Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Un Iranien accusé de violation des sanctions américaines en matière de prolifération non nucléaire et du terrorisme

Un Iranien accusé de violation des sanctions américaines en matière de prolifération non nucléaire et du terrorisme

Par Amir Taghati 

Les autorités fédérales américaines ont accusé un homme de s'être préparé à exporter des machines de traitement des métaux vers l'Iran, en violation des sanctions américaines en matière de prolifération non nucléaire et du terrorisme à l'encontre du régime de Téhéran.

Les autorités fédérales américaines ont accusé un homme de s'être préparé à exporter des machines de traitement des métaux vers l'Iran, en violation des sanctions américaines en matière de prolifération non nucléaire et du terrorisme à l'encontre du régime de Téhéran.

Mardi, les procureurs fédéraux ont accusé Mehdi Hashemi, âgé de 46 ans, d'avoir participé à un complot en vue d'exporter vers l'Iran des machines à contrôle numérique utilisées pour traiter des matières premières qui sont exportées pour des raisons de non-prolifération nucléaire et d'antiterrorisme.

Selon les procureurs, Hashemi aurait acheté les machines CNC et le matériel associé aux États-Unis et au Canada et aurait pris des dispositions pour que ces machines soient expédiées aux Émirats arabes unis avec des factures et des listes de colis faux et contrefaits.

Il aurait ensuite pris des dispositions pour que les machines de l'UEA transmettent ces machines à l'Iran pour le compte d'une société basée à Téhéran que les autorités n'ont pas nommée, a rapporté United Press International.

Selon l'acte d'accusation, le prétendu complot a commencé au plus tard le 25 juin 2015 et s'est poursuivi au moins le 9 avril 2018.

Hachemi, citoyen de l’Iran et des États-Unis, a été arrêté dimanche après son arrivée à l’aéroport international de Los Angeles depuis la Turquie et a été traduit en justice lundi. Il a plaidé non coupable sur les 21 chefs d’accusation de conspiration visant à violer la Loi sur les pouvoirs économiques d’urgence internationale, de contrebande, de blanchiment d’argent, d’activités d’exportation illégales et de fausses déclarations.

Si Hachemi était reconnu coupable, il encourt une peine maximale de 320 ans d'emprisonnement dans la prison fédérale.

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés