Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Les médias du régime révèlent le rôle de l'OMPI dans les récentes manifestations en Iran

Les médias du régime révèlent le rôle de l'OMPI dans les récentes manifestations en Iran

Par Mansoureh Galestan

Depuis la mi-novembre, l'Iran a été embrasé par l'une des révoltes les plus étendues des 40 dernières années. Les manifestations ont éclaté le 15 novembre après une hausse des prix du carburant et se sont rapidement transformées en un soulèvement pour le changement de régime.

Dès les premiers jours des manifestations, de hauts responsables du régime accusaient leur principale opposition, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI ou MEK) d’avoir organisé les manifestations. Les manifestants visaient le chef suprême Ali Khamenei, Hassan Rohani, président du régime et les Gardiens de la révolution (pasdaran).

Le soulèvement a intensifié les querelles entre factions du régime clérical et contraint les autorités à divulguer les faits sur le soulèvement, y compris le rôle de l'OMPI dans les manifestations.

Le 13 décembre 2019, de nombreux médias d'État, notamment le site Web Rahe Dana, au milieu des luttes intestines du régime concernant les tergiversations de Mohammad-Javad Azari Jahromi, le ministre de la Communication du régime, à boquer Internet, a évoqué le rôle de l'OMPI dans le soulèvement.

"Un jour après le rationnement de l'essence et parallèlement aux appels de l'OMPI à des rassemblements destructeurs, le Conseil de sécurité nationale, dirigé par Rahmani Fazli, le ministre de l'Intérieur, a ordonné au ministère de la Communication de limiter Internet. Les campagnes de l'OMPI concernant cette question ont été annoncées vendredi soir, et dans leurs déclarations, elles ont appelé à des rassemblements à partir de 10h00 le lendemain, c'est-à-dire samedi. L'ordonnance du Conseil de sécurité nationale a été émise à cet égard et concernant l'utilisation abusive généralisée des appels de l'OMPI pour fomenter des troubles samedi. Mais le ministre de la Communication s’est absenté pendant 24 heures et n’a mis en œuvre l'ordre du Conseil de sécurité nationale », a déclaré le journal Rahe Dana.

«Enfin, Internet a été fermé un jour plus tard, le samedi 16 novembre, lorsque les troubles ont pris forme complètement et que le pays est entré dans une crise de sécurité aigüe (…) L’attitude de M. Jahromi a été conforme aux demandes des anti-révolutionnaires, et l'OMPI a profité de cette occasion pour organiser ses gens dans tout le pays et a attisé le feu des troubles et des rassemblements. »

Le 17 novembre, le troisième jour du soulèvement, le chef suprême du régime, Ali Khamenei, a blâmé l’OMPI pour les manifestations.
Dans un discours diffusé par la télévision d'État, Khamenei a déclaré: «Si vous constatez que vous verrez qu'au cours des deux derniers jours et nuits tous les centres de sédition sont devenus actifs… les criminel de l’ompi ont appelé constamment à ce genres d’actions et les ont encouragé sur les réseaux sociaux et d'autres endroits. "
Avant le soulèvement et au cours de toute l’année dernière, les «unités de résistance» de l’OMPI ont été actives dans la plupart des villes iraniennes.

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés