lundi, août 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'UE déplore la dégradation des droits de l'homme en Iran

L’UE déplore la dégradation des droits de l’homme en Iran

L’UE déplore la dégradation des droits de l’homme en IranCNRI – Dans ses conclusions sur l’Iran lundi, le Conseil des ministres de l’Union européenne a exprimé sa vive préoccupation devant le refus de l’Iran de coopérer pleinement ave le gendarme nucléaire de l’ONU et a condamné la détérioration de la situation des droits de l’homme en Iran. Voici le texte de la déclaration :

 

Le 4 février, le Bureau des Gouverneurs de l’AIEA a voté à une majorité écrasante la transmission au Conseil de Sécurité de l’ONU de la question du programme nucléaire iranien. Comme il est relevé dans le rapport du Directeur Général daté du 27 février, l’UE fait part de ses inquiétudes profondes à l’égard de l’Iran qui persiste à ne pas vouloir totalement coopérer avec l’AIEA et à ne pas prendre les mesures nécessaires pour restaurer la confiance de la communauté internationale dans finalité pacifique de son programme nucléaire.

L’UE s’engage toujours à trouver une solution diplomatique. Le Conseil regrette profondément que l’Iran n’ait pas réussi à mettre en pratique les mesures que le Bureau de l’AIEA estime nécessaires. De ce fait, le Conseil de Sécurité se penche à l’heure actuelle sur des mesures appropriées. Le Conseil croit que le Conseil de Sécurité ne doit pas agir en vue de renforcer l’autorité de l’AIEA. Le Conseil renouvelle son appel envers l’Iran pour qu’il se conforme en urgence à l’intégralité des demandes émises dans la résolution datée du 4 février émise par le Bureau des Gouverneurs de l’AIEA. Le Conseil souligne qu’une telle action devrait inclure une suspension totale de toutes les activités liées à l’enrichissement et à la reconversion.

La question nucléaire restera un sujet urgent, au centre des préoccupations. Cependant, le Conseil a également souligné qu’il est indispensable que l’Iran mette en place une communication efficace sur tous les points qui inquiètent l’UE, et qui incluent le terrorisme, la façon dont l’Iran considère le processus de paix au Moyen-Orient, les problèmes régionaux ainsi que le respect des droits de l’hommes et des libertés fondamentales.

Le Conseil prend acte de la libération de Akbar Gandji le 17 mai. Il condamne sa détention et le traitement qui lui a été infligé durant son séjour en prison et appelle les autorités iraniennes à libérer immédiatement et sans condition tous les autres prisonniers politiques.

Le Conseil déplore la détérioration en Iran de la situation des droits de l’homme et condamne la violence déployée contre les personnes qui manifestaient pacifiquement lors de la Journée internationale des Femmes. Le Conseil réaffirme le fait que le respect total des droits de l’homme en Iran est essentiel, aussi bien pour l’amélioration des relations entre l’UE et l’Iran. Le Conseil affirme que l’UE continuera à tenir compte de ses inquiétudes en termes de droits de l’homme, évoquant tout particulièrement la situation critique dans laquelle se trouvent les militants des droits de l’homme iraniens en proie à la persécution, la situation des minorités et la peine de mort.

L’UE se réservera la possibilité de modifier ses choix diplomatiques et adaptera son approche selon les déclarations et les agissements de l’Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe