dimanche, juin 26, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireFreiner le programme nucléaire iranien, une approche que les puissances mondiales n'ont...

Freiner le programme nucléaire iranien, une approche que les puissances mondiales n’ont jamais essayée

Freiner le programme nucléaire iranien, une approche que les puissances mondiales n'ont jamais essayée

Mardi, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’est dit préoccupé par les activités nucléaires et les dissimulations du régime iranien. Selon Reuters, Rafael Grossi a déclaré que le régime « traîne les pieds sur les informations sur les particules d’uranium trouvées sur d’anciens sites non déclarés du pays ».

« S’adressant au Parlement européen, Grossi a déclaré qu’il restait extrêmement préoccupé par la situation et a dit à l’Iran qu’il avait du mal à imaginer que l’accord sur le nucléaire puisse être finalisé si l’AIEA continue d’avoir de sérieux doutes sur des choses qu’elle doit savoir », a rapporté Reuters.

Grossi s’est rendu en Iran à plusieurs reprises et lors de sa dernière visite en mars, il a signé un accord de trois mois avec ses homologues iraniens. Mais, sans surprise, le régime n’a pas respecté ses engagements.

Ses remarques coïncident avec le récent voyage à Téhéran de l’envoyé de l’UE aux pourparlers nucléaires à Vienne, Enrique Mora. Le voyage de Mora a été décrit comme le dernier effort de l’UE pour relancer l’accord nucléaire iranien de 2015, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA).

La frustration de Grossi face à la dissimulation du régime iranien concernant ses activités nucléaires confirme que les efforts futiles des puissances occidentales pour relancer l’accord nucléaire iranien ne freineront pas les ambitions nucléaires de Téhéran. L’accord a été signé en 2015 et les puissances occidentales ont assuré la communauté internationale qu’elles avaient reporté la capacité de Téhéran à produire une bombe atomique en réduisant considérablement ses capacités nucléaires.

Pourtant, cette affirmation a été démentie par les mesures inattendues et rapides de Téhéran pour violer ses engagements dans le cadre du JCPOA, y compris l’enrichissement et le stockage d’uranium à un niveau bien supérieur à celui autorisé par l’accord.

Les puissances européennes et la nouvelle administration des États-Unis ont jusqu’à présent tenté de ressusciter l’accord en offrant diverses concessions à la théocratie au pouvoir en Iran. Le Spectator a rapporté en janvier 2022 que les États-Unis avaient déposé une proposition « si généreuse que les Iraniens ont dû se frotter les yeux pour y croire ».

Mais une fois que les négociateurs du régime ont repris leur souffle et senti la faiblesse, ils ont poussé pour plus. Téhéran est allé jusqu’à insister pour que Washington retire les Gardiens de la révolution (CGRI) de la liste des organisations terroristes étrangères (FTO) des États-Unis. Cette demande a provoqué beaucoup de remous aux États-Unis et a finalement bloqué les pourparlers car, sous la pression du Congrès, Washington a été réticent à répondre à la demande de Téhéran.

Cette demande effrontée ne faisait pas partie de l’accord sur le nucléaire de 2015 et était conforme à l’approche maximaliste du régime qui équivaut à une extorsion nucléaire. Téhéran est allé jusqu’à exiger la clôture de l’enquête de l’AIEA sur les particules d’uranium trouvées sur trois sites non déclarés.

L’impasse des pourparlers de Vienne dure depuis des mois et le régime s’est joué les puissances mondiales en enrichissant l’uranium. Il s’est également appuyé sur ses alliés «orientaux», la Russie et la Chine, et a profité de la faible approche de l’Occident face à la demande de plus de concessions.

Maintenant, de nombreux diplomates occidentaux suggèrent qu’il n’y a pratiquement aucun espoir de sauver l’accord de 2015. Mardi, Ned Price, porte-parole du département d’État américain, a déclaré: « Cela n’a jamais été certain, il n’a jamais été clair pour nous si nous serions en mesure de parvenir à un retour mutuel à la conformité [JCPOA], nous avons donc toujours été engagés dans la planification de solution d’urgence avec nos partenaires.»

La semaine dernière, Price a déclaré que les États-Unis « se préparaient désormais à l’un ou l’autre résultat ».

Donc, la question est, pourquoi les puissances occidentales continuent-elles à faire pression pour un accord ? C’est peut-être à cause de leur lecture erronée et de leur mauvaise interprétation des intentions et des actions de Téhéran.

Ils doivent comprendre que les actions du régime iranien ne proviennent pas d’une position de force. Il y a eu au moins 12 manifestations majeures en Iran depuis 2018, avec la population appelant au renversement des mollahs. L’économie iranienne est en ruine.

L’inflation dépasse les 50 %, la plupart des Iraniens vivent sous le seuil de pauvreté et le taux de chômage monte en flèche. Le régime est assis sur une poudrière. Les manifestations quotidiennes de personnes de tous horizons sont la manifestation la plus large d’une société instable. Le régime a lié son destin à l’obtention d’une arme nucléaire et à l’imposition de sa domination à la fois aux Iraniens et aux puissances mondiales. Les négociations ne feront que gagner du temps à Téhéran et lui permettront de se rapprocher de la bombe.

Les mollahs de Téhéran ne comprennent que la fermeté. Ils sont sur une glace mince, et les avertissements continus des médias et des responsables du régime sur les soulèvements imminents, beaucoup plus répandus et féroces qu’auparavant, attestent de cette réalité.

« Lorsque les gens ne peuvent pas subvenir à leurs besoins, qui sont le pain, la possibilité d’une colère sociale est bien réelle. Même la Révolution française a commencé quand les gens ne pouvaient pas gagner leur vie », a averti le quotidien Jahan-e Sanat au gouvernement de Raisi le 8 mai.

Comme les puissances mondiales ont essayé et ont échoué dans la même approche pendant plus de deux décennies sous divers types d’administrations à Téhéran, ils devraient peut-être essayer d’écouter ceux à l’intérieur de l’Iran qui ont été cohérents avec leur message et leur demande : un Iran libre, laïc, démocratique et non nucléaire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe