dimanche, juin 20, 2021
AccueilActualitésActualités: LibertyPourquoi le représentant de l’ONU en Irak n’ouvre pas les portes du...

Pourquoi le représentant de l’ONU en Irak n’ouvre pas les portes du camp Liberty ? – Jean-Charles Rielle

CNRI – « Si le représentant spécial de l’ONU dit vrai, que les normes humanitaires sont respectées à Liberty, pourquoi ne demande-t-il pas au gouvernement irakien d’ouvrir les portes de Liberty ? Nous sommes prêts à y aller pour voir par nous-mêmes la vérité », a déclaré Jean-Charles Rielle à Genève le 8 aout.

Le président du conseil municipal de Genève s’exprimait dans une réunion d’ONGs organisée à l’ONU sur la situation dans les camps de Liberty et d’Achraf qui abrite les membres de la principale force d’opposition iranienne, l’OMPI.

Voici les temps forts de l’intervention de Jean-Charles Rielle :

La ville de Genève depuis six ans accueille les protestations et les appels à la justice des familles de résidents d’Achraf. C’est pourquoi nous sommes parfaitement au courant des problèmes qu’affrontent les habitants d’Achraf et de Liberty et que nous sommes et resterons à leurs côtés dans le combat qu’ils mènent pour obtenir leurs droits élémentaires, piétinés par le gouvernement irakien à l’instigation des mollahs de Téhéran.
Le gouvernement irakien déclare avec indécence que les résidents d’Achraf n’ont aucun statut légal. Faleh Fayaz, le conseiller à la sécurité nationale du premier ministre Nouri Maliki l’a répété au Parlement européen et au cours d’une conférence à Bagdad le 31 juillet. Cela signifie qu’ils n’ont aucun droit. Nous devons nous élever contre ces déclarations. Les Achrafiens ont besoin d’une protection concrète de leurs droits élémentaires et c’est au HCR – juste ici à côté – basé à Genève qu’il revient d’assurer cette protection.
Le gouvernement irakien, sur la base du plan et des instructions du régime du guide suprême, et malheureusement avec la coopération du représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, a fait de Liberty un bagne
Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, avec ses prises de position partiales répétées ces derniers mois et en particulier à la dernière réunion du conseil de sécurité, a rendu le gouvernement irakien plus impudent. Il sera directement responsable désormais du moindre tort causé aux Achrafiens et de leur sang versé.

Le problème principal n’est pas la présence des Moudjahidine du peuple à Achraf ou à Liberty, ou encore leur transfert hors d’Irak, le conflit porte sur l’existence d’un mouvement de résistance organisée que les mollahs au pouvoir considèrent comme la seule menace à leur survie et qu’ils cherchent vainement à anéantir ou à forcer sous la pression à capituler.

Si le représentant spécial de l’ONU dit vrai, que les normes humanitaires sont respectées à Liberty, pourquoi ne demande-t-il pas au gouvernement irakien d’ouvrir les portes de Liberty aux parlementaires, aux avocats et même aux officiers américains qui ont servi pendant des années en Irak et à Achraf ?
Nous sommes prêts à y aller pour voir par nous-mêmes la vérité de Liberty.
Au bout de 6 mois, des questions aussi simples que le raccordement de l’eau et de l’électricité, l’assainissement du camp, la construction de structures pour fournir de l’ombre par une température de 50 degrés ou bien simplement asphalter quelques mètres carrés à Liberty n’ont pas été réglées. Et c’est le droit des Achrafiens de ne pas partir à Liberty dans ces conditions.
 
 Les Achrafiens ont fait preuve d’un maximum de flexibilité. Les habitants des camps ont réduit plusieurs fois leurs requêtes et pour le départ du 6e convoi, leurs demandes se limitent à huit besoins humanitaires. Pour ces huit points, ils ont aussi présenté une solution pratique capable de recueillir l’accord de tous, car les résidents se proposent de les réaliser avec leurs propres moyens et à leurs propres frais dans un court délai. Mais le gouvernement irakien s’y oppose.

Nous apportons notre soutien au plan réalisable en huit points des Achrafiens présenté le 26 juillet à l’ONU

Le sixième groupe de résidents se déplacera au camp Liberty uniquement quand les huit points en relation avec le besoins humanitaires minimaux seront remplis.

Je rappelle ces 8 points :
 
Le raccordement du camp Liberty au réseau d’eau de ville ou le pompage de l’eau d’une rivière adjacente au camp, le transfert des six principaux générateurs de 1,5 mégawatt d’Achraf, l’autorisation de vendre les biens meubles et immeubles à Achraf, l’autorisation d’un minimum de constructions à Liberty, en particulier des installations adaptées aux personnes handicapées et malades, le transfert de six véhicules utilitaires, de 6 bungalows adaptés aux personnes handicapées, le transfert de 5 chariots élévateurs et de 50 voitures.
Ce genre d’énoncé peut paraitre, par rapport à ce qui se passe, bien matériel. On pourrait dire d’une certaine façon lorsqu’ on voit les images, les conditions effectivement sous ces températures que vivent les gens d Achraf, que ce sont des demandes de base pour vivre un minimum.

Dans le cadre de la 4e convention de Genève et l’accord qu’il a signé avec chacun des Achrafiens, le gouvernement américain est entièrement responsable de leur protection. Si les Etats-Unis avaient été fidèles à leur engagement vis-à-vis des Achrafiens, ils n’auraient pas permis les deux massacres à Achraf et ils n’auraient pas laissé le gouvernement irakien imposer librement ses restrictions inhumaines aux résidents.

Je vous apporte tout le soutien naturellement de notre ville, de notre canton, par rapport à ce qui se passe à Achraf. J’ai eu l’occasion notamment lorsque je me suis déplacé sur la place des Nations, et je l’ai vue encore aujourd’hui, on en est à 550 et quelques jours dans ce sit-in, de pouvoir correspondre avec une maman et ensuite avec une jeune fille qui m’a parlé directement d’Achraf au téléphone. J’ai été extrêmement touché parce que je suis au service santé de Genève comme médecin. Entendre une fille qui avait 13-14 ans avec tout son avenir, parce que il y a des personne âgée et il y a tous les autre et tous ces jeunes qui sont aussi présents et qui ont de l’espoir, eh bien je vous dis que ce téléphone m a mobilisé définitivement par rapport aux gens d’Achraf. Et nous somme toujours au côté des gens d’Achraf et naturellement aussi de Madame Maryam Radjavi.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe