Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Conférence de l’OMPI en Albanie : 120 ans de lutte du peuple iranien pour la liberté

Conférence de l’OMPI en Albanie : 120 ans de lutte du peuple iranien pour la liberté

Achraf-3, siège de l’opposition démocratique iranienne en Albanie, accueille la deuxième d’une série de conférences sur l’Iran et l’alternative au régime des mollahs. La conférence d’aujourd’hui s’intitule : « 120 ans de lutte du peuple iranien pour la liberté. » Plusieurs milliers de membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) résident à Achraf-3. Le Commission des Affaires étrangères du CNRI a couvert l’événement en directe dont voici le déroulé :

La conférence sur l’Iran a accueilli plusieurs sujets de discussion tels que :
Les manifestations en Iran
Le rôle de l’OMPI dans les soulèvements iraniens
Le terrorisme et le cyberterrorisme du régime des mollahs
Les droits humains en Iran
Le massacre de prisonniers politiques en 1988
Les années de persévérance de l’OMPI dans les camps Achraf et Liberty

15h30 : D’éminents dignitaires du monde entier se réunissent à Achraf 3, siège des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, pour participer à une conférence sur la lutte centenaire du peuple iranien pour la liberté.

 

Les participants rendront hommage à la résistance du peuple iranien pour l’instauration de la démocratie et le respect des droits humains en Iran.

15h45 : Avant la conférence, Maryam Radjavi et ses distingués invités prennent part à une cérémonie en l’honneur des martyrs de la Résistance iranienne au Mur commémoratif d’Achraf 3.
15h55 : On peut voir des dignitaires du monde entier, arrivant à la salle de conférence dans le complexe Achraf 3, accueillis par un groupe agitant des drapeaux iraniens.
16h10 : Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, arrive à l’exposition de l’OMPI sur la lutte de 120 ans du peuple iranien pour la liberté et la démocratie. Elle rend hommage aux membres de l’OMPI qui ont sacrifié leurs vies pour la liberté en Iran.

16h15 : Maryam Radjavi salue les orateurs à l’exposition de la Résistance iranienne et exprime sa gratitude pour leur présence pour défendre le droit du peuple iranien de se libérer de la tyrannie religieuse. Le groupe avisité l’exposition avec un guide qui connaît bien l’histoire de l’OMPI, expliquant qui sont les martyrs et ce qui s’est passé.

16.20 : Maryam Radjavi prend le temps de déposer des fleurs devant les images de certains des martyrs de l’OMPI. De nombreux membres de l’OMPI ont été assassinés par le régime, et leurs parents ne savent pas où se trouvent leurs proches.

16h25 : La délégation approche de la partie de l’exposition consacrée aux camps Achraf et Liberty en Irak, où les membres de l’organisation étaient censés être en sécurité grâce à leur statut de personnes protégées, en vertu de la Convention de Genève, mais ont été attaqués par le régime des mollahs et ses agents inféodés en Irak.

16h30 : Le groupe atteint une partie de l’exposition, intitulée Le Prix de la liberté, qui porte les noms de tous les membres connus de l’OMPI assassinés par le régime des mollahs. De nombreuses photos des martyrs de l’OMPI sont exposées.

16h35 : L’exposition passe ensuite au massacre de 1988, où 30 000 membres de L’OMPI ont été assassinés en un été par le régime des mollahs dans un massacre organisé, souvent appelé le plus grand massacre de prisonniers politiques depuis la Seconde Guerre mondiale. Encore une fois, nous voyons des photos et des noms des membres de l’OMPI mort au front, ainsi que des renseignements sur le massacre. Maryam Radjavi semble visiblement bouleversée pendant cette partie de l’exposition alors qu’elle allume une bougie pour les martyrs, devant un mur recouvert de coquelicots, avec la citation « ils ont essayé de nous enterrer ; ils ne savaient pas que nous étions des semences ». À ce stade, il y a un orchestre qui joue en arrière-plan et le groupe fait son chemin à travers un couloir de 12 pieds de haut, couvert de haut en bas de photos de ceux tombés dans la lutte pour la liberté. Au bout du couloir, Maryam Radjavi place un ruban jaune sur un bouquet de roses rouges.

16h40 : L’exposition prend alors une tournure dramatique, en montrant des cas de prisonniers derrière des barbelés à la prison d’Evine, menant à un plafond plein de nœuds pour montrer à quel point le massacre était massif.

16h50 : La conférence commence et la présidente du CNRI est la première conférencière. Elle a commencé son allocution en remerciant les sympathisants et les dignitaires pour leurs « efforts de soutien à Achraf et à la Résistance iranienne » qui ont mené à la « réinstallation collective et sûre » des membres de l’OMPI en Albanie.

17h05 : Suda, une jeune militante de l’OMPI à Achraf-3 : J’ai grandi en Suède et j’étais sur le point de voyager en France pour étudier, mais une vidéo que j’ais vue ne pouvait quitter mon esprit ; une vidéo de quelqu’un se faisant lapider à mort en Iran. J'étais confuse. Je pouvais vivre ma propre vie et réaliser mes rêves ou je pouvais tout mettre de côté et réaliser le rêve de mon peuple. C’est pour cela que j’ai rejoint l’OMPI, pour vivre pour les autres. Je vous remercie tous d’être avec nous. -- Suda a invité l’ancienne sénatrice colombienne Ingrid Betancourt sur la scène.

17h10 : Ingrid Betancourt, ancienne sénatrice colombienne et candidate à la présidence, déclare lors de la conférence : « Je suis fière de ce que vous avez fait jusque-là et de ce que vous avez accompli ici à Achraf 3, pour le prix que vous avez payé et le sacrifice que vous avez consenti, et aujourd’hui, cela porte ses fruits… Maintenant, nous sommes réunis à un moment de l’histoire où tout a changé. »
« Je fais partie de votre mouvement depuis de nombreuses années, et je suis émerveillée par votre soutien et votre sagesse politique. En tant que femme, je suis très fière de me tenir à vos côtés, car dans le monde, il n’existe aucune organisation comme l’OMPI qui donne ce pouvoir aux femmes (…) Votre victoire est notre victoire et nous serons bientôt avec vous à Téhéran ».

17h15 : L’ancien maire de New York Rudy Giuliani s’est prononcé à la conférence: « Je suis très honorée d’être ici et très émue en parcourant les images vraiment remarquables et choquantes, des héros et des victimes de la lutte de la Résistance iranienne pour la liberté et la démocratie, qui dure depuis des décennies », a déclaré le maire Giuliani.

Soulignant les atrocités du régime des mollahs, le maire Giuliani a affirmé que certaines de ces personnes ont été assassinées il y a moins d’un an.

« Nous n’avons pas réussi à convaincre le monde, les États-Unis aussi, à montrer à quel point cette organisation est héroïque et bonne… Au printemps arabe, nous n’avions pas d’alternative acceptable pour ces pays », a-t-il ajouté. « Mais ce n’est pas le cas ici. Combien d’Américains ne seraient pas émus en se promenant dans ce musée ? »

« Il existe une solution à la théocratie et à la dictature en Iran. C’est un gouvernement en exil, et cela nous donne la confiance que si nous aidons à renverser le régime des mollahs, la prospérité et de la démocratie adviendront en Iran. »

« Le régime des mollahs menace d’assassiner des gens aux États-Unis. L’an dernier, ils ont essayé de commettre un attentat à la bombe ici, à Tirana. Comment faire passer le message qu’il existe une organisation qui constitue une alternative viable face au régime des mollahs ? »

« Je remercie Mme Maryam Radjavi de m’avoir permis d’en faire partie, et c’est une chose dont je suis fière et dont mes enfants seront probablement fiers… Je souhaite avoir cette rencontre à Téhéran. »

« Vous continuez d’essayer et vous échouez, vous continuez d’essayer et vous échouez, puis le mur de Berlin s’effondre. Cela finira par se produire, mais faisons-le maintenant avant qu’il n’y ait 100 000 autres morts », a conclu le maire Giuliani.

17h25 : Le sénateur Joe Lieberman, ancien sénateur et candidat à la vice-présidence des États-Unis, se prononce à la conférence à Achraf-3 :

« Merci beaucoup, madame Radjavi, aux résidents d’Achraf et à nos distingués invités. Mon épouse Hadassah est une enfant de survivants de l’Holocauste nazi en Allemagne et quand elle a vu ce musée à Achraf 3, elle a dit que c’était un écho de l’Holocauste. »

« L’OMPI vise à empêcher que se reproduise ce qui est arrivé aux Juifs dans Allemagne nazie… Vous, membres du CNRI, nous avez donné l’occasion de respecter nos principes nationaux. Lorsque je suis ici, j’ai l’impression de représenter l’esprit de mon grand ami, le regretté sénateur John McCain. Il est venu à Achraf 3, croyant en cette organisation et en sa cause. »

« Achraf 3 est devenu quelque chose de magnifique. Venir ici et voir cette magnifique communauté que vous avez construite est miraculeux. Nous apprenons beaucoup de cela. »

« Les citoyens d’Achraf n’ont jamais abandonné malgré les atrocités perpétrées par le régime des mollahs, auxquelles ils ont été confrontés. »

« Cette exposition, malgré le deuil, est inspirante. Et toute l’histoire des Achrafiens est inspirante. »

« Avec le genre de leadership que l’OMPI et Maryam Radjavi donnent et donneront en Iran, avec le soutien de personnes du monde entier qui sont représentées ici et avec la résistance du peuple iranien à l’intérieur de l’Iran, nous organiserons un jour un rassemblement en Iran et nous nous réunirons pour faire une grande fête de la liberté et de démocratie», a conclu le Sénateur Lieberman.

117h35: Michèle Alliot-Marie, eurodéputée et ancienne ministre française des Affaires étrangères, de la Défense, de la Justice et de l'Intérieur, a déclaré aujourd'hui à la conférence sur l'Iran à Achraf-3:
«Je dois dire que je suis très ému. Quel contraste entre les images dramatiques et horribles que nous avons vues il y a quelques minutes. Etre en contact avec des hommes et des femmes qui ont donné leur vie pour une telle cause. Pour voir ce que vous avez pu réaliser. Vous souhaitez tant donner au peuple iranien », a déclaré Mme Alliot-Marie.
«Vous avez des gens qui ont été torturés mais vous ouvrez toujours le chemin de la liberté. Cette visite à Ashraf 3 est très émouvante pour nous.
«J'ai le privilège de pouvoir parler et penser librement. Cependant, je sais aussi qu’aujourd’hui, cette liberté n’est pas disponible partout dans le monde ... Nous sommes également obligés de toutes les personnes soumises à des dictateurs du monde entier et en Iran. Madame Radjavi, nous sommes ici aujourd'hui pour vous dire que vous n'êtes pas seul », a-t-elle ajouté.
"Nous devons donner au peuple iranien le courage et l'aide dont il a besoin pour qu'il puisse récupérer son avenir", a conclu Mme Alliot-Marie.

17h45: Matthew Offord, membre du Parlement du Royaume-Uni, s'adressant aux membres de l'OMPI à Achraf-3:
«C’est un grand plaisir de me présenter devant vous aujourd’hui et de contribuer au débat sur l’Iran. C’est la deuxième fois que j’ai le plaisir de vous rendre visite et j’espère en apprendre davantage sur vous », a déclaré le Dr Offord.
"Vous êtes la preuve d'une nation fière et courageuse qui ne succombera jamais aux atrocités du régime ... Nous avons toujours prétendu que découpler les violations des droits de l'homme du régime de l'accord nucléaire était une erreur", a-t-il ajouté.
«Il a été prouvé à juste titre qu’il n’existait pas de faction modérée au sein du régime iranien (...) Nous continuons de soulever deux questions dans nos débats:

1- Nous devons tenir le régime iranien pour responsable de ses atrocités lors du massacre de prisonniers politiques de 1988 »

«2- Le gouvernement britannique doit inscrire sur une liste noire les gardiens de la révolution (CGR) et toutes ses filiales en tant qu'organisation terroriste.»
"Cette mesure indiquera au peuple iranien qu'il n'est pas oublié et nous le soutenons ... J'appelle mon gouvernement et les pays de l'Union européenne à mettre un terme à la politique de complaisance", a poursuivi M. Offord.
«Nous voulons reconnaître le droit du peuple iranien et la résistance menée par Mme Maryam Radjavi d'établir une république démocratique et libre en Iran… Nous voyons un mouvement populaire dirigé par Mme Radjavi avec le soutien de l'Iran. Ce message n'a pas été suffisamment communiqué au public occidental », a-t-il souligné.
"Le régime actuel de l'Iran n'est pas seulement une menace pour le peuple iranien, mais pour la paix dans le monde."
"C’est pourquoi nous vous soutenons dans votre lutte jusqu’à ce que l’Iran soit libre", a conclu M. Offord.

17 h 50: le général James Conway, ancien commandant du corps de la marine américain, s'adressant aux membres de l'OMPI à Ashraf-3, en Albanie:

«J'ai participé à un panel politique à Ashraf 3 et nous avons été invités à dîner avec les dames d'Achraf 3. Et certaines d'entre elles ont partagé avec moi leurs histoires de sacrifice et de souffrance. Hier soir, j'ai constaté que le sentiment de cohésion de l'unité et de dévouement les uns envers les autres était identique à celui que l'on observe dans les forces armées. Le sens de la mission et le dévouement pour l'accomplir », a déclaré le général Conway.

"Je suis absolument convaincu qu'avec ces dames, vous rendrez votre pays libre un jour", a-t-il ajouté.

 

17h55: Mme Mojgan Parsaie, ancienne Secrétaire générale de l'OMPI / MEK, s'exprime aujourd'hui à la conférence sur l'Iran à Achraf-3, en Albanie:

“Bienvenue chers amis et distingués invités. Cette exposition que vous voyez ici ne représente qu'une petite partie d'une image plus grande du sacrifice consenti au cours de décennies de lutte pour la liberté et la démocratie », a déclaré Mme Parsaie.

«L’histoire des partisans d’Achraf qui ont aidé à sauver les membres de l’OMPI est celle de personnes honorables… Le temps a montré que vous vous teniez du bon côté de l’histoire. L'avenir va montré plus de reconnaissance », a-t-elle ajouté.

«Le maire Giuliani avait raison de dire que la solution à l'Iran n'est pas la complaisance mais un changement de régime. Tout au long de l'histoire, il y a toujours des tyrans et, pendant un certain temps, ils semblent invincibles. Cependant, ils tombent tous à la fin. Toujours », a conclu Mme Parsaie.

 

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés