mercredi, juin 29, 2022
AccueilUncategorizedExclusif : Si ce n'était pas à cause de l’OMPI, Téhéran aurait...

Exclusif : Si ce n’était pas à cause de l’OMPI, Téhéran aurait construit la bombe, admet un ancien fonctionnaire

Exclusif : Si ce n'était pas à cause de l’OMPI, Téhéran aurait construit la bombe, admet un ancien fonctionnaire

Bénéficiant d’une certaine impunité du fait de son statut de fils d’ayatollah et d’ancien vice-président du Parlement (Majlis), Ali Mottahari a fait une révélation étonnante dans son interview avec Iscanews.

« Dès le début, lorsque nous avons commencé avec l’activité nucléaire, notre objectif était de construire une bombe et de renforcer notre pouvoir de dissuasion, mais nous n’avons pas pu maintenir la confidentialité car des rapports confidentiels ont été divulgués par le groupe des hypocrites« , a déclaré Motahari.

Les « hypocrites » est le terme péjoratif utilisé par le régime pour désigner l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

« Un pays qui veut utiliser le nucléaire de manière pacifique ne commence jamais par l’enrichissement (de l’uranium), il établit plutôt d’abord un réacteur et entre ensuite dans le domaine de l’enrichissement », a-t-il ajouté. « Mais commencer à enrichir directement crée le soupçon que nous voulons construire une bombe. Si nous pouvions construire et tester des bombes clandestinement comme le Pakistan, ce serait très dissuasif. Les autres pays prennent note de la puissance nucléaire, donc je pense que nous aurions dû terminer ce que nous avons commencé. »

Exprimant son pessimisme à l’égard des négociations nucléaires actuelles à Vienne, l’ancien député a ajouté : « Dans le passé, nous avons essayé d’obtenir certaines garanties pour que les Américains ne puissent pas rompre leurs promesses, mais nous n’en avions pas le pouvoir. C’est la même chose qu’aujourd’hui. Si nous devons conclure un accord, nous devons nous assurer que les Américains y sont liés. Au début, lorsque le JCPOA était en cours de finalisation et que sa mise en œuvre a commencé, s’il avait été traité correctement et si nous avions permis à toutes les entreprises européennes et américaines de venir investir, les Américains n’auraient pas pu tout saper aussi facilement parce qu’ils étaient eux-mêmes coincés. »

Offrant le témoignage que Téhéran était en violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies, Motahari a déclaré : « Le test de missiles qui a été effectué deux ou trois jours après la signature du JCPOA, était également l’un des comportements qui avaient un message négatif pour la mise en œuvre du JCPOA. »

Fustigeant la rhétorique d’autres responsables de l’État iranien sur une « économie résistante » et « à l’épreuve des sanctions », l’ancien vice-président du Parlement a déclaré : « La réalité est que l’Iran ne peut pas avancer sans investissements étrangers. Il est faux de dire que nous ne nous soucions pas du JCPOA. Des déclarations telles que ‘nous nous moquons des sanctions et nous les contournerons toutes, quel qu’en soit le coût’ ne sont que des slogans et le coût sort de la poche des gens ordinaires. »

Mottahari est également revenu sur les ambitions régionales du régime et a déclaré : « La présence de contractants iraniens en Syrie était la bonne chose à faire. Si nous n’étions pas intervenus en Syrie, le Hezbollah aurait été limité, et il y aurait eu une forte probabilité qu’un gouvernement en Syrie soit capable de lier les mains du Hezbollah. Nous ne cesserons jamais de soutenir le Hezbollah au Liban ».

Bien qu’elles couvrent une grande variété de sujets brûlants nationaux et internationaux, ces déclarations ont déclenché une vive émotion dans les médias d’État et ont été rapidement démenties par l’Organisation de l’Agence de l’énergie atomique du régime iranien.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe