samedi, juillet 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsMontage judiciaire contre l’avocat d’un manifestant mort en détention

Montage judiciaire contre l’avocat d’un manifestant mort en détention

Montage judiciaire contre l’avocat d’un manifestant mort en détention

CNRI – Un membre du Majlis (parlement des mollahs) a révélé que les responsables de la sécurité ont concocté une procédure judiciaire contre un avocat qui a prouvé que son client n’était ni un toxicomane ni un trafiquant de drogue contrairement à ce que prétendent les autorités judiciaires.

Le jeune homme de 23 ans, Vahid Heidari, a été arrêté dans la ville d’Arak à la suite du récent soulèvement populaire qui a secoué les villes iraniennes, et plus tard son corps a été remis à sa famille. Les responsables du régime avaient prétendu qu’il s’était suicidé.

Le porte-parole du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejeii, a déclaré : « Cet individu était un toxicomane et transportait de la drogue. Une affaire saisie par les autorités judiciaires d’Arak et qui est toujours en cours. »

Cependant, le député Mohammad Sadeghi a écrit dans son tweet de jeudi: « Un des nobles avocats du ministère de la Justice a mené une enquête locale dans le village du jeune homme mort en détention et a prouvé qu’il n’était pas un toxicomane et que personne ne le connaît comme un trafiquant de drogue (…) Les autorités en charge de la sécurité ont donc intenté une action contre lui (l’avocat) et veulent lui extirper de force l’aveu selon lequel il était impliqué dans la formation des groupes de manifestants ».

Sadeghi n’a pas nommé l’avocat, mais selon les informations rapportées précédemment, il s’agit de Mohammad Najafi, un avocat à Chazand d’Arak, qui suit l’affaire de Vahid Heidari, le jeune homme qui a été arrêté par les forces de sécurité devant son domicile et qui est mort en détention dans le quartier pénitentiaire de la police d’Arak.

M. Najafi a été convoqué et détenu à plusieurs reprises pour ses activités, notamment le 17 novembre, date à laquelle il a été accusé de propagande contre le régime.

Selon les parents et amis proches de Vahid Heidari, lorsqu’ils ont vu son corps, ils ont observé des traces de coups et de bastonnades sur celui-ci, avec des ecchymoses sur sa tête et son visage.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe