dimanche, octobre 18, 2020
Accueil Actualités Actualités: Nucléaire Conférence : l'opposition iranienne discute du nouveau rapport de l'AIEA, du terrorisme...

Conférence : l’opposition iranienne discute du nouveau rapport de l’AIEA, du terrorisme et des sanctions de l’ONU

Le programme nucléaire controversé du régime iranien, son soutien continu au terrorisme et la nécessité de rétablir les sanctions des Nations unies contre ce régime malveillant ont été les principaux thèmes d’une conférence en ligne organisé par le bureau de représentation du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) au Etats-Unis avec des invités prestigieux pour examiner ce sujet sensible.

Alireza Jafarzadeh (@A_Jafarzadeh)
Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du bureau de représentation du CNRI à Washington :

Si quelqu’un est surpris que l’uranium iranien soit dix fois plus élevé que les limites fixées par le JCPOA, il n’a qu’à regarder le bilan du régime en matière de tricherie sur ses obligations.

Le CNRI a dénoncé le Lavizan-Shian en mai 2003. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a été autorisée à visiter le site treize mois plus tard. Le temps qu’elle y arrive, il n’y avait plus de bâtiments et le site a été entièrement rasé. Même à cette époque, l’AIEA avait trouvé des traces d’uranium hautement enrichi (UHE).Le régime a cessé de répondre à l’AIEA en 2008. Le JCPOA a tout balayé sous le tapis, y compris la possible dimension militaire (PMD) du programme nucléaire.

Autre révélation : l’installation de Kalaye Electric, exposée en février 2003. L’AIEA en a exigé l’accès en 2003. Elle n’a pas été autorisée à prélever des échantillons jusqu’au mois d’août. Le régime avait assaini le site, mais des traces d’uranium fortement enrichi ont néanmoins été trouvées.

Le président du régime actuel, Hassan Rohani, a explicitement reconnu que le régime avait tenté de cacher des traces d’activité nucléaire sur le site. Il a avoué que le régime avait tenté de tricher.

Un autre exemple est le site de METFAZ, exposé en 2009. Le régime a essayé de déplacer certaines des opérations vers d’autres endroits. Une autre composante, la chambre hautement explosive, révélée par le CNRI, a été retirée par le régime avant que l’accès ne soit accordé aux inspecteurs.

Le cas le plus récent est celui du site nucléaire d’Abadh, rasé en juillet 2019, lorsque l’AIEA a demandé l’accès.

Le régime a constamment causé des retards et altéré les preuves. Ils ont menti jusqu’à ce que leurs opérations soient totalement dévoilées.

Le fait que l’AIEA ait été autorisée à se rendre sur certains de ces sites sous une pression internationale énorme ne signifie pas que le régime a fait table rase. Ils continuent à essayer de tricher et de dissimuler les détails de leurs opérations.

Ilan Berman (@ilanberman)
Ilan Berman, vice-président du Conseil américain de la politique étrangère :

Les Nations unies sont actuellement dans une impasse très importante en ce qui concerne les dispositions de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU relatives à l’obligation de rendre compte. La stratégie initiale de l’administration Trump a été la prolongation de l’embargo sur les armes, qui expire en octobre.

L’embargo sur les armes a échoué parce que la Chine et la Russie s’y sont opposées, ce qui est lié à l’accord stratégique conclu entre la Chine et l’Iran. La Russie fournit 21 % de toutes les armes vendues au Moyen-Orient. Ils ont tout intérêt à ce que l’embargo sur les armes ne soit pas prolongé. C’est la raison pour laquelle l’administration Trump a adopté une approche plus globale pour le retour de toutes les sanctions.

Le conflit aux Nations unies est un conflit de position. Le langage juridique est clair. Les participants initiaux ont le droit de dire que l’Iran n’a pas respecté l’accord et peuvent annuler les sanctions. C’est inscrit dans la résolution, donc cela n’a rien à voir avec le fait de faire partie ou non du JCPOA.

Il y a deux possibilités. La première est que la communauté internationale agisse. Il est évident que dans certains milieux en Europe, on a le sentiment que l’ignorer fera disparaître le problème. Mais ce n’est pas le cas. La semaine prochaine, si la communauté internationale n’agit pas, les États-Unis agiront de façon unilatérale. Personnellement, je ne suis pas partisan de l’expression « pression maximale », car elle insinue que nous faisons déjà tout ce que nous pouvons, alors que nous pouvons faire beaucoup plus.

Les nouvelles conclusions de l’AIEA suggèrent qu’il y a eu une expansion massive du stock d’uranium faiblement enrichi (UFE) de l’Iran. Il est prouvé que l’Iran installe de nouvelles centrifugeuses à Natanz, et qu’il bloque l’accès aux inspecteurs de l’AIEA. Il y a encore des doutes sur la capacité de la communauté internationale à voir le grand balayage de l’activité nucléaire iranienne.

Le seuil de déclenchement du nucléaire iranien a été réduit à trois mois et demi. La réalité est que les dispositions qui existent aujourd’hui ne sont pas suffisantes pour empêcher l’Iran d’obtenir les armes nucléaires. L’Iran a tendance à tricher et à cacher les détails de son programme et à s’engager lentement dans des activités qui lui permettent d’atteindre la capacité de percée nucléaire.

L’ONU tente de maintenir le statu quo. Si l’ONU n’agit pas la semaine prochaine, l’action se déplacera vers une approche unilatérale, et tous les yeux seront tournés vers les États-Unis.

Kirsten Fontenrose
Kirsten Fontenrose, directrice de l’initiative Scowcroft pour la sécurité au Moyen-Orient :
La pensée conventionnelle des analystes internationaux haussent les épaules à l’expiration de l’embargo sur les armes, arguant que l’Iran n’a pas les fonds nécessaires pour acheter des armes. Mais l’Iran a spéculé sur l’achat d’armes avancées. La levée de l’embargo lui permettra d’acheter ces armes. L’Iran est également intéressé par la modernisation de son arsenal plutôt que par l’achat de nouvelles armes.

Et la question est de savoir si l’Iran va profiter de la levée de l’embargo sur les armes pour donner du pouvoir à l’Artesh (armée classique) ou aux Gardiens de la révolutionnaire (pasdaran). L’Iran est favorable aux pasdaran.

L’embargo interdit les pièces clés utilisées dans les pénétrateurs formés à l’aide d’explosifs (EFP), utilisés pour cibler les soldats américains dans la région. Ils s’intéressent aux missiles anti-radar.

Les missiles sol-air (SAM) sont une autre acquisition intéressante pour le régime. Il y aura des drones plus avancés dans les mains du Hezbollah et des Houtites au Yémen.

Le faible niveau de financement du régime n’entravera pas sa capacité à acheter ces armes. Le régime continuera à transférer des fonds d’autres budgets pour l’achat d’armes. Il est également possible que la Russie et la Chine demandent à Téhéran de louer des bases militaires en Iran en échange de tarifs réduits.

L’Europe devrait examiner si les plans des pasdaran, comme le complot d’attentat à la bombe à Paris, deviendront plus dangereux si l’embargo est levé. La Russie devrait prendre au sérieux la lettre unie du CCG pour prolonger l’embargo sur les armes. La Russie et la Chine joueront les deux côtés d’un éventuel conflit qui pourrait surgir. L’Iran pourrait finir par accueillir une présence militaire russe qui joue selon ses propres règles.

Si l’embargo n’est pas prolongé, les États-Unis imposeront des sanctions à toute entreprise qui vendrait autant qu’une vis à l’industrie de fabrication d’armes de l’Iran.

Steven Bucci (@SBucci)
Steven Bucci, chercheur invité de la Heritage Foundation :

Les États-Unis et l’Europe doivent s’entendre sur l’embargo sur les armes et les activités par procuration du régime des mollahs. Si les Iraniens élisent un président intransigeant l’année prochaine, il n’y aura pas d’accord nucléaire. Un président intransigeant à Téhéran au moment même où l’embargo prend fin est le scénario idéal pour l’Iran.

Le plus gros problème est que cette politique ne permettra pas à l’Iran de réintégrer l’économie et la communauté mondiale de bonne volonté.

J’ai combattu les agents inféodés du régime iranien. Ce régime mène sa politique étrangère et sa diplomatie par la terreur. Leur principal moyen pour faire des affaires avec la communauté des nations est la terreur. Ils utilisent leurs agents pour assassiner des gens, pour déstabiliser les nations. Ils sourient gentiment et disent : « Nous n’avons rien à voir avec ça. »

La force Qods affiliée aux pasdaran est unique dans son rôle à travers le monde. Le seul analogue est le Spetz Natz soviétique. La force Qods a formé, financé et conseillé des groupes comme le Hezbollah, les Houtites, les milices chiites en Irak.

A terme, l’objectif des mollahs est d’avoir un croissant qui passe par la Syrie, l’Irak et le Yémen. Ils pensent que c’est leur rôle divinement désigné, et les pasdaran sont leur principal outil pour y parvenir aujourd’hui. C’est une situation incroyable et malheureuse dont ils ont réussi à s’en sortir. Et ce n’est pas l’effort le plus coûteux à financer de la part de Téhéran, mais ils sont considérés comme prioritaires. Ils ont obtenu la part du lion des bénéfices du JCPOA pour leur permettre de poursuivre ces efforts dans la région et dans le monde.

L’élimination de Soleimani a été une victoire pour le peuple iranien, les musulmans de la région et tous ceux qui s’opposent au terrorisme. Il n’était pas un diplomate. Cet homme jouait un rôle qui faisait de lui une cible légitime.

A l’avenir, nous devons mettre un terme à ce financement, éloigner ce financement de la force Qods. Le financement de la force Qods tirera à travers la lune si les sanctions sont levées. Vous allez voir beaucoup plus de dégâts. Il faut que cela cesse, nous ne pouvons pas le permettre. Si le monde ne se joint pas aux États-Unis dans cet effort, les États-Unis devront faire cavalier seul. Il y aura une augmentation du bain de sang dans la région et dans d’autres endroits du monde. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise, non seulement aux États-Unis mais aussi dans d’autres pays.

Ils doivent rester concentrés sur les dangers que représente l’Iran et maintenir la pression sur eux, et je suis d’accord avec Ilan, il faut exercer davantage de pression. Ils ont ignoré les restrictions imposées à leur programme de missiles, à leur programme nucléaire et à leurs activités déstabilisatrices.

Il faut arrêter l’Iran et la seule façon d’y parvenir est de faire pression sur nos alliés pour qu’ils le fassent et qu’ils durcissent encore plus les sanctions.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe