Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Vidéoconférence mondiale des représentants des communautés iraniennes dans 42 villes

Vidéoconférence mondiale des représentants des communautés iraniennes dans 42 villes

Appel à combattre les violations croissantes des droits de l'homme et l'exportation du terrorisme par le régime des mollahs et à l’adoption d’une politique décisive
A l'initiative des communautés iraniennes d’Europe, d'Amérique du Nord et d'Australie, lors d'une vidéoconférence qui s'est tenue simultanément dans 42 villes et capitales du monde, des milliers d'Iraniens ont soutenu le soulèvement du peuple iranien pour renverser le régime et le combat du Conseil national de la Résistance iranienne, l’alternative démocratique au régime.

Maryam Radjavi, Présidente du Conseil national de la Résistance iranienne, Patrick Kennedy, ancien membre du Congrès américain ; la sénatrice Ingrid Betancourt ; Lord Navnit Dholakia, chef adjoint du Parti libéral démocrate d'Angleterre ; le sénateur Jerry Horkan, vice-président de la Commission des finances du Sénat irlandais ; Antonio Tasso, député italien ; l'ancien Premier ministre algérien, Sid Ahmed Ghozali ; Pandeli Majco, ministre d'État chargé de la diaspora, et Fatmir Mediu, chef du Parti républicain et ancien ministre de la Défense d'Albanie, le gouverneur Yves Bonnet, ancien chef du Renseignement, Mgr Gaillot ; Pierre Berci, président de la New Human Rights Foundation de France, Petter Eide, député de Norvège et Paolo Casaca, ancien eurodéputé, Anne Ferreira ancienne membre du parlement européen, étaient parmi les participants à cette conférence.

Maryam Radjavi a souligné l'échec du régime à réprimer le soulèvement et les protestations, à limiter les activités des unités de résistance, et ses complots terroristes contre la résistance, ainsi que l'échec du régime à remettre sur les rails son économie en faillite et à empêcher les sanctions : « Ce régime n'a pas d'issue, toute solution qu'il poursuit revient à se tirer une balle dans le pied. Le produit de cette frustration politique est la dégradation du statut du régime sur la scène politique, économique, sociale et internationale. »

Mme Radjavi s’est adressée aux jeunes insurgés et aux unités de résistance dans le pays : « Aujourd'hui, l'existence du régime est plus que jamais menacée. La société iranienne est plus que jamais prête et agitée. Mais l'avènement d'un Iran libre est, bien évidemment, la responsabilité du peuple et de la Résistance ; c'est votre volonté qui joue un rôle décisif dans la réalisation du renversement de la dictature des mollahs. Le secret de la victoire est la lutte solidaire du peuple iranien et la montée en flèche du soulèvement sous la conduite des unités de résistance et des conseils de résistance. »

Au cours de la vidéoconférence, qui s'est tenue avec la participation de milliers de personnes dans 42 villes, 90 personnes représentant plus de 300 associations et communautés iraniennes ont pris la parole, dont voici quelques extraits :

(Allemagne, Berlin) - Mansoureh Bahmanpour, La Communauté des Iraniens en exil à Berlin : En tant que femme qui a été avec cette résistance pendant de nombreuses années, j'ai vu le rôle et la fonction des femmes à différents niveaux dans cette résistance et dans l'organisation des Moudjahidine du Peuple. Mme Radjavi n'est pas seulement le symbole de cette résistance, mais son message d'égalité et de liberté et de responsabilité sociale pour les femmes a touché toute la société iranienne et a touché plusieurs générations d’Iraniennes.
Sans aucun doute, l'avenir des femmes iraniennes avec Maryam Radjavi est un monde d'égalité, de liberté, d'effort et de responsabilité sociale, qui promet la reconstruction politique, économique et culturelle de l'Iran de demain.

(Allemagne, Berlin) - Mahyar Manukian - Le mouvement de la jeunesse pour le soulèvement en Iran : Mon but est de sauver l'Iran de la dictature des mollahs criminels, et c'est pourquoi je suis avec l'OMPI. Depuis Berlin, je dis aux membres des unités de résistance et aux jeunes : Sachez que vous êtes une génération avec une conviction infinie. Mille salutations à votre détermination, que le flambeau de la liberté entre vos mains brille dans les villes de notre pays. Nous, jeunes vivant à l'étranger, sommes avec vous jusqu'au bout et nous vous soutenons. Vous êtes notre plus grand honneur, et nous vous envoyons des milliers de salutations à vous et à votre engagement.

(Allemagne, Cologne) Mitra Hersini - Le Conseil iranien de Cologne : Le rôle indéniable de l'OMPI et des unités de résistance dans le soulèvement et l'isolement du régime sur la scène internationale a provoqué la colère désespérée de ce régime contre son alternative. Ce qui terrifie le régime plus que toute autre chose, c'est le soutien populaire croissant dont jouit l'OMPI. Les Moudjahidine et leurs sympathisants ne veulent rien pour eux-mêmes dans la lutte pour la liberté de l'Iran. En effet, où peut-on trouver ce genre de femmes et d’hommes dans le monde ? Ce sont ceux qui sont formés à la logique du sacrifice et à l'honnêteté des Moudjahidine et de la génération de Massoud et de Maryam. Une telle communauté mérite vraiment de renverser le régime et de construire un Iran libre et prospère. Notre désir se résume en peu de mots : le peuple iranien et ses représentants légitimes sont déterminés à mettre un terme à ce régime moribond, la communauté internationale doit l'accepter. En effet, le jour de la victoire est proche et le peuple iranien sera libre.

(Allemagne, Francfort) Maryam Manochehrian, Communauté des Iraniens de Hesse : Au cours des quatre dernières décennies, il n'a pas été possible d’échapper à la dictature au pouvoir en Iran. L'OMPI et le Conseil national de la Résistance iranienne sont le fruit et la continuation des luttes antidictatoriales du peuple iranien au cours du siècle passé, qui ont fourni une alternative pour l’avenir de l'Iran. Le peuple iranien est suffisamment mûr pour se libérer du cycle de transition de la monarchie royale à la monarchie théocratique et inversement. Les Iraniens sont conscients des mérites, du génie et du pouvoir dont ils ont besoin pour construire un Iran démocratique et croient profondément en la république.

(Allemagne, Stuttgart) Mehran Mirzai - Le Centre démocratique iranien : Au cours de l'année écoulée, le régime, grâce à ses agents, a lancé une série d'assassinats politiques, d'assassinats de personnalités et des campagnes de diabolisation, de diffamation et de mensonges contre la Résistance avec la plus grande violence. Dans un concert coordonné, ils affirment qu’il n’y a aucune alternative à ce régime, que si le régime s'effondre, l'Iran deviendra comme la Syrie avec la guerre civile, et que toute alternative serait pire que le régime actuel. Ils veulent justifier à la fois la répression à l'intérieur et le terrorisme à l'étranger, et décourager et décevoir la population. Les mollahs décadents savent très bien que leur seule menace est cette Résistance. Mais nous avons également appris au cours de quatre décennies d'expérience que l'OMPI et le CNRI sont les garants du renversement du régime et du transfert ordonné du pouvoir au peuple, assurant la solidarité du peuple et la reconstruction de notre pays ruiné. Le délai de ce régime a expiré et bientôt, avec le soulèvement du peuple iranien et le soulèvement des Moudjahidine, il sera balayé. Nous, les partisans de la Résistance, comptons les jours pour vivre ce moment.

(États-Unis -Washington, D.C.) Rahileh Sadeghpour, Communauté des Iraniens du nord de la Virginie : Le plan en 10 points de Mme Maryam Radjavi appelle à un Iran où la démocratie, la souveraineté populaire, l’État de droit et la justice sociale sont respectés. Cette Résistance a montré qu'elle a la volonté politique, la capacité sociale et les aptitudes requises pour mettre en œuvre ces programmes. En tant que spécialiste, je peux témoigner qu'en Europe et aux États-Unis, des dizaines de milliers d'éminents experts iraniens sont très fièrement préparés à mettre en œuvre les programmes démocratiques et populaires de la Résistance dans l’Iran de demain, et à participer à la reconstruction de ce pays. Lorsque la confiance du peuple iranien lui reviendra, lorsque la liberté sera rétablie, la grande énergie du peuple iranien s’orientera vers la reconstruction et le développement.
Le régime cruel des mollahs sera inévitablement renversé et ses efforts n’aboutiront pas. L'Occident, en particulier l'Europe, doit se ranger du côté du peuple iranien et reconnaître le droit du peuple iranien de renverser la théocratie au pouvoir en Iran.

(États-Unis, comté d’Orange) Babak Dadvand, Communauté des Iraniens du Sud de la Californie : L'amour pour la liberté de l'Iran est un idéal qui a maintenu la Résistance et l'OMPI plus fortes que jamais malgré toutes les difficultés, les répressions, les assassinats et la diabolisation.
Nous sommes fiers de ce leadership et de cette Résistance, et pour cette bénédiction, nous offrons tout ce que nous avons avec abnégation. Et nous disons aux gouvernements occidentaux de ne pas faire des affaires avec ce régime et de ne pas lier leur avenir en Iran à ce régime. N'investissez pas sur des chevaux morts comme le menteur Rohani et n'attirez par sur vous la disgrâce du peuple iranien. Inscrivez le ministère du Renseignement sur les listes terroristes et expulsez de vos pays les mercenaires et les agents de ce régime et de son ministère du Renseignement.

(États-Unis - Berkeley) Farideh Seddighi, Communauté des Iraniens du Nord de la Californie : Avec une alternative légitime, puissante, et organisée avec un soutien international et national, l'Iran et son peuple peuvent espérer un avenir radieux, un avenir où l'amour et l'espoir remplacent la souffrance et à la répression du peuple iranien, où tous ses habitants, femmes, hommes, adeptes de différentes religions, de différentes nationalités, de diverses couches de la société iranienne vivront en égalité et fraternellement, et feront de cette belle terre d'Iran, un jardin d’amitié et de fraternité. Un Iran prospère et moderne, dans lequel il n'y a pas d'oppression et de discrimination sexuelle, ethnique, raciale et de classe. Un Iran qui vit en paix et dans la bonne entente avec ses voisins. En fin de compte, nous annonçons tous que nous sommes prêts à travailler sans relâche et nous sommes déterminés à renverser ce régime.

(États-Unis, Atlanta) Batool Zamani, Communauté des Iraniens de la Georgie : Les déclarations craintives et contradictoires des responsables du régime reflètent leur frustration face aux soulèvements populaires massifs, notamment des ouvriers, des étudiants, des marchands, des enseignants et des agriculteurs, lorsqu'ils affirment : « Quelque chose se passe, la voix de l'interconnectivité des protestations retentit. S'il n'y a pas de décisions sérieuses dans le domaine de l'économie, les conséquences seront très fâcheuses. » Ce régime connaît bien son principal ennemi et a donc toujours essayé de maintenir son équilibre au travers de diverses pressions en attaquant les camps Achraf et Liberty, en faisant pression sur la Résistance pour donner de l’espoir à ses forces en désintégration. Mais aujourd'hui, il n'a plus d'autre choix que de subir la déchéance.
La persévérance et la résilience des résistants en Iran découlent de la glorieuse persévérance des Moudjahidine qui, depuis des années, selon Mme Radjavi, ne veulent rien pour leurs propres intérêts, mais se battent uniquement dans l’intérêt souverain du peuple. Cette lutte se poursuivra jusqu'au renversement du régime. Ainsi, selon les propos de notre bien-aimée Maryam, nous pouvons et nous devons le faire.

(États-Unis - Dallas) Homeira Hesami, Communauté des Iraniens de Dallas -Texas : En Iran, le cri de la liberté retentit partout. Le peuple insurgé a montré qu'en dépit de toute la répression, il ne se contentera que du renversement de ce régime. Le rôle de premier plan et l'importance des héroïnes de notre pays dans cette campagne sont vraiment impressionnants ; des femmes inspirées et motivées par des milliers de femmes de l'OMPI et des milliers de leurs sœurs martyres. Je salue les milliers d'unités de résistance à travers l'Iran qui ont ébranlé par leurs sacrifices, leur bravoure et leur détermination, les fondations de ce régime corrompu et agonisant. Pas un jour ne passe où les responsables de ce régime n'expriment leur crainte au sujet de leur rôle efficace, en particulier celui des femmes, dans la conduite et l'organisation des manifestations et des grèves. Le monde doit se tenir aux côtés du peuple iranien et de sa Résistance légitime pour la liberté.

(Autriche, Vienne) Ehsan Ayatollahi, Association pour les droits des victimes du fondamentalisme : Pourquoi les gens aident-ils généreusement la Résistance ? Parce qu'ils considèrent la Résistance comme la seule lueur d'espoir pour la population. Quand ils constatent que les Moudjahidine sacrifient leur vie pour la liberté, qu'ils abandonnent leur maison et leur vie, ils concluent que leur devoir est de les soutenir entièrement. Avec cette aide, ils retrouvent leur identité iranienne et humaine. Il n'y a pas de corruption, de mensonges et d'hypocrisie chez les Moudjahidine. Tout ce qu'il y a, c'est la vérité et le sacrifice. C'est le remède de guérison de notre société meurtrie et épuisée. C'est ce qui distingue l'OMPI de ceux qui se réclament de l'opposition, et qui cherchent leurs propres intérêts. L'OMPI a non seulement assuré son indépendance financière, mais aussi son indépendance politique.

(Australie, Sydney) Mohammad Sadeghpour, Association pour la démocratie et les droits de l’homme en Iran : Ce mouvement est sans doute victorieux en raison de son organisation cohérente et de sa capacité à conduire le soulèvement jusqu'au renversement du régime, parce qu'il a payé le prix fort avec ses martyrs, avec son indépendance financière et sa dépendance vis-à-vis du peuple courageux d'Iran, et aussi avec la persévérance de ses militants à Achraf et Liberty.

En tant que représentant des communautés des australo-iraniens, nous demandons au Gouvernement australien et à la communauté internationale de ne pas poursuivre la politique de complaisance avec le régime et de ne pas donner plus de temps pour exploiter le peuple iranien. Je demande tout particulièrement au Gouvernement australien d'imposer des sanctions à Téhéran et de reconnaître sa puissante alternative, le Conseil national de la Résistance iranienne et l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran.

(Royaume-Uni, Londres) Leila Jazayeri, Communauté des iraniennes de Londres : La Résistance iranienne, l'alternative à ce régime médiéval, est composée des élites et des meilleurs enfants du peuple iranien. Ceux qui utiliseront leur expertise et leurs connaissances pour reconstruire un Iran libre. Les cerveaux qui ont quitté l'Iran seront de retour demain pour construire le pays.
Le peuple iranien est sous la dictature depuis un siècle. Cela fait 40 ans que son économie a été détruite, que ses mers et ses rivières se sont asséchées, que son environnement a été détruit et qu'il n'a plus d'eau potable... Cette alternative est une réponse à toute la douleur et à la destruction de notre patrie et est en mesure de faire de l'Iran un pays stable et d'y instaurer la souveraineté populaire, la liberté, la démocratie et la justice.

(Italie, Rome) Behzad Bahrehvar, Association des universitaires et professionnels iraniens : L'expérience permet d’affirmer que la seule façon de guérir les nombreuses souffrances d'une nation qui a été pendant 100 ans sous l'oppression du Shah et du mollah, et la seule façon de redonner confiance à cette nation trahie, est de réaliser les aspirations de cette Résistance. L'énorme construction de cette Résistance repose sur la philosophie suivante : « On peut et on doit réussir », avec toutes les sacrifices et les souffrances de ses membres. Le financement d'une grande Résistance est la manifestation de la confiance de la population. C’est ce que nous avons vu au téléthon de la semaine dernière. Nous avons adopté cette approche non seulement pour soutenir la Résistance d'aujourd'hui, mais aussi pour assurer la reconstruction de l'Iran du futur. Notre peuple, avec ses souffrances incessantes, a besoin d'amour, d'espoir et d'unité plus que tout autre chose. Des valeurs qui referont surface en Iran avec le leadership de la présidente de la Résistance.

(Belgique, Bruxelles) Soroush Aboutalebi, Association des étudiants et des jeunes démocrates iraniens : Si le régime s'est tellement enhardi à utiliser ses ambassades pour des opérations terroristes en Europe, c'est parce que la complaisance de l'Union européenne l'a rendu plus enhardi. Le régime ne paie aucun prix pour ses crimes. Si l'Europe veut être fidèle à ses valeurs, elle doit s'opposer fermement à ce régime, arrêter, punir et expulser ses mercenaires et ses agents d'Europe, et subordonner ses relations avec ce régime à la cessation des exécutions, de la torture et du terrorisme.

(Danemark, Copenhague) Hamid Shamsabadi, Association des universitaires et professionnels iraniens du Danemark : Je n'aurais jamais pensé affronter les terroristes du régime au Danemark, mais le 30 octobre 2018, le service de Renseignement danois a annoncé qu'il avait arrêté un agent du ministère du Renseignement du régime des mollahs qui avait l'intention de mener une attaque terroriste au Danemark. Comment se fait-il que le terrorisme du régime s'exporte dans les rues du Danemark et menace notre sécurité et celle de la population de ce pays ? En tant que réfugié, j'appelle l'Union européenne à imposer des sanctions au régime des mollahs pour ce terrorisme ; les ambassades du régime, qui sont les centres de commandement des espions et du terrorisme, doivent être fermées ; et toutes relations, qu’elles soient commerciales ou autres, avec le régime, puisqu'il finance le terrorisme avec ses bénéfices, doivent être arrêtées ; ne gardez pas le silence face aux exécutions et à la torture, car le gouvernement des mollahs s'est enhardi et exporte ses crimes.
Ce régime est proche de sa fin. Le soulèvement du peuple iranien se poursuit avec le soutien des Moudjahidine et des unités de résistance jusqu'au renversement du régime. C'est un grand honneur pour nous tous de contribuer, même de la plus petite façon, à cette grande mission historique.

(Danemark, Aarhus) Somayeh Abdolmaleki : Nous, les jeunes qui soutenons la Résistance iranienne au Danemark, disons oui à l'appel de M. Masoud Radjavi, le chef de la Résistance, et déclarons que nous sommes prêts à aider les unités de résistance et les jeunes insurgés. Nous nous engageons à être la voix de l'innocence de notre peuple qui manifeste depuis un an. Si l'OMPI n'existait pas, l'Iran des mollahs serait pour moi la seule perspective envisageable, mais les Moudjahidine ont montré une alternative à moi et à beaucoup de jeunes, et c'est pour cela que nous sommes Iraniens fiers et luttons pour l'Iran que Maryam Radjavi représente.

Cette opposition hystérique du régime aux Moudjahidine, de la cyberguerre aux complots terroristes, est due au fait que le régime entrevoit son déclin dans l'existence et la propagation de la Résistance, et le large soutien populaire dont jouissent les Moudjahidine et la Résistance iranienne l'a fait trembler d’effroi. Un cauchemar qui tourmente le régime, et nous ne le laisserons pas survivre à cette impasse.

(Suède, Göteborg) Fariba Dashti, Association culturelle iranienne : Cette Résistance organisée s'est construite au niveau de la population, et depuis février 1979, à différents tournants, on a pu constater l'adaptation créative des Moudjahidine pour répondre aux exigences de chaque étape. L'OMPI, s'appuyant sur sa population et étendant ses mains pour obtenir de l'aide dd son peuple, a maintenu son indépendance. Nous l’avons vu dans le téléthon récent et la façon dont les différentes couches de la population à l'intérieur et à l'extérieur du pays, des hommes et des femmes, des Turcs, des Arabes, des Baloutches et des Fars ont aidé leur organisation et ouvrir la voie à la liberté et à l'indépendance. Bientôt cette volonté nationale et cette alliance nationale pour la reconstruction de l'Iran post mollahs seront visibles. À cet égard, notre seule demande à l'Union européenne et aux États membres de l'Union européenne est d'expulser les agents et les diplomates terroristes du régime des mollahs, de fermer les bureaux d'espionnage du régime théocratique, et d'inscrire le ministère du Renseignement et les autres organes répressifs du régime sur la liste des entités terroristes.

(Suède, Stockholm) Khosrow Parvardeh, Association pour la démocratie et les droits de l'homme : Comme indiqué dans la Déclaration nationale des Iraniens il y a 20 ans, toute relation avec le régime théocratique et chacune de ses factions est la ligne rouge de la lutte pour la liberté et est rejetée par le peuple iranien. Alors que le soulèvement populaire, guidé par les unités de résistance et l'organisation des Moudjahidine, sonne le glas du régime théocratique, nous nous sentons plus que jamais obligés de dénoncer et de rejeter ceux qui se sont engagés à sauver ce régime moribond.

(Suède, Malmö) Hossein Pishkar, Association culturelle iranienne : Un régime qui a été condamné 65 fois aux Nations Unies pour violations des droits de l’homme prétend que tous les malheurs de l'Iran viennent de l'étranger. Il terrifie la population avec l’État islamique et déclare que si la révolution se produit et que les mollahs disparaissent, l'Iran deviendra l’enfer. Le fait est que l'Iran est l'enfer depuis 40 ans. La réalité est qu'avec la survie de ce régime, l'Iran continuera à faire des ravages et l'usine de création de l’État islamique continuera son fonctionnement.
Les Moudjahidine luttent depuis 40 ans pour la liberté, la démocratie, la séparation de la religion et de l'État, l'égalité entre les hommes et les femmes, le respect des droits de l'homme et l'interdiction de toute discrimination, et s'engageront sur cette voie. Il est du devoir de tout Iranien patriote de se lever pour une nouvelle révolution.

(Suisse, Zurich) Gholamhossein Vakilzadeh, Association des universitaires iraniens : Je me demande souvent ce qu'il resterait de l'Iran et des Iraniens s'il n'y avait pas eu les Moudjahidine. L'OMPI n'a pas seulement gardé la flamme de la Résistance à l'intérieur de l'Iran, elle a aussi insufflé cette flamme aux exilés. Lors d'un récent téléthon, les Iraniens ont souligné que l'OMPI nous a rendu notre dignité d’Iraniens. Dans la même logique, les unités de résistance, malgré les âpres répressions, ont maintenu les flammes du soulèvement qui a éclaté depuis janvier. Les Moudjahidine sont la seule alternative au régime. C'est pourquoi le régime cherche l'anéantissement physique et la destruction politique de cette Résistance par le terrorisme, la répression et les campagnes de diabolisation. En retour, le devoir national et humain de tout Iranien épris de liberté est de soutenir cette Résistance. C'est la même raison qui nous a tous rassemblés de partout dans le monde. Les complots du régime et de ses agents iraniens et non iraniens ne font que renforcer notre engagement en faveur de cette Résistance et renforcer notre détermination à la soutenir.

(France, Paris) Sara Nouri, Association des réfugiés politiques : J'ai appris qu'un indicateur majeur du progrès de la démocratie et des droits de l'homme dans toute société est la position des femmes, en plus des comportements envers les minorités ethniques et religieuses et les opposants politiques. Depuis quarante ans, les femmes jouent un rôle à tous les niveaux au sein de la Résistance iranienne. Le symbole le plus évident est la présence d'une femme à la tête du mouvement. Son rôle est d'assurer l'instauration de la démocratie dans l’Iran du futur. Je n'ai pas vu ce phénomène avec cette forme et cette teneur en Iran, ni dans aucun pays de la région, ni même en Europe. C'est pourquoi je suis convaincue que dans l’Iran, libéré de la dictature des mollahs misogynes, qui n'est pas loin, la présence de ces femmes et de ces hommes qui ont fait avancer le mouvement de façon solidaire et l'ont amené à cette hauteur, est la meilleure et la plus forte garantie pour que la société puisse faire sa marche vers la liberté et la démocratie, l'égalité, la prospérité économique et la justice sociale.

(Canada, Ottawa) Shahram Golestaneh, Association Démocratique d’Iran : Le régime impuissant du Velayat-e-Faqih (Guide Suprême) s’est servi de l'arme usée de la diabolisation dans de nouvelles dimensions pour justifier des actes de répression et de terrorisme contre la Résistance. Elle a envoyé des agents du Renseignement qui se sont fait passer pour des journalistes à l'étranger et en a recruté d'autres. Mais nous disons à ces soi-disant journalistes que notre peuple connait la nature du régime, qu'il connaît aussi l'OMPI depuis 40 ans. Il y a quelques années, le Toronto Sun a écrit que l'ambassade du régime avait offert 80 000 $ au directeur de l'Institut Mackenzie, un thinktank canadien, pour décrire les Moudjahidine comme une secte, et il avait refusé avec honnêteté. Ceux qui ont accepté ces propositions peuvent être facilement identifiés et présentés au grand jour. C'est notre devoir, conformément au désir du peuple de parvenir au renversement du régime théocratique.
Notre amour pour les Moudjahidine n'est pas dû au culte de la personnalité, mais à leur soif ardente de liberté et au prix qu'ils paient chaque jour pour renverser le régime théocratique et transférer la souveraineté au peuple.

(Canada, Toronto) Shahnaz Fallah, Coalition internationale des femmes contre le fondamentalisme : (Alliance des femmes) : Le régime théocratique a commencé à se lancer dans l'ingérence terroriste dans la région, étendant son champ d'action au Yémen, à la Syrie, au Liban et à l'Irak, depuis son arrivée au pouvoir. Nous avons été témoin de l'expansion des dimensions des complots terroristes du régime contre la Résistance. Tant que le régime du Velayat-e-Faqih (Guide Suprême) sera au pouvoir, il n'y aura pas de paix au Moyen-Orient. La résolution 1034 du Congrès américain condamnant le complot terroriste du régime contre le rassemblement de la Résistance en France et soutenant le plan en 10 points de Mme Radjavi bénéficie du soutien de 104 membres de la Chambre des représentants des États-Unis, notamment 52 présidents et vice-présidents. Ce n'est qu'avec une politique ferme que nous pourrons empêcher l'expansion du terrorisme et des crimes contre l'humanité commise par la théocratie au pouvoir en Iran.

(Luxembourg, Luxembourg) Farideh Absalan, Association pour la défense des droits de l'homme et de la démocratie : Dès les premières années du régime théocratique, l'OMPI a commencé à s’opposer aux mollahs sur tous les fronts en sacrifiant tout ce qu'il avait. Aujourd'hui, les unités de résistance ont décidé, avec l'aide des diverses couches de la société, d’éradiquer les racines de l'oppression en Iran. Cette résistance, s'appuyant uniquement sur la force du peuple, en toute indépendance et avec le sacrifice de tous ses membres et sympathisants, a conduit cette lutte. L'OMPI, s'appuyant sur ces hommes et ces femmes avec un leadership désintéressé et avec le plan en dix points de Mme Radjavi, a la capacité de renverser ce régime et d’assurer le transfert ordonné du pouvoir aux représentants du peuple et la reconstruction de l'Iran et de l'unité nationale.

(Norvège, Oslo) Delaram Dashti, Association des femmes de Pezhvak : J'ai trouvé au sein du Conseil national de la Résistance et de l'OMPI le respect de l’être humain tel qu'il est, quel que soit son sexe, son appartenance ethnique ou religieuse, ce qui n'est même pas imaginable dans le régime théocratique en Iran. Le régime est actuellement en guerre contre les minorités ethniques et religieuses et contre l'ensemble de la population iranienne. L'OMPI, le Conseil national de la Résistance et le plan en 10 points de Mme Radjavi exigent la coexistence de toutes les composantes de la société iranienne, de toutes religions et nationalités. L'égalité des adeptes de toutes les religions et l'autonomie des différentes nationalités ainsi qu'un plan d'autonomie global pour les Iraniens du Kurdistan, sont l'une des forces de notre Résistance pour construire un Iran démocratique et moderne.

(Norvège, Kristiansand) Amineh Qaraei - Association des femmes pour la liberté : En tant qu'enfant d'un martyr du massacre (1988), et au nom de tous ceux qui sont encore à la recherche des tombes de leurs proches, nous demandons que les auteurs de ce crime soient jugés et punis, sans oublier ni pardonner. Je suis heureux que ces sangs n'aient pas coulé en vain et qu'aujourd'hui, ils aient ressuscité dans la lutte des Moudjahidine et des unités de résistance dans tout l'Iran. Comme des milliers de jeunes à travers l'Iran, j'espère que je mérite de poursuivre la cause pour laquelle mon père a sacrifié sa vie.

(Pays-Bas, La Haye) Mahnaz Ferezkenari : J'ai été impressionné par la position des femmes au sein de l'OMPI pendant ma rencontre avec les Moudjahidine. J’ai trouvé fort louable que l'idée de l'égalité ne soit plus une théorie, mais qu'elle soit mise en œuvre dans une organisation révolutionnaire. Aujourd'hui, nous, les femmes iraniennes aux quatre coins du monde, saluons le leadership de Mme Maryam Radjavi, qui a, en fait, joué un rôle incomparable dans la lutte contre le régime des mollahs. Mme Radjavi ! En mettant en œuvre l'idée d'égalité et en permettant l'hégémonie des femmes, vous avez donné le dynamisme à la Résistance contre toutes les pressions et complots, comme nous l'avons vu à Achraf et à Liberty. Mais plus important encore, avec ces femmes dans le leadership, vous avez garanti la démocratie et la souveraineté populaire dans l'avenir de l'Iran.

(Pays-Bas, Zwolle) Fereshteh Riazi Doust : En tant qu'ancien militant de l'OMPI, je suis fier, dans cette période historique importante, d'être aux côtés de la Résistance pour la liberté en Iran, une Résistance qui a poursuivi l’œuvre de Mossadegh et qui s'est insurgé contre le fondamentalisme. Outre l'exécution, la torture et l'assassinat, cette résistance, comme Mossadegh, a été confrontée aux mensonges et aux accusations les plus graves du régime, de ses agents et de ses complices. Cette Résistance est capable de panser les nombreuses blessures de l'Iran dévasté par les mollahs et, avec la participation de tout le peuple iranien, de garantir l'instauration de la démocratie, de la liberté et de la prospérité dans notre pays opprimé.

Communautés iraniennes d’Europe
Le 19 decembre 2018

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés