lundi, août 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireDes oreilles partiales ne peuvent pas entendre - Comment le monde s'est...

Des oreilles partiales ne peuvent pas entendre – Comment le monde s’est privé de la vérité sur le programme d’armement nucléaire de Téhéran

Des oreilles partiales ne peuvent pas entendre - Comment le monde s'est privé de la vérité sur le programme d'armement nucléaire de Téhéran

Depuis août 2002, le monde est confronté à un nouveau problème : un régime voyou, incapable de coopérer et incompatible avec la règle du droit international a été pris sur le fait en train de développer un programme clandestin d’armes nucléaires. Même si le Conseil national de la Résistance iranienne a dénoncé la situation, son action a été largement sous-estimée et un nouveau rapport du Wall Street Journal souligne les dégâts.

Selon le Journal, Téhéran a eu accès à des « rapports secrets de l’agence atomique des Nations unies » depuis le début de l’année 2000. Il cite des responsables des services de renseignement du Moyen-Orient qui affirment que « les dossiers iraniens ont circulé entre 2004 et 2006 parmi les hauts responsables de l’armée, du gouvernement et du programme nucléaire iraniens » et que « l’Iran pourrait concevoir des réponses qui admettent ce que l’AIEA sait déjà, donner des informations qu’il découvrira probablement par lui-même, et en même temps mieux cacher ce que l’AIEA ne sait pas encore et que l’Iran veut garder secret« .

Un coup d’œil à l’histoire des révélations nucléaires du CNRI, en particulier pendant et après la conférence de presse d’août 2002 à Washington, DC, révélant les sites de Natanz et d’Arak, montre à quel point nous avons essayé d’avertir le monde que « les Gardiens de la révolution (Pasdaran) sont entrés dans le programme d’armes nucléaires du régime » pour accélérer le développement ainsi que pour accroître la dissimulation et la mauvaise orientation des experts de l’AIEA lors de la visite de ses sites nucléaires.

Après avoir révélé le centre de recherche technologique de Lavizan-Shian le 15 mai 2003, le régime a rasé le site et déterré toutes les preuves avant que l’organisme de surveillance nucléaire n’ait la chance de le visiter. D’autres sites, comme Parchin, Lavizan II, Lashkar Abad et l’université Malek Ashtar à Téhéran, n’ont jamais fait l’objet d’une véritable inspection indépendante et la plupart des sites du régime ont été interdits d’accès sous prétexte qu’il s’agissait d’une zone militaire. L’agence a encore sur sa liste plusieurs sites où les traces nucléaires restent floues et sans réponse.

Outre Mohsen Fakhrizadeh, qui était responsable du programme de fabrication de la bombe, nous avons démasqué des dizaines d’autres scientifiques et responsables nucléaires comme le général de brigade Seyed Ali Hosseini Tash, Mohamad Amin Bassam, Fereydoon Abbasi, pour n’en citer que quelques-uns. Téhéran a réussi à éviter que la quasi-totalité de ses personnes impliquées dans le développement d’armes nucléaires ne soient interrogées par l’AIEA.

Malgré la confiance généralisée de la communauté du renseignement américaine dans le fait que Téhéran avait saisi les activités liées à son programme d’armes nucléaires après 2003, la Résistance iranienne a continué à exposer les essais d’explosifs nucléaires et l’enrichissement au laser sur le site de Parchin, le projet secret du régime iranien de production de plutonium 210 et de béryllium pour fabriquer des détonateurs de bombes atomiques, le projet de composite à matrice céramique, le projet d’acier maraging et le projet d’obtention de tritium, entre autres.

Et pourtant, pour une raison quelconque, certains gouvernements et de nombreuses publications majeures ont préféré considérer ces révélations comme moins dignes de confiance et ont continué à se fier à la rhétorique officielle de Téhéran ou d’intermédiaires ayant des liens avec elle. Le CNRI n’a jamais franchi cette ligne et est donc resté à l’abri du gavage et du double jeu du régime.

Les informations du CNRI, ainsi que le comportement manifeste du régime des mollahs, indiquent clairement que Téhéran n’a jamais abandonné son programme d’armes nucléaires. Au contraire, il a pleinement profité de la politique de complaisance de l’Europe et des États-Unis et a fait avancer son programme, sous le regard du monde entier.

Le rapport du WSJ parle à juste titre d' »une grave violation de la sécurité interne de l’AIEA ». Cependant, le Congrès devrait jouer son rôle en faisant toute la lumière sur cette question très sérieuse. Lors d’une récente audition du Congrès sur les négociations du JCPOA, le président du Sénat chargé des relations extérieures, Bob Menendez, a déclaré : « Si l’Iran commence à enrichir de l’uranium à 90 %, que sont prêts à faire les États-Unis ? En utilisant tous les moyens de pression et de dissuasion, comment pouvons-nous empêcher l’Iran de maîtriser l’armement d’un dispositif nucléaire ? »

Si les dirigeants du monde entier qui discutent du dossier nucléaire avec le régime des mollahs sont sérieux quant à leur engagement de ne jamais permettre à Téhéran d’acquérir des armes nucléaires, ils ne devraient pas chercher des réponses du côté de l’autre côté de la table de négociation, mais plutôt examiner d’abord leur propre source de connaissances pour prendre des décisions.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe