Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

La communauté mondiale doit faire face à la menace du fondamentalisme islamique provenant de l’Iran

La communauté mondiale doit faire face à la menace du fondamentalisme islamique provenant de l’Iran

Alors que le monde continue de se débattre dans ses efforts pour trouver une solution à la menace sans cesse croissante du fondamentalisme islamique, une réalité très simple est assez souvent négligée - et parfois délibérément omis, a écrit Shahriar Kia vendredi pour le média d’informations Newsmax.

Dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, la politique d'apaisement prônée par le Premier ministre britannique Neville Chamberlain vis-à-vis des régimes fascistes de l'Europe l'ont forcé à déclarer la guerre à l'Allemagne nazie après l’invasion de la Pologne par Hitler en 1939, et le reste c’est de l’histoire.

Des décennies après, nous assistons littéralement à l’histoire qui se répète alors que l’Occident, mené par l’administration Obama à Washington, a encore une fois opté pour la politique d’apaisement/engagement, a écrit M. Kia, un porte-parole des membres du groupe d’opposition iranien de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI, aussi connu sous le nom de MEK) résidant au camp Liberty en Irak.

« Cette fois, c’est avec un régime fasciste en Iran. L’objectif est d’encourager l’émergence des modérés de l’intérieur de l’institution des mollahs. Cette politique peu judicieuse a, malheureusement, conduit à une ascension de facto du fondamentalisme islamique.»

« Le régime en Iran compte sur trois piliers principaux et plates-formes pour protéger son système de gouvernance : l’oppression nationale et le fait de rendre encore plus pénibles les violations des droits de l’Homme, le soutien perpétuel au terrorisme international, et l’effort maximal pour obtenir des armes nucléaires par tous les moyens possibles. »

« Bien avant que Daesh – l’acronyme arabe pour l'Etat islamique auto-proclamé, également connu en tant que ISIS ou ISIL – ne voit le jour, les mollahs siégeant sur le trône de l’Iran ont déclaré détenir la prophétie et la révélation pour régner sur tous les pays islamiques sous un tel califat. »

« Depuis près de 4 décennies, l’Iran a littéralement posé la première et principale menace à la paix et à sécurité du Moyen-Orient et au-delà »

« L’administration Obama a cherché à dompter le régime en Iran à travers des efforts de sensibilisation pour sceller un accord sur les différences persistantes de Téhéran avec la communauté internationale en ce qui concerne son programme nucléaire suspect et clandestin. »

« Après des années de discussions ouvertes et secrètes le groupe du P5+1 est finalement parvenu à un accord en juillet 2015 pour que l’Iran coopère à freiner son emblématique programme nucléaire en échange de certaines concessions. »

« La communauté internationale attendait principalement de l’Iran qu’elle modifie au moins les méthodes précédentes et qu’elle corrige son comportement menaçant. »

« Cependant, les mollahs de Téhéran – sous la pression de leur siège lugubre – se sont appuyés sur cette attente naïve et ont continué de semer le chaos en s’ingérant dans la région, testant une série de missiles balistiques malgré le fait que le Conseil de sécurité des Nations-Unies dénonce de telles mesures, et en lançant des vagues massives d’exécutions dans les prisons à travers le pays.»

Le magazine d’informations Newsweek a soulevé la question de savoir si l’Iran mûrira jamais en un pays voisin approprié, en décrivant de quelle manière Téhéran a recouru à poursuivre « la force de dissuasion et la projection de la puissance militaire par le biais de ses missiles balistiques, d’une alliance avec le Hezbollah libanais et le reste de son armée régionale de substitution, et sa suite de capacités navales asymétriques destinée à menacer le transport maritime du golfe Persique et la domination maritime des États-Unis. »

Curieusement, malgré tous ces faits indéniables, l’Occident, et l'administration Obama en particulier, refusent tout simplement d'accepter la réalité que l'Iran ne bougera pas pour dénoncer son passé ou accueillir tout changement quel qu’il soit, ni ne permettra que son hégémonie déjà fragile ne soit attachée, a fait valoir M. Kia.

Nous devons accepter le fait que tout discours de « modérés » et d’« extrémistes » en Iran joue simplement en la faveur de Téhéran, a-t-il affirmé.

« La mentalité de toutes les factions à l'intérieur de l'Iran est élaborée sur la base du fondamentalisme islamique, interdisant les libertés pour tous et encourageant surtout, la stricte ségrégation sexuelle et la discrimination.»

« L'Iran sous le mandat de son président « modéré », Hassan Rohani, est connu pour avoir exécuté plus de 2400 personnes depuis 2013. De récents surprenants rapports indiquent que l'Iran a envoyé 23 prisonniers à la potence en l'espace des deux jours du 17 et 18 mai, et placé en isolement cellulaire 10 jeunes détenus âgés entre 21 et 25 ans, tous en préparation en vue de leurs exécutions.»

« D’autres nouvelles plus inquiétantes en provenance d’Iran montrent comment des douzaines de diplômés du secondaire ont été arrêtés et fouettés 99 fois chacun, pour avoir organisé et dansé à une fête de remise de diplôme. Cela devrait fournir un aperçu clair du tempérament des mollahs.»

« Cette menace complexe et provocante a été pour la première fois mise au jour depuis plus de deux décennies par l’opposition iranienne dans un livre intitulé Le Fondamentalisme Islamique : La Nouvelle Menace Mondiale. Il évaluait clairement le fondement même de cette mentalité.»

« Si ces avertissements avaient été pris au sérieux, et avaient reçu l’attention qu’ils méritaient, soyez assurés que ni Al-Qaïda ni Daesh n’aurait vu le jour. L’Irak n’aurait pas été pris en otage par les milices chiites soutenues par l’Iran semant les graines de ‘la sédition et de la division’.»

« Bachar el-Assad n’aurait pas non plus suivi les traces dictées par l’Iran, et massacré le peuple syrien dans une crise qui dure depuis plus de 5 ans maintenant. »

« Le régime de Téhéran est l’épicentre de la provocation de cette misère à plusieurs niveaux, et offre un lieu de refuge aux terroristes. »

« Quatre décennies de leur attaque contre le Moyen-Orient et le monde entier ont prouvé que la communauté internationale a négligé la grande solution à ce dilemme majeur. »

« Le Conseil National de la Résistance iranienne, symbolisée par la direction de Maryam Rajavi et son plan en 10 points pour l’Iran, présente une alternative démocratique pour l'Iran afin de déloger les mollahs. »

En tant qu’ancien maire de la ville de New York, Rudolph W. Giuliani a déclaré en juin 2015 à un grand rassemblement : « C’est une période cruciale pour la liberté en Iran. Maintenant plus que jamais, il est essentiel que le président Obama et le secrétaire Kerry maintiennent la pression sur le gouvernement iranien.»

Il a ajouté : « Au cœur de tous ces problèmes se trouve le régime de l’Iran. Il devrait être changé, il doit être changé, il devait être changé… le gouvernement des États-Unis devrait apporter son soutien aux groupes d’opposition en Iran, Mme Rajavi étant la plus éminente, et la plus grande.»

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés