mercredi, avril 21, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran: Fake News ou nouvelles tactiques pour poursuivre le programme nucléaire militaire

Iran: Fake News ou nouvelles tactiques pour poursuivre le programme nucléaire militaire

Le 9 février 2021, Mahmoud Alavi, le ministre du renseignement et de la sécurité du régime iranien, a reconnu d’une manière sans précédent que les mollahs cherchaient à fabriquer des armes nucléaires. Citant un décret publié par le guide suprême du régime, Ali Khamenei, il a déclaré: «La fatwa interdit la production d’armes nucléaires ; mais si on pousse l’Iran dans cette direction, ce n’est pas la faute de l’Iran. Ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction seront à blâmer. »

Alors, examinons de plus près comment le régime, bien qu’il ait récolté les fruits de l’accord nucléaire, n’a jamais vraiment arrêté son programme d’armes nucléaires.

Video : Iran: Fake News ou la nouvelle tactique du régime sur son programme nucléaire

En juillet 2015, le Plan d’action global conjoint (JCPOA), connu sous le nom d’accord nucléaire iranien, a été signé entre le régime iranien et le P5 + 1, y compris les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine et l’Allemagne. Le principal objectif du JCPOA était d’empêcher le régime d’obtenir des armes nucléaires.

Si la ratification du JCPOA a fait beaucoup de bruit, l’approche du régime dans l’accord était suspecte après des années de violation de ses obligations.

Alavi reconnaît que le régime produit une bombe atomique alors que les responsables du régime nient les aspects militaires du programme nucléaire depuis que la Résistance iranienne a révélé pour la première fois les sites d’enrichissement de Natanz et d’Arak en août 2002.

Des années plus tard, les responsables du régime ont divulgué des informations sur leurs violations du JCPOA.

Le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Ali Akbar Salehi, a avoué en janvier 2019 comment le régime avait menti au P5 + 1 sur le remplissage des tuyaux du réacteur Arak avec du ciment.

Le 22 janvier 2019, dans une interview accordée à la télévision publique en réponse à une question sur le remplissage du cœur du réacteur à eau lourde d’Arak avec du ciment, Salehi a déclaré: «Je vous remercie de votre gentillesse envers nos téléspectateurs. Le réacteur Arak a un grand trou que vous voyez (indiquant une image du réacteur dans le programme). Ce trou a des tubes de calandre qui mènent où le carburant passe. Nous avions acheté des tubes similaires, mais je ne pouvais pas l’annoncer sur le moment. Une seule personne en Iran était au courant et nous n’en avons rendu compte qu’au plus haut responsable de l’État [Khamenei]. Personne d’autre ne savait. Puisque nos amis étaient en négociations, nous savions que l’autre partie irait un jour contre sa parole. [Khamenei] avait dit de faire attention et que ces gens ne tiendront pas parole. Il fallait donc mener nos actions avec une certaine circonspection, c’est-à-dire qu’en plus de ne rompre aucun lien, il fallait aussi tracer des voies pour un retour rapide si nécessaire. Il y avait des tubes d’un diamètre de deux à trois centimètres et de trois à quatre mètres de long. Nous avions acheté le même nombre de tubes similaires. Ils ont dit de remplir ces tubes de ciment. Et nous l’avons fait. »

Le journaliste a demandé à Salehi si l’AIEA leur avait ordonné de le faire, et il a répondu : «Non, pendant les négociations nucléaires. Nous avons dit, nous les remplirons avec du ciment. Cependant, nous n’avons jamais dit que nous avions d’autres tubes parce que si nous le faisions, [le P5 + 1] dirait de les remplir aussi avec du ciment. Et maintenant, nous avons ces tubes. Ils ont rempli le trou du réacteur avec du ciment à l’aide de Photoshop, et ils continuent à dire qu’ils ont rempli le réacteur de ciment. Ceci est la version photoshoppée de cette image. »

Plus tard en novembre 2019, Salehi a reconnu que si le régime avait accepté les clauses du JCPOA, il disposait cependant de contre-mesures pour poursuivre l’enrichissement de l’uranium.

Le 3 novembre 2019, dans une interview accordée à la télévision publique, Salehi a admis que le régime iranien avait triché dans les négociations nucléaires avec le P5 + 1 et qu’il avait poursuivi l’enrichissement de l’uranium pendant et après le JCPOA. Il a déclaré :
«Il y avait un problème d’enrichissement d’uranium dans les négociations nucléaires avec les pays P5 + 1, et ils nous ont dit que l’enrichissement devait se faire de cette manière, et nous avons accepté. Ils pensaient avoir gagné la négociation. Mais je ne pouvais pas expliquer cela à ce moment-là, mais nous avions une contre-mesure, et pendant que nous poursuivions l’affaire, ils n’ont pas pu atteindre leur but et nous ne sommes pas restés coincés dans l’impasse de l’enrichissement. Je ne veux pas l’expliquer plus en détail maintenant, je n’ai vu personne dire cela explicitement. Ainsi, lorsque vous entamez des négociations, vous pouvez accepter quelque chose, mais vous avez des contre-mesures. Mais vous ne pouvez pas révéler vos cartes, et par la suite, votre adversaire, qui pensait que vous étiez piégé, voit soudain que vous continuez votre enrichissement! Comment est-ce devenu possible?

Video : Le chef de l’Organisation de l’énergie atomique des mollahs admet avoir triché dans les négociations nucléaires

Le 8 mai 2019, les mollahs ont officiellement fait leur premier pas en violation de la limitation des stocks d’uranium faiblement enrichi du JCPOA.

Le régime a augmenté son stock d’uranium faiblement enrichi à plus de 300 kg. Dans son entretien avec CNN le 1er février, le ministre des Affaires étrangères des mollahs, MohamMad Javad Zarif a confirmé que le régime avait produit 3 600 kg d’uranium faiblement enrichi. C’est près de la moitié de la quantité que le régime disposait avant le JCPOA et suffisant pour trois bombes, selon l’Association pour le contrôle des armes (ACA).

«Pour fabriquer une seule bombe, l’Iran aurait besoin de produire 1 050 kg d’uranium enrichi à 3,67% et devrait ensuite l’enrichir davantage à 90% ou plus», a déclaré l’ACA. En novembre, l’AIEA a déclaré que l’Iran avait 372 kg d’uranium faiblement enrichi.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a également confirmé que l’Iran avait installé et commencé à exploiter des centrifugeuses avancées dans une section souterraine du site de Natanz.

Dans le même temps, le régime a également accéléré son programme de missiles balistiques.

Le 8 février, l’agence de presse Bloomberg a cité les Nations Unies affirmant que le régime clérical avait reçu des «pièces sensibles» de la Corée du Nord pour «son projet de production de missiles à longue portée» et que «sa dernière livraison remonte à 2020».

Le 5 février, le Wall Street Journal a écrit que les inspecteurs de l’AIEA avaient trouvé des traces d’uranium enrichi sur deux sites que Téhéran avait longtemps empêché d’être inspectés, ce qui «pourrait indiquer que l’Iran a entrepris des travaux sur les armes nucléaires, en fonction de l’endroit où il a été trouvé . »

Le 10 février, l’AIEA a publié un rapport indiquant que l’Iran avait produit de l’uranium métal dans une installation à Ispahan, en violation supplémentaire de l’accord nucléaire de 2015.

L’uranium métal peut être utilisé comme composant d’armes nucléaires. L’Iran avait signé dans le cadre du JCPOA une interdiction de 15 ans sur «la production ou l’acquisition de métaux plutonium ou uranifères ou leurs alliages».

En un mot, le régime a publiquement accéléré ses pas pour obtenir des armes nucléaires.

Toutes les parties de ce casse-tête indiquent clairement que le JCPOA n’a pas ôté la capacité de Téhéran ni les moyens d’obtenir des armes nucléaires. L’infrastructure nucléaire du régime est restée intacte. Ainsi, tout a été laissé à la merci du régime.

Deuxièmement, cela montre que même après le JCPOA, l’Iran a poursuivi son programme nucléaire clandestin, de sorte qu’il a pu reprendre immédiatement l’enrichissement de 20% d’uranium et d’autres activités connexes.

Salehi a révélé le 5 janvier que le régime produisait de l’uranium hautement enrichi (20 pour cent) en seulement 24 heures et que la production est maintenant stable.

L’agence de presse officielle Fars a cité le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Behruz Kamalvandi, selon lequel le régime a 17 kg d’uranium enrichi à 20%.

Le président du parlement du régime, Mohammad Bagher Qalibaf, a déclaré avec fierté que le régime pouvait produire 17 kg d’uranium enrichi à 20% par mois.

Le 28 janvier, lors d’une conférence de presse, Qalibaf a déclaré: «Alors que nous étions censés enrichir 120 kg d’uranium à 20% par an, nous pouvons désormais enrichir 17 kg d’uranium à 20% en moins d’un mois. Cela signifie que nous sommes en avance sur le calendrier. L’installation des centrifugeuses IR2m est en cours, certaines installées et d’autres en cours. »

Étant donné les échecs passés de Téhéran à tenir ses promesses, personne ne peut faire confiance au régime iranien.

Par de telles postures, Téhéran est engagé dans un chantage nucléaire et cherche à extraire davantage de concessions de la nouvelle administration américaine.

La réponse appropriée n’est pas de paniquer ou d’offrir plus de concessions au régime, mais d’envoyer un message clair et net selon lequel s’il ne met pas fin à ses provocations et ne respecte pas pleinement ses engagements, les États-Unis et l’Europe mettront en œuvre une politique ferme vis-à-vis de Téhéran. La réimposition de six résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, l’arrêt complet de l’enrichissement et la fermeture de tous les sites nucléaires, ainsi que des inspections à tout moment et en tout lieu sont indispensables pour empêcher la théocratie au pouvoir d’acquérir des armes nucléaires.

Une telle approche forcerait certainement le régime à se retirer des menaces. Toute indication que l’Europe ou les États-Unis pourraient céder au chantage du régime est la recette pour un désastre.

Les décideurs occidentaux devraient cesser de se sentir obligés de traiter le régime en Iran comme s’il était à la fois victime et fautif. Toutes ces questions sont étroitement liées en tant qu’aspects de l’effort du régime iranien pour utiliser la force et le chantage comme garantie de son emprise sur le pouvoir.

Par conséquent, les activités malveillantes de Téhéran persisteront dans tous les domaines jusqu’à ce qu’il devienne clair que la conséquence est un isolement économique et diplomatique complet, et finalement l’effondrement du système au pouvoir.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe