vendredi, mai 14, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireÉDITORIAL: L’improbable négociation avec le régime iranien

ÉDITORIAL: L’improbable négociation avec le régime iranien

Il n’y aura rien à écrire une fois que le cycle actuel de pourparlers avec le régime iranien sera terminé. Aucun degré de concession politique ou économique n’induira un changement de comportement par Téhéran. En effet, assurer sa survie et maintenir son hégémonie, dépendent de la répression intérieure et du bellicisme régional du régime intégriste, y compris à travers les programmes balistique et nucléaire.

En tant que tel, investir dans les négociations avec Téhéran sur une question aussi importante est une tâche insensée.

Indépendamment de l’avis de chacun sur le JCPOA (accord nucléaire de 2015), les faits sur le terrain et la géopolitique de la région six ans plus tard rendent cet accord intenable. Les responsables européens et américains ont déclaré publiquement qu’ils réclamaient un accord nucléaire plus complète et plus fort avec le régime que celui de 2015. Ils veulent également s’attaquer au terrorisme et au programme de missiles balistiques du régime. Cependant, les mollahs refusent d’aborder ces questions, jetant un doute considérable sur la portée des pourparlers.

En dehors de ces réalités, l’acte même de parler de bonne foi avec un État qui organise son pouvoir autour du déni, de la duplicité et de la tromperie est a priori futile.

La diplomatie et les négociations sont des instruments essentiels de la politique. Mais en utilisant les négociations pour faire face à l’assortiment de menaces du régime, les Européens essaient de placer une cheville carrée dans un trou rond. Lorsque Chamberlain a négocié l’accord de Munich, il était aveugle au fait qu’Hitler n’avait jamais eu l’intention d’honorer l’accord en premier lieu, rendant les négociations vaines.

Les Européens veulent persuader le régime de changer de comportement. Mais cela suppose que la poursuite des armes nucléaires est une anomalie dans le comportement du régime. En fait, les violations des droits de l’homme, le terrorisme et les armes nucléaires ne sont pas de simples caprices qui transgressent sa nature intrinsèque. Ils sont constitutifs de l’ADN du régime. Donc, pour les puissances européennes, classer ces attributs critiques en tant qu’anomalies comportementales est complètement hors propos.

La vulnérabilité fondamentale du régime, qui anime ses orientations stratégiques, découle de son illégitimité historique, politique, religieuse et sociale. Privé d’une base populaire au niveau national, le régime navigue trop près de la tempête. Par conséquent, il a besoin d’une source d’énergie autre que la volonté des électeurs. Téhéran n’abuse pas des droits de l’homme, ne s’engage pas dans le terrorisme et ne recherche pas les armes nucléaires seulement pour faire bonne mine. Pour lui, ceux-ci sont aussi vitaux que l’oxygène.

Par conséquent, même si le régime le voulait, il ne pourrait pas faire le commerce de son cœur et de ses organes vitaux pendant les négociations. Au lieu de cela, il profite de l’occasion pour tenter d’alléger les sanctions, sans avoir l’intention d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses interlocuteurs.

Les mesures restrictives de l’Union européenne contre les violations des droits de l’homme en Iran cette semaine, y compris celles contre le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), sont un pas bienvenu dans la bonne direction. Cependant, comme l’a noté Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), le CGRI dans son intégralité doit être désigné comme organisation terroriste par l’UE, avec le ministère du Renseignement et de la Sécurité, qui a été impliqué dans le complot à la bombe déjoué de 2018 à Paris (Villepinte).

Les leviers d’une politiques fermes se sont révélés beaucoup plus efficaces face aux dirigeants intégristes iraniens. Les mollahs ne reculeront que lorsqu’ils seront confrontés à un choix stratégique vraiment vexant qui aura un impact sur la survie du régime, mais pas quand on leur donne le moyen de tromper et de tricher.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe