Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Iran : les forces de sécurité font de nombreux blessés et arrestations à Ahwaz - photo

« Nous sommes tous Younes » disaient les pancartes dans les tribunes d’un match de football à la mémoire d’une jeune qui s’est immolé pour protester contre le régime

A la suite d’un match de football entre les équipes du Khouzistan et Al-Helal d’Arabie Saoudite dans l’après-midi du 17 mars, les habitants et la jeunesse courageuse d’Ahwaz (dans le sud-ouest de l’Iran) ont lancé une manifestation de grande ampleur contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran. Ils ont laissé cours à leur colère et à leur rejet des mesures criminelles et répressives qui s’abattent en particulier sur leur province.

Les Ahwazis brandissaient des pancartes où on pouvait lire : « Nous sommes tous Younes ». Younes Assakareh est un homme de 31 ans qui gagnait sa vie et celle de sa famille en vendant des pacotilles dans une échoppe à Khorramchahr. Le 13 mars, il s’est immolé par le feu pour protester contre les attaques répétées des forces de sécurité sur les échoppes et tous les obstacles qui les empêchent de travailler. Père de deux enfants en bas âge, il souffre de brûlures profondes. Cette effroyable immolation a déclenché la colère de plusieurs villes, surtout dans la province du Khouzistan.

Au cours de la rencontre sportive de mardi, les agents de sécurité, en civil et du renseignement ont chargé violement les spectateurs et ont arrêté un grand nombre d’entre eux, en particulier ceux qui portaient des djellabas. Durant ces affrontements qui ont duré trois heures, beaucoup de gens ont été blessés, surtout des jeunes, et des centaines arrêtés. Les supporters interpellés ont été emmenés en fourgonnettes vers des destinations inconnues. Au moins deux véhicules des forces de sécurité ont été incendiés.

La population du Khouzistan est durement confrontée à la misère, au chômage et à la faim. Une grande partie du pétrole iranien est produit dans cette région et cette province possède les terres les plus fertiles de l’Iran. Mais l’immense richesse des Iraniens alimente la répression interne, l’exportation du terrorisme et de la guerre dans la région, ainsi que la course à l’arme atomique. Elle est aussi directement accaparée par les dirigeants de ce régime.

La Résistance iranienne appelle l’ensemble des instances internationales à condamner la répression sauvage de la population d’Ahwaz le 17 mars et à prendre des mesures d’urgence pour faire libérer les personnes interpellées.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 mars 2015

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés