaine et sur laquelle le Coran insiste, à savoir la piété.

Le Coran ne dit-il pas que le but du jeûne et d’atteindre une piété libératrice ?
يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُتِبَ عَلَيْكُمُ الصِّيَامُ كَمَا كُتِبَ عَلَى الَّذِينَ مِن قَبْلِكُمْ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

Ô vous les croyants, le jeûne vous a été prescrit comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés (Sourate 2, versets 183)

Ainsi, jeûner avec le critère de la piété n’est-il pas spécifique aux musulmans. Cela existait avant l’islam et s’avère commun aux adeptes de toutes les religions unicitaires. Il s’agit en fait de résister et de lutter contre tous les facteurs internes et externes qui entravent l’être humain. C’est une question commune aux fidèles de toutes les religions abrahamiques.

Ces religions sont apparues à diverses jonctions de l’histoire de l’humanité avec de longs intervalles, chacune avec son propre prophète ou messager. Néanmoins, leur essence est la même.

Cette essence est la libération du genre humain et l’évolution libératrice des sociétés humaines.

Cette interprétation rejette totalement le comportement de ceux qui abusent de la religion pour tromper et opprimer.

Le Coran dit : La bonté ne consiste pas seulement à tourner nos visages vers l’ouest et l’est (c’est-à-dire de prier). « ليس البران تولوا وجوهكم قبل المشرق و المغرب (Sourate 2, verset 177 )

Dans la Bible, Dieu désapprouve le jeûne pour tromper les gens et justifier leur oppression, en disant : « Voici le jeûne auquel je prends plaisir : Détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l’on rompe toute espèce de joug. Dieu dit: Le jeûne que j’aime n’est-il pas que tu partages ton pain avec celui qui a faim, et que tu fasses entrer dans ta maison les malheureux sans asile ? Si tu vois un homme nu, couvre-le ! Alors ta lumière poindra comme l’aurore (…) et ta justice marchera devant toi. » (Esaïe, 58.6-8)

Dès le début, quand le Prophète Mohammad a invité les gens croire dans l’unité de Dieu, il leur a dit que c’était pour leur salut, et Dieu a dit dans le Coran qu’il (le Prophète) est venu pour détacher les chaînes des mains et pieds des gens et enlevez les lourds fardeaux de leurs épaules.

Avant lui, Jésus a dit: « Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé (…) pour renvoyer libres les opprimés. » (Luc 4:18)

Nous sommes donc tous frères et sœurs en tant qu’enfants d’Abraham.

Dans le Coran, nous lisons:
و«قُولُواْ آمنّا باللّه و مآ اُنزل إليْنا و ما اُنزل إلى إبْراهيم و إسْماعيل و إسْحق و يعْقُوب و الأسْباط و ما أُوتي مُوسى و عيسى و ما أُوتي النّبيُّون من رّبّهمْ لا نُفرّقُ بيْن أحدٍ مّنْهُمْ و نحْنُ لهُ مُسْلمُون».

Dites : « Nous croyons en Dieu et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur : nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes soumis » (Sourate 2, verset 136)

L’islam de l’OMPI contre celui des mollahs

Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, a déclaré ici même en France en février 1983 dans une interview à l’Unité, journal du Parti socialiste, à propos de l’islam des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) : « La particularité de l’islam dans lequel nous croyons, est qu’il est démocratique. Cet islam reconnaît les droits des autres religions, croyances et écoles de pensées. Cet islam n’est pas le fruit de nos mains, mais est le résultat des racines communes exprimées par Moïse, Jésus et Mohammad, et nous pouvons le voir clairement dans le Coran.

Le Coran lui-même a le plus haut degré de respect pour ceux qui font la promotion de la bonté et de la justice.

De plus, l’islam, le christianisme et le judaïsme ne sont pas séparés les uns des autres. Nous considérons également le Christ comme notre prophète et ne séparons pas la voie de Moïse de celle de Mohammad.

Le Coran dit qu’il n’y a aucune différence entre nos prophètes et que pour Dieu il s’agit d’une religion unique et indissociable … »

Vous pouvez imaginer à présent combien sont différents l’islam des Moudjahidine du peuple et ce que les mollahs au pouvoir en Iran prétendent être l’islam ?

Les fondamentalistes, et en particulier la tyrannie religieuse en Iran, ont saccagé ce message et recouru à la discrimination, à la répression et à l’oppression contre les adeptes de l’ensemble des religions et cultes.

Les mollahs détruisent les mosquées sunnites en Iran.

Ils empêchent la construction de mosquées sunnites à Téhéran.

Ils ont transformé les mosquées chiites en centres de répression et d’espionnage contre la population.

Ils ferment ou détruisent les lieux de culte des diverses branches du chiisme telles que les derviches Gonabadi,

Et ils ont imposé une double oppression à nos frères et sœurs kurdes, arabes, turkmènes et baloutches en les privant de leurs droits.

En réalité, pour les mollahs au pouvoir en Iran, ni le sang chiite, ni le sang sunnite, ni le sang d’aucun être humain n’a la moindre valeur.

De quel droit ils emprisonnent et tuent les bahaïs?

Et bien que les mollahs en Iran massacrent les Moudjahidine du peuple qui sont chiites et que le nom des Moudjahidine du peuple soit leur ligne rouge absolue, ils répriment, assassinent et exécutent les sunnites. En Irak, leurs victimes sont chiites et sunnites, et en Syrie ils emmènent les sunnites à l’abattoir.

Vous vous souvenez tous des attentats terroristes à la bombe contre les sanctuaires des 10e et 11e Imams chiites à Samarra en Irak en 2005 et des attaques coordonnées contre 200 mosquées sunnites dans ce pays. Le même régime a fait exploser une bombe dans le sanctuaire du huitième Imam chiite à Machad en Iran en 1994, et a tué des prêtres chrétiens avant d’en accuser faussement l’OMPI. En 1987, il a commis un massacre de pèlerins à la Mecque.

Des années plus tard, les conflits internes des mollahs ont révélé que ces crimes avaient été planifiés et exécutés par le régime lui-même.

Il est vrai que les mollahs au pouvoir sont les ennemis de toutes les religions abrahamiques et de toutes les branches de l’islam.

Ces répressions couplées aux autres crimes de la dictature religieuse, fournissent une définition claire du régime du guide suprême et du fondamentalisme qui gouverne l’Iran : un régime despotique sous le couvert de la religion qui a imposé un contrôle violent militaire et sécuritaire permanent sur la vie des gens. Il observe les dogmes extrémistes dans des questions triviales et secondaires. C’est la méthode des mollahs. Comme le dit Jésus-Christ, « ils filtrent les moustiques mais engloutissent des chameaux » (Matthieu 23.24).

L’idéologie malfaisante des mollahs consiste à exporter le terrorisme et le fondamentalisme dans les pays de la région afin de préserver l’équilibre interne et externe des forces de leur régime.

Ils ont imposé une religion obligatoire et une série de discriminations religieuses.

Ils ont instauré la misogynie et un apartheid sexuel.

Ils ont accaparé l’économie du pays et se livre à un pillage et une exploitation sauvages.

Les ravages des mollahs au Moyen-Orient

Au début de leur règne, les mollahs ont dissimulé leurs intentions réactionnaires sous des mots tels que la propagation de la révolution et de l’islam dans le monde entier et son exportation vers les pays voisins.

Aujourd’hui, cette politique a perdu ses masques islamiques et populaires. Ce qui apparait, c’est un pillage impitoyable et un terrorisme sauvage. À cela s’ajoute le parrainage d’une dizaine de milices criminelles au Liban, en Irak et au Yémen, dont chacune a créé un gouvernement dans le gouvernement de ces pays. Et en plus du terrorisme, de l’intimidation, et des effusions de sang, elles se livrent aussi à la contrebande de pétrole et au trafic de drogue.

En détournant les termes utilisés dans le Coran, les mollahs qualifient leurs ennemis d’arrogants.

À présent, leur bilan de quatre décennies de crimes et d’oppression les révèle comme les pharaons de l’époque avec l’exécution de 120 000 opposants politiques, le massacre de 30.000 prisonniers politiques en 1988 et la tuerie d’au moins 1 500 jeunes, hommes et femmes, lors du soulèvement de novembre 2019.

Personne n’a oublié les slogans et les cris du régime en faveur des « opprimés ». Regardez maintenant le pillage et la corruption étendus auxquels ils se livrent en Iran. Regardez cette effroyable différence de classe dans la société, qui pousse 80 % de la population en-dessous du seuil de pauvreté.

Au demeurant, qui a dit que l’islam donnait à des millions d’Iraniens l’envie de se doter d’un arsenal de missiles et de fabriquer une bombe atomique ?

Est-ce que tabasser des réfugiés afghans, les jeter dans une rivière, incendier leur voiture, et les brûler vifs est islamique ? Est-ce l’islam que Qassem Soleimani enterre vivant des sunnites à Jorf ol-Sakhar en Irak ?

Non, c’est contre l’islam et contre la véritable religion de Mohammad. C’est contre l’essence émancipatrice de l’islam.

Ce que l’islam prescrit aux dirigeants

Amis, sœurs et frères,

Il existe plusieurs documents importants qui, dans une certaine mesure, décrivent le véritable point de vue de l’islam sur la façon dont un dirigeant doit traiter son peuple.

Dans une charte rédigée au 11ème mois après l’hégire du Prophète de l’islam à Médine, il est dit : « Les juifs et les musulmans sont comme une même nation et un peuple. Bien sûr, les juifs suivent leur religion, et les musulmans se conforment à la leur. »(2)

Après la conquête de la Mecque, le Prophète de l’islam a pardonné à tous les habitants de la ville qui étaient ses ennemis jurés et ceux de son mouvement. Il a déclaré que tous les hommes sont égaux car ils sont tous les enfants d’Adam et Eve. Ils sont identiques dans la création et de même sang. Il a révoqué toutes les dettes que les pauvres devaient aux usuriers. Il a découragé la vengeance.(3)

Un autre document est la lettre du deuxième calife, Omar, aux résidents de Jérusalem en 636, après que les musulmans aient conquis des parties de l’Empire romain en Orient. La lettre leur accorde la clémence pour leur vie, leurs biens, leurs églises et leurs croix. Elle interdit en outre la destruction des églises et la pression exercée sur les chrétiens pour qu’ils renoncent à leur religion.(4)

Un autre document est une lettre d’Ali ibn-Abi-Talib (premier Imam chi’ite) à Malek Ashtar après l’avoir nommé souverain d’Égypte. Ali souligne dans cette lettre : « Remplis ton cœur de bonté, d’amour et de bon traitement pour tes paysans. Ton meilleur ministre doit être celui qui te parle davantage des réalités amères, et qui te loue moins pour les paroles et les actions non louées par Dieu. Empêche ton armée de réprimer le peuple, afin que son porte-parole ne bégaie pas, et puisse s’exprimer sans crainte ni inquiétude. »(5)

L’islam, la religion de la libre expression et de l’écoute

Chers amis, honorables dignitaires,

Le véritable message de l’islam réfute les interprétations sombres et réactionnaires. Son message est que l’islam est démocratique, et qu’il est connu par certaines valeurs et principes, notamment :

– Il garantit la souveraineté populaire.

– Il rejette la discrimination religieuse.

– Il établit la séparation de la religion et de l’État.

– Il est entièrement fondé sur la liberté. C’est la religion de la liberté, de la liberté de parole. C’est la religion de l’écoute(6) , du raisonnement(7) et de la consultation(8) . C’est la religion de l’expression de la dissidence et de la critique des gouvernants.

– Il rejette toutes les formes de contraintes religieuses et de religions obligatoires : Il n’y a pas de contrainte en religion.(9)

– C’est la religion de l’égalité, et son seul critère de primauté est la piété émancipatrice des êtres humains : إِنَّ أَكْرَمَكُمْ عِندَ اللَّهِ أَتْقَاكُمْ

« Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. » (Sourate 49 ; v.13)

– Il défend les droits humains. Comme le dit le Coran : La vie d’une personne vaut la vie de l’humanité toute entière.(10)

– C’est la religion de la coexistence pacifique avec les autres religions et croyances.(11)

– Selon nous, un vrai chiite se reconnaît à sa lutte contre la dictature religieuse et à la mesure dans laquelle il considère les sunnites comme ses frères.

– L’islam authentique est la religion de la justice qui rejette l’exploitation.

– C’est la religion de la fraternité. Comme l’a dit l’Imam Ali : « Les gens appartiennent à deux catégories. Soit ils sont tes frères en religion, soit ils sont tes semblables en création.»

Les Moudjahidine du peuple ont acquis cette interprétation progressiste de l’islam par leurs sacrifices et leurs souffrances dans une lutte ardue contre deux dictatures.

Le leadership de ce mouvement a culminé en la personne de Massoud Radjavi, qui incarne l’essence d’une lutte à part entière, tant en théorie qu’en pratique, pour comprendre l’essence fondamentale du Coran et de l’islam dans le creuset d’un mouvement de résistance libérateur.

Il a démontré que la compréhension des versets du Coran n’est possible que lorsqu’elle est liée de manière dynamique et dialectique à une lutte sans relâche pour libérer la société et rejeter le despotisme, le fondamentalisme réactionnaire et l’exploitation.

Il a clairement tracé la ligne de démarcation entre l’islam et le fondamentalisme islamiste qui est contraire à l’islam. Il a placé l’islam démocratique comme l’antithèse du fondamentalisme religieux.

Il a montré que l’islam authentique prône une véritable égalité des femmes et des hommes. Dans une lutte acharnée et constante contre la tyrannie religieuse, il a montré que l’islam encourage et défend la liberté dans tous les domaines politiques, économiques et sociaux.

Sous la direction de Massoud, une génération émergente en Iran a trouvé cette religion émancipatrice comme ligne directrice pour provoquer un grand bouleversement politique et social en Iran.

De ce point de vue, le Ramadan et le jeûne sont un culte de l’unité pour l’OMPI. Dans ce culte, le pouvoir et la capacité de l’être humain sont tels qu’il peut briser toutes les chaînes qui l’asservissent, et balayer tous les obstacles internes et externes pour atteindre le salut personnel et social.

C’est aussi le secret de la vivacité et de la constance prolifique de notre mouvement.

Maryam Radjavi : Les mollahs au pouvoir en Iran, ennemis de toutes les religions abrahamiques et branches de l’islam

L’ère du déclin et de l’échec de l’intégrisme religieux

Chers amis, frères et sœurs

Aujourd’hui, le régime du guide suprême, malgré toutes ses effusions de sang et sa répression, est dans une phase de défaite. Oui, c’est l’âge du déclin et de la défaite du fondamentalisme religieux et de la réaction. Au cours des soulèvements de ces dernières années en Iran, les insurgés et les jeunes ont attaqué les centres de prière du vendredi, les séminaires de formation des mollahs et d’autres centres du fascisme religieux.

Les fermiers d’Ispahan et les fidèles à Kazeroun et ailleurs ont tourné le dos aux imams du vendredi de Khamenei en criant : « dos à l’ennemi, face à la patrie ».

Les autres slogans des rassemblements de protestations sont également révélateurs de l’échec du fascisme religieux et de sa stratégie.

La dictature religieuse en Iran est connue par les peuples du Moyen-Orient pour ses projets néfastes et destructeurs, tels que les divisions criminelles entre chiites et sunnites, la destruction de la Syrie et le déplacement de plus de dix millions de personnes, pour avoir poignardé le peuple palestinien et les efforts permanents pour diviser les rangs du mouvement palestinien, pour la destruction et la désintégration du Liban et la création de milices paramilitaires qui ne font rien d’autre que de tuer et de se livrer au trafic de drogue.

L’un des slogans centraux des manifestants appelle à l’expulsion du régime iranien et exprime la haine des partis inféodés à ce régime.

Lors de ces soulèvements, des jeunes insurgés ont incendié les consulats du régime iranien à Najaf et Karbala.

Au Liban, les chiites protestataires ont manifesté à plusieurs reprises contre le Hezbollah qui est sous les ordres des gardiens de la révolution.

Les peuples du Moyen-Orient ont pleuré des larmes de sang à plusieurs reprises après avoir vu le massacre de centaines de milliers de Syriens innocents par le régime iranien, et combien le cœur de nos frères et sœurs palestiniens a été brûlé par les mollahs qui ont trahi le peuple et des dirigeants palestiniens.

Il est clair que le régime des mollahs n’arrêtera pas la répression, la discrimination religieuse et la misogynie jusqu’au moment de son renversement ; ni son ingérence et ses crimes dans les pays de la région parce que son existence dépend de ces politiques.

Le moyen de mettre fin à ce sinistre fléau qui a pris en otage le sort des pays de la région et constitue la plus grande menace pour la paix et la sécurité mondiales, est le renversement de la dictature religieuse par la résistance et le soulèvement du peuple iranien.

Abraham, le père des prophètes, a renversé Nemrod.

Moïse s’est opposé à Pharaon.

Et Mohammad a brisé les idoles des Qurayshites.

Aujourd’hui, l’OMPI, le peuple iranien et ses enfants insurgés se sont levés pour renverser la dictature religieuse.

Au nom du peuple iranien et de sa Résistance, j’appelle à la fois les musulmans opposés à l’extrémisme au nom de l’islam et tous les pays d’Europe et du Moyen-Orient à soutenir la lutte du peuple iranien pour renverser ce régime.

Une lutte et une résistance pour instaurer une république pluraliste et démocratique qui permette la coexistence tolérante et pacifique des diverses confessions et religions ensemble.

Prières

En ces premiers jours du Ramadan, prions Dieu Tout-Puissant pour lui demander d’aider l’humanité et tous les pays à vaincre la pandémie et à restaurer la santé des populations.

Profitant de l’occasion du Ramadan, je demande sincèrement à tous mes compatriotes de créer un mouvement de secours national pour aider les malades du coronavirus en Iran.

Dans ces conditions si difficiles de la montée des prix, aidez financièrement les familles des malades !

Élevez l’esprit de résistance, ne laissez pas la peur et le désespoir dominer les gens !

Seigneur, secoure le peuple iranien, dont la grande majorité est appauvrie et subit des privations en raison du pillage et de la destruction menés par ce régime !

Aide les prisonniers politiques et les membres des unités de résistance arrêtés, à résister aux bourreaux de Khamenei !

Prépare la voie à la victoire de la jeunesse et des unités de résistance !

Et donne la victoire aux Moudjahidine du peuple d’Iran dans la lutte pour renverser le régime du guide suprême et instaurer la liberté et la souveraineté populaire en Iran !

Seigneur, débarrasse le Moyen-Orient du fléau du régime du guide suprême, de la Palestine au Liban, de la Syrie à l’Irak, du Yémen à l’Afghanistan et de tout l’Iran !

ربَّنَا اغْفِرْ لَنَا ذُنُوبَنَا وَ إِسْرَافَنَا فِي أَمْرِنَا وَ ثَبِّتْ أَقْدَامَنَا وَ انصُرْنَا عَلَى الْقَوْمِ الْكَافِرِينَ

Seigneur, pardonne-nous nos péchés ainsi que nos excès dans nos comportements, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur les mécréants. (Sourate 3, verset 147)

Notes

1-آمَنَ الرَّسُولُ بِمَا أُنزِلَ إِلَيْهِ مِن رَّبِّهِ وَالْمُؤْمِنُونَ كُلٌّ آمَنَ بِاللّهِ وَمَلآئِكَتِهِ وَكُتُبِهِ وَرُسُلِهِ لاَ نُفَرِّقُ بَيْنَ أَحَدٍ مِّن رُّسُلِهِ… {Sourate 2, v. 185}

Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant du Seigneur et aussi les croyants: Tous ont cru en Dieu, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers; (en disant) « nous ne faisons aucune distinction entre ses messagers ».
2-Sira, Ibn Hachem, Volume 1, p. 334

3-Sira, Ibn Hachem

4-Tabari, Tarikh Al-Tabari, Vol. 3, édition de Beyrouth

5-Ali ibn-Abi-Talib, Nahj-ol-Balagheh, letter 53.

6-الَّذِينَ يَسْتَمِعُونَ الْقَوْلَ فَيَتَّبِعُونَ أَحْسَنَهُ Sourate39, v. 18 “ceux qui prêtent l’oreille à la parole et en suivent l’excellence”

7- قُلْ هَاتُواْ بُرْهَانَكُمْ Sourate 2, v. 111 « Dis : avancez vos arguments. »

8- وشاورهم في الامر Sourate 3, v. 159 : “Consulte-les sur la tactique”.

9-Sourate 2, v. 256

10-Sourate 5, v. 32

11-Sourate 3, v.64 « Ô gens du Livre, venez-en à une parole commune entre nous et vous.»

Source : https://www.maryam-rajavi.com/fr/

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe