vendredi, août 12, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePourquoi l'opération massive des Unités de Résistance provoque-t-elle beaucoup de remous au...

Pourquoi l’opération massive des Unités de Résistance provoque-t-elle beaucoup de remous au sein du régime ?

Pourquoi l'opération massive des Unités de Résistance provoque-t-elle beaucoup de remous au sein du régime ?
Les caméras de sécurité installées au mausolée du premier Guide Suprême du régime, Ruhollah Khomeini, ont été démontées.

Les Unités de la Résistance iranienne, un réseau affilié à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), ont lancé plusieurs opérations simultanées et bien planifiées à Téhéran à la veille de l’anniversaire de la mort du fondateur du régime, Ruhollah Khomeini.

Les Unités de Résistance auraient démonté 5 138 caméras en circuit fermé (CCTV) sur divers sites étroitement contrôlés, notamment la tombe de Khomeini, le cimetière
Behesht-e Zahra et le centre informatique de la municipalité de Téhéran.

Ces attaques ont causé beaucoup de remous au sein du régime, faisant craquer sa fragile posture de pouvoir à la veille de la mort de Khomeini.

Jeudi, l’agence de presse Tasnim, un organe affilié à la force Qods des Gardiens de la révolution (pasdaran), a cité les relations publiques de l’Organisation municipale des technologies de l’information et de la communication, qui ont déclaré : « Une perturbation délibérée de la page interne de la municipalité de Téhéran a mis ce système hors de portée des collègues pendant quelques minutes en publiant une image insultant. »

Dans une communication jeudi, le bureau du maire de Téhéran, le général de brigade des pasdaran Alireza Zakani, a reconnu le succès de l’offensive des Unités de Résistance et a alerté le personnel de sécurité. « Suite au piratage du réseau de la municipalité de Téhéran par les ennemis jurés de la sainte République islamique, il est recommandé aux collègues d’être d’urgence en état d’alerte à 100 % et d’ordonner à ces derniers à tous les responsables des systèmes informatiques et de rendre tous les serveurs indisponibles, si nécessaire », indique le communiqué.

« Une perturbation délibérée des systèmes internes de la municipalité de Téhéran, y compris la publication d’une image insultante, a mis ce système hors de portée des membres du personnel pendant quelques minutes« , a reconnu jeudi le quotidien Javan, affilié aux pasdaran.

« Il y a quelques minutes, le site web de la municipalité de Téhéran et le système ‘Mon Téhéran’ ainsi que toutes les sources ultérieures ont été rendus indisponibles. Certains médias urbains ont affirmé qu’il s’agissait d’un piratage. Le bureau du maire de Téhéran n’a pas encore donné de détails« , a reconnu jeudi le quotidien officiel Sharq, rejoignant ainsi la liste des médias officiels qui expriment leur crainte face aux prouesses croissantes de l’OMPI.

Quelques heures après l’opération des Unités de Résistance, certains responsables du régime se sont précipités sur les lieux et ont désespérément tenté de minimiser l’attaque pour sauver la face et remobiliser leurs troupes.

« Ce qui s’est passé hier fait partie des méthodes de piratage les plus simples. En raison du large éventail de services fournis par la municipalité, ce complexe fait face à de nombreuses attaques quotidiennes« , s’est vanté vendredi Hadi Mahzarnia, chef du centre TIC de la municipalité de Téhéran, cité par le journal officiel Mashreqnews.

Parallèlement, l’opposition iranienne a diffusé des vidéos montrant le centre informatique de la municipalité de Téhéran et la façon dont il a été en proie au chaos pendant 24 heures, confirmant que les Unités de Résistance avaient contrôlé le système de surveillance pendant 24 heures.

En outre, les réactions effrayantes des responsables du régime, y compris du Guide Suprême, Ali Khamenei, le 3 juin, suffisent à démentir les propos flagrantes de Mahzarnia et de ses semblables.

« L’ennemi d’aujourd’hui a bon espoir de porter des coups importants au [régime] en utilisant les protestations populaires. Il espère utiliser Internet ou la guerre psychologique et d’autres déviances pour inciter les gens à se révolter contre la République islamique« , a déclaré Khamenei vendredi, comme le rapportent les médias officiels.

Khamenei a reconnu l’impasse dans laquelle se trouve son régime en affirmant « empêcher [l’ennemi] de laisser entendre que le système est dans une impasse. Non, nous ne serons pas dans une impasse ! »

« L’imam [Khomeiny] s’inquiétait du sort du système. Il disait que si le système échoue, il ne reviendra pas. Il était terrifié à l’idée que l'[ennemi] fasse une brèche dans le système [en place] et disait toujours : ‘Je crains vraiment que l’ennemi infiltre la société et renverse [le régime]‘ », a déclaré vendredi le religieux Nasser Rafi, cité par l’agence de presse officielle IRNA.

Confident de Khamenei, Rafi a également affiché sa crainte totale de l’OMPI. « Je crains l’OMPI. Les dommages causés par les membres de l’OMPI dans notre système ont été plus importants que ceux causés par les infidèles [les adversaires occidentaux du régime]« , a-t-il déclaré.

En outre, après les opérations de jeudi, le régime a mobilisé des dizaines de milliers de forces répressives à travers l’Iran, principalement à Téhéran, et a trié sur le volet les participants à l’événement organisé pour l’anniversaire de la mort de Khomeini sur sa tombe.

Les protestations se poursuivent dans tout l’Iran. Si les difficultés économiques et sociales sont à l’origine de ces manifestations, en l’espace de quelques heures, les gens scandent des slogans contre les responsables du régime, principalement Khamenei et son acolyte fou, le meurtrier devenu président Ebrahim Raïssi.

Qu’il s’agisse de l’effondrement tragique de la tour Metropol dans le sud-ouest de l’Iran ou de l’augmentation des prix des denrées alimentaires, lorsque des manifestations éclatent dans une partie du pays, elles suscitent une vague de solidarité dans tout l’Iran, les gens dénonçant les responsables du régime et leurs politiques dévastatrices.

Ces protestations sont la manifestation la plus large d’une société instable. Après quatre décennies de meurtres de masse, Khamenei a nommé Raïssi, alias le juge pendu, au poste de président pour intensifier la répression et intimider la société. Les opérations de l’Unité de Résistance, comme celles de jeudi, agissent comme un marteau-pilon qui brise cette oppression atmosphérique. Et le régime sait qu’une fois que cela se produira, il s’effondrera rapidement.

« Une fois que les gens seront déçus par la République islamique, il y aura une explosion. Lorsque cela se produira, personne ne pourra nous sauver et l’empêcher« , a averti Rafi aux responsables du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe