mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran : les négociations sur le nucléaire sont bloquées et Rohani met...

Iran : les négociations sur le nucléaire sont bloquées et Rohani met en garde contre un enrichissement à 90 %

Mercredi marquait « l’anniversaire de l’accord sur le nucléaire iranien ». Six séries de pourparlers à Vienne pour relancer le JCPOA se ont déjà eu lieu, mais il y a eu peu de signes de progrès vers la résolution des questions en suspens, et Rob Malley, l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran, a reconnu que le processus semble avoir heurté un mur, déclarant à CNN qu’on ne sait pas quand l’Iran sera « prêt à rentrer ». D’autres sources ont déclaré qu’un septième cycle des pourparlers de Vienne aurait très probablement lieu fin septembre ou début octobre, ce qui laisserait un écart beaucoup plus important entre le sixième et le septième qu’entre les deux précédents cycles successifs.

Le régime iranien a continué d’intensifier ses provocations nucléaires tout au long des pourparlers de Vienne, et l’administration Rohani a apparemment fait un effort concerté pour promouvoir la transition vers une administration plus dure. L’exemple le plus clair en est peut-être venu mercredi lorsque Rohani lui-même s’est vanté auprès des médias d’État du potentiel pour le régime iranien de commencer à enrichir de l’uranium à 90 % de pureté fissile – un niveau suffisant pour une utilisation dans une ogive nucléaire.

Fitting a Square Peg into a Round Hole with Iran Negotiations - April 2021

Avant l’adoption du JCPOA, l’Iran avait atteint un taux d’enrichissement de 20 %, ne se plaçant qu’à une étape technique assez courte de l’uranium de qualité militaire, selon les experts. Bien que le JCPOA ait mandaté la liquidation des stocks les plus enrichis et ait apparemment limité l’enrichissement supplémentaire à 3,67 %, les critiques de l’accord ont remis en question la force du régime d’application et la longévité des restrictions.

Les inquiétudes sous-jacentes ont été renforcées après le retrait des États-Unis en 2018 et les installations nucléaires iraniennes se sont avérées capables de rétablir leurs niveaux d’enrichissement antérieurs beaucoup plus rapidement que ne l’avaient prévu les partisans de l’accord.

Au début de 2021, le problème a été aggravé par l’annonce du régime iranien qu’il commencerait à enrichir de l’uranium à 60%, raccourcissant encore l’étape technique nécessaire à la fabrication d’armes. Cette avancée a également sans doute été réalisée plus rapidement qu’elle n’aurait dû être possible si des restrictions antérieures avaient eu pour effet promis d’allonger la période de « rupture » nucléaire de l’Iran à plus d’un an.

Dans son dernier rapport sur l’état du JCPOA, l’Agence internationale de l’énergie atomique a estimé que l’Iran avait accumulé plus de 2,4 kg d’uranium enrichi à 60 %, ainsi qu’une quantité similaire d’uranium métal, une substance avec peu ou pas d’utilisation d’autres que comme un élément clé du noyau d’une arme nucléaire.

Iran: Fake News or Regime’s New Tactic on its Nuclear Program

Bien sûr, Téhéran a toujours nié avoir l’intention de se doter d’une telle arme, même si à chaque développement successif, il devient plus évident que le régime menace ses adversaires étrangers d’une possibilité d’évasion. Parfois, les déclarations publiques des responsables du régime sur le sujet frôlent de manière précaire la reconnaissance de leurs véritables intentions, comme lorsque le ministre du Renseignement Mahmoud Alavi a déclaré qu’une fatwa du guide suprême du régime Ali Khamenei « interdit la production d’armes nucléaires, mais si [les puissances occidentales ] poussent Téhéran dans ces directions, ce n’est pas la faute de Téhéran. Ceux qui ont poussé Téhéran dans cette direction seront à blâmer ».

Mercredi, le président du régime Hassan Rohani a utilisé un langage plus délicat afin de véhiculer une menace plus explicite, déclarant que l’Iran « peut tout faire sur la voie pacifique », y compris enrichir l’uranium à 90 pour cent de pureté. Bien que ce niveau soit explicitement et exclusivement nécessaire pour une utilisation dans une arme nucléaire, Rohani a tenté de suggérer qu’il pourrait un jour être nécessaire pour un réacteur. Dans ce cas, a-t-il ajouté, « nous n’avons aucun problème et nous en sommes capables ».

La production d’énergie nucléaire n’est qu’une excuse pour de telles menaces, et les propos de Rohani ne manqueront pas d’alimenter les critiques des stratégies occidentales pour faire face au programme nucléaire iranien. Une grande partie de ce type de critiques a déjà été adressée à un large public international dimanche, lorsque de nombreux discours prononcés le deuxième jour du Sommet mondial sur l’Iran libre ont attiré l’attention sur les menaces nucléaires de l’Iran et les lacunes dans la réponse américaine et européenne.

La présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, a prononcé un discours liminaire à chacun des événements de trois jours. Dimanche, elle a déclaré que le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, avait « lié son destin et celui de son régime au programme nucléaire » et que « Khamenei est en train de construire une bombe et ne s’arrêtera pas ». Elle a également conseillé qu’en faisant face à cette menace, les décideurs politiques occidentaux devraient comprendre que « les mollahs ne comprennent que le langage de la fermeté et de la force ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe