jeudi, août 5, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireFermer les yeux sur le rapport de l'AIEA, un signe de complaisance...

Fermer les yeux sur le rapport de l’AIEA, un signe de complaisance envers le régime iranien

Mercredi, le régime iranien et les puissances mondiales ont conclu leur cinquième cycle de pourparlers informels à Vienne visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 ou JCPOA. Le régime a commencé à violer systématiquement les dispositions de cet accord en 2019 dans le cadre de sa campagne d’extorsion nucléaire. Il a officiellement mis fin à tout respect de l’accord en janvier 2020 et a depuis fait progresser certains aspects de son programme nucléaire au-delà du niveau qu’il avait atteint avant la négociation du JCPOA.

Les principaux détails ont été révélés aux participants lundi, via le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Le contenu de ce rapport aurait dû avoir un impact sur l’approche des négociateurs européens lors des pourparlers à Vienne. Mais malheureusement, cela ne semble pas s’être produit. Loin de considérer ces pourparlers comme ayant été encore compliqués par les révélations de l’AIEA, l’envoyé de coordination pour l’Union européenne a déclaré aux journalistes cette semaine qu’il s’attend à ce que la relance de l’accord soit finalisée lors du prochain cycle de pourparlers.

La vision de l’UE sur le contenu de tout accord qui pourrait émerger n’était pas claire, mais il est difficile d’imaginer qu’il implique de nouvelles concessions que devrait donner le régime, compte tenu de la position de négociation initiale du régime iranien. Les responsables du régime ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils ne prendraient aucune mesure pour respecter les restrictions du JCPOA sur leur programme nucléaire à moins que les États-Unis ne suppriment d’abord toutes les sanctions appliquées par l’administration américaine précédente.

La nouvelle administration américaine ne semble pas avoir hésité dans son rejet de l’insistance de Téhéran sur un allègement des sanctions non mérité et non réciproque. Les pourparlers de mercredi à Vienne auraient dû renforcer cette position, en particulier dans le contexte du rapport de lundi de l’AIEA.

L’empressement de l’UE à revenir au JCPOA très imparfait lors des pourparlers de Vienne, si peu de temps après que l’AIEA a confirmé que les violations de Téhéran sont plus complètes qu’on ne le pensait auparavant, témoigne de la politique de complaisance de l’UE.

Le régime s’est vanté d’avoir lancé l’enrichissement d’uranium à 60 pour cent le mois dernier, raccourcissant ainsi considérablement le pas qu’il devrait franchir pour atteindre un enrichissement de qualité militaire d’environ 90 pour cent. Le rapport de l’AIEA a précisé qu’au moins 2,4 kg de matière ont été produits en Iran jusqu’à présent, soit plus d’un pour cent de la quantité totale d’uranium que le régime est autorisé à stocker en vertu du JCPOA. Mais depuis plus de deux ans que le régime a violé ces conditions, son stock total d’uranium a augmenté à environ 16 fois cette limite. Plus tôt cette année, il est également venu à inclure des réserves d’uranium métal, une substance avec peu ou pas d’autre but que de faire partie du noyau d’une arme nucléaire.

Le rapport de l’AIEA estime que l’approvisionnement de Téhéran en uranium métal a également dépassé 2,4 kg, contre seulement 3,6 grammes il y a trois mois. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la rapidité alarmante avec laquelle le régime a mené à bien chacune de ses violations.

Cette tendance des violations du JCPOA par le régime souligne que l’accord initial n’a jamais imposé de restrictions suffisantes au programme nucléaire des mollahs. S’il avait vraiment prolongé la « période d’évasion » de Téhéran pour une arme nucléaire à plus d’un an, il n’aurait pas été possible pour le régime d’abandonner l’accord et de revenir presque instantanément aux niveaux d’enrichissement et de stockage qui l’ont placé à seulement plusieurs semaines à quelques mois d’une bombe nucléaire avant la signature du JCPOA.

Le nouveau rapport de l’AIEA souligne également le fait qu’un compte rendu précis des progrès antérieurs de Téhéran vers la capacité d’armes nucléaires n’avait jamais été établi avant la conclusion des négociations en 2015. À l’origine, les puissances occidentales envisageaient les discussions comme un moyen d’établir ces détails une fois pour toutes, mais face au recul incessant du régime iranien, la question a finalement été abandonnée sur la base d’une compréhension douteuse que les « dimensions militaires passées » du programme nucléaire seraient rendues inutiles par les nouvelles restrictions.

Bien entendu, cet argument n’aurait eu de sens si les restrictions étaient globales et les mécanismes d’application suffisants pour garantir que le travail clandestin antérieur ne se poursuivait nulle part dans le pays. Au lieu de cela, le JCPOA n’a fourni à l’AIEA qu’un accès aux sites nucléaires précédemment divulgués. Le problème avec cet arrangement a été mis en évidence peu de temps après sa mise en œuvre, et plusieurs fois par la suite, avec la découverte d’au moins trois sites non divulgués où des activités nucléaire illicites a eu lieu dans le passé.

Dans chaque cas, Téhéran était libre d’empêcher les inspecteurs d’enquêter sur le site. Pendant ce temps, les autorités ont détruit des bâtiments et enlevé la couche arable dans le cadre d’un effort visant à assainir ces sites et à supprimer les preuves de travaux qui les ouvriraient à un examen plus approfondi de la communauté internationale. Comme on pouvait s’y attendre, ces efforts n’ont pas réussi à éliminer toutes les traces de matières nucléaires, mais la confirmation par l’AIEA de la présence de ces matières ne s’est pas traduite par des conséquences exécutoires de la part des participants européens au JCPOA.

Le rapport de lundi a souligné que le rejet de la transparence par Téhéran persiste au milieu des pourparlers de Vienne. Des commentaires séparés du directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, ont souligné le même point.

La déclaration de Grossi sur le résultat des futures négociations dépend évidemment de la position que l’UE décidera de prendre lors des pourparlers lors de toute autre discussion qui suivra. Jusqu’à présent, les négociateurs européens se sont contentés d’ignorer toutes les violations et mensonges du régime, de rechercher un retour au statu quo et de faire pression sur les États-Unis pour qu’ils fassent de même. Mais s’ils continuent dans cette voie, ils enhardiront inévitablement le régime vers plus de tromperie, plus de violations et plus d’ultimatums dans leurs relations avec la communauté internationale.

Le ministre du Renseignement du régime, Mahmoud Alavi, a clairement indiqué l’objet de ces ultimatums en février lorsqu’il a discuté d’un édit religieux souvent cité du chef suprême. « La fatwa interdit la production d’armes nucléaires », a-t-il dit, « mais s’ils poussent l’Iran dans ces directions, ce n’est pas la faute de l’Iran. Ceux qui ont poussé Téhéran dans cette direction seront à blâmer. En d’autres termes, le régime est pleinement préparé et disposé à obtenir une ogive nucléaire. Et si la position de l’UE à Vienne ne change pas, il le fera peut-être avec l’aide de la complaisance européenne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe