vendredi, mai 20, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran : la rhétorique de Téhéran sur le nucléaires alimente la crainte...

Iran : la rhétorique de Téhéran sur le nucléaires alimente la crainte de nouvelles concessions occidentales

Iran : la rhétorique de Téhéran sur le nucléaires alimente la crainte de nouvelles concessions occidentales

Le régime iranien a continué à donner l’impression qu’il contrôlait les négociations avec six puissances mondiales sur son programme nucléaire lundi, lorsque le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a rejeté l’idée que les discussions en cours à Vienne pourraient aboutir à un accord intérimaire qui empêche l’effondrement de l’accord nucléaire iranien de 2015. Cet accord est plus ou moins sous assistance respiratoire depuis 2018, lorsque Donald Trump a alors interrompu la participation des États-Unis et a commencé à étendre les sanctions économiques.

Bien que la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine soient toutes restées en tant que participants au Plan d’action global commun, Téhéran a rapidement commencé à violer ses engagements et a finalement fait avancer le programme nucléaire des mollahs au point de dépasser les niveaux élevés précédents d’enrichissement d’uranium. Téhéran a également installé de nouvelles « cascades » de centrifugeuses avancées qui pourraient accélérer considérablement le processus d’enrichissement supplémentaire de l’uranium en qualité militaire, et a produit de petites quantités d’uranium métal, une substance qui n’a pratiquement aucun rôle pratique autre que celui de composant d’une ogive nucléaire.

Tout cela a contribué à alimenter les inquiétudes du public concernant la fenêtre de « rupture » pour la capacité des armes nucléaires en Iran, incitant les responsables des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne à avertir que le temps était compté pour les pourparlers de Vienne et que Téhéran devait commencer à négocier de « bonne foi » afin de les sauver. Certains responsables sont même allés jusqu’à dire qu’une action militaire était sur la table si le régime iranien ne retirait pas ses demandes d’allégement immédiat des sanctions sans aucune condition préalable. Cependant, il y a actuellement peu ou pas de preuves qu’il y a eu un changement dans l’approche du régime à l’égard des négociations, pourtant toutes les parties aux pourparlers de Vienne louent leurs progrès ou montrent un intérêt renouvelé pour l’extension du processus dans l’espoir d’une percée.

S’il y a un signe de changement à Téhéran, il se présente sous la forme de la déclaration de Khatibzadeh selon laquelle des progrès ont été réalisés sur « les quatre questions » au cours du dernier cycle de négociations, le deuxième à se tenir à Vienne depuis la reprise du processus global en fin novembre après une pause de cinq mois initiée par le président sélectionné Ebrahim Raïssi. Jusqu’à présent, son administration a déclaré qu’elle s’attendait à ce que les derniers pourparlers se concentrent uniquement sur un seul problème : la levée des sanctions. Cependant, en clarifiant son récit des progrès récents, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a identifié les « questions nucléaires » comme l’un des sujets de discussion.

Il est cependant peu probable que les détracteurs du régime considèrent cela comme une concession importante. Chacun des trois autres problèmes mentionnés par Khatibzadeh n’étaient que des variations par rapport à la demande fondamentale du régime. Il a affirmé que de « bons progrès » avaient été accomplis vers la « suppression des sanctions » et en fournissant également à Téhéran une « vérification » et des « garanties » concernant les effets et la longévité de l’allégement en question. Alors que Khatibzadeh a décrit ces progrès supposés comme « le résultat des efforts déployés par toutes les parties pour parvenir à un accord stable », son patron au ministère des Affaires étrangères a adopté un ton plus conflictuel en commentant le même sujet.

Le ministre des Affaires étrangères du régime, Hossein Amir-Abdollahian, a attribué aux « initiatives de la partie iranienne » le fait d’avoir contraint les puissances occidentales à réduire leurs propres exigences. Il a qualifié les négociateurs français d’avoir joué « le rôle du méchant flic » lors des précédents cycles de négociations, mais a déclaré que la France se comportait désormais « de manière raisonnable ». Il s’est également vanté que les États-Unis acceptaient les « réalités » de la situation qui sous-tend cette négociation, ce qui implique que le régime a une plus grande influence dans les pourparlers qu’on ne le reconnaissait auparavant.

Des signes de cette confiance sont apparus la semaine dernière lorsque des responsables du régime iranien ont exigé que la Corée du Sud libère les avoirs gelés, quel que soit le statut des sanctions américaines et l’issue des pourparlers de Vienne. La semaine dernière également, le régime a annoncé qu’il s’attendait à ce que des responsables américains actuels et anciens, dont Donald Trump, soient jugés par un « tribunal islamique » pour l’élimination en janvier 2020 du plus haut commandant terroriste du régime iranien, Qassem Soleimani. Lundi, les autorités iraniennes ont redoublé d’efforts en annonçant leurs propres sanctions contre plus de 50 Américains.

Les États-Unis ont rapidement répondu à cette annonce en accusant le régime de Téhéran de « menaces et provocations », et le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a souligné que Téhéran ferait face à de « graves conséquences » pour toute attaque contre les individus sanctionnés ou toute autre sanction américaine, par le régime iranien lui-même ou par l’un de ses mandataires régionaux.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe